FANDOM


James Bond: "Alors qui a gagné ?"
Kerim Bey: "J'ai eu des visiteurs. C'est un peu de plastique dans une cloison et ça devait m'atteindre à mon bureau. Mais par bonheur, je me délassais sur le divan au bon moment. La fille a eu une crise d'hystérie."
James Bond: "Votre technique lui semble brutale ?"
―James Bond et Kerim Bey, après l'attentat au bureau de Kerim[src]

Ali Kerim Bey naît à une date inconnue dans la ville de Trabzon, en Turquie. Il était issu d'une famille très nombreuse (il avait pas moins de 14 frères et soeurs qui se disputaient constamment) qui avait un certain nombre de mères car son père, un grand pêcheur turc connut pour avoir attrapé l'espadon (une espèce de poisson pouvant surpasser les 2 mètres de long), était un homme auquel les femmes ne pouvaient résister[1]. Il était même considéré comme un héros dans certaines régions de Turquie[1]. La femme qui avait mit Kerim au monde était une gouvernante britannique d'Istanbul.

Il est très implicite que Kerim ait fait sa scolarité en Turquie et c'est probablement durant ses études qu'il avait apprit l'anglais mais également le russe. Lorsqu'il avait atteint l'âge de 20 ans, il avait pu avoir son propre bateau de pêche et a alors gagné sa vie en pêchant. Son père était une connaissance du chef de la section T (Turquie) des services secrets britanniques à qui il vendait des informations. Kerim a finalement travaillé pour cet homme. Parallèlement, il faisait partit d'un cirque itinérant où il servait d'hercule et de lutteur et faisait des numéros où il exploitait sa force physique comme en tordant des barres en acier avec ses simples dents afin d'impressionner les spectateurs. Cela lui permettait sans mal de passer les frontières et d'espionner les Russes incognito car il prétendait ne pas comprendre leur langue ce qui était évidemment faux. Le chef de la section T des services secrets britanniques a finalement décédé et Kerim lui a alors succédé au poste. Quasiment personne en Turquie ne sait que Kerim est un espion car son bureau est caché sous un poste de marchand de tapis. Ses employés sont tous ses fils car Kerim estime qu'en matière d'espionnage, son sang est la meilleure sécurité. Kerim est aussi un ami d'une tribu de bohémiens vivant à Istanbul.

Kerim Bey est un homme tout-à-fait amical, sympathique et optimiste mais aussi dévoué, poli et très chaleureux. Il a un faible pour les jeunes femmes (il a une maîtresse) et un sens de l'humour assez développé. Malgré son âge, Kerim semble être taillé pour l'action bien qu'il considère lui-même qu'il a perdu ses réflexes d'entant.

Dans le film Modifier

Début de relation avec James Bond et enquête sur les Russes Modifier

En 1963, Tatiana Romanova, une jeune femme travaillant au consulat russe à Istanbul, prend contact avec Ali Kerim Bey. Elle lui fait savoir qu'elle aimerait se rendre en Grande-Bretagne afin de remettre aux Britanniques le dernier lecteur de déchiffrement que les Russes ont confectionnés et ce, uniquement si l'agent du MI6 James Bond 007 vient la chercher à Istanbul et la ramène en Angleterre. La raison pour laquelle elle exige que ce soit lui est qu'elle en est tombé amoureuse après avoir vu une photo de lui. Kerim accepte d'aider Tatiana et lui donne alors rendez-vous dans un bateau et la prend en photo avant de contacter Miles Messervy, le directeur du MI6, et de lui envoyer la photo en question tout en lui expliquant la situation. Ce dernier convoque alors James Bond dans son bureau et lui explique tout. Les deux hommes pensent qu'il y a un piège derrière tout cela mais Bond accepte néanmoins de se rendre à Istanbul avec une mallette gadgétisée qui lui a été remise par l'armurier du service, Q. Alors que l'agent secret en mission est sur le point d'atterrir dans la capitale turque, Kerim est informé de son arrivée imminente et envoie donc l'un de ses nombreux fils le récupérer et l'amener jusqu'à lui. En chemin, ils sont suivis par une voiture conduite par des agents bulgares travaillant pour les Russes mais le fils de Kerim affirme à 007 que la filature est une coutume dans leur pays. Ils arrivent bel et bien auprès de Kerim et Bond fait alors sa rencontre dans son bureau. Lors de leur discussion, Kerim fait servir du café à son hôte tout en déclarant que la plupart de ses employés sont ses fils car il estime que son sang est la meilleure sécurité dans son environnement professionnel. Il évoque ensuite brièvement ses aventures dans le cirque avant de déclarer à Bond qu'il approuve que sa mission est très sûrement un piège. Juste avant que les cafés ne soient servis par un autre de ses fils, Kerim dit que Tatiana Romanova fera savoir à Bond en temps voulut comment la contacter. Tandis qu'ils commencent à boire leur café, Bey suggère amicalement à l'espion anglais de se rendre à son hôtel, ce qu'il fait finalement.

Kerim et Bond marchant dans le tunnel souterrain

Kerim et Bond marchant dans le tunnel souterrain.

Plus tard, Kerim est en train de travailler à son bureau tandis que sa maîtresse le séduit ce qui l'agace. Il finit toutefois par se laisser aller et embrasse la belle. C'est alors qu'une violente explosion survient. Kerim et sa maîtresse sont heureusement tous deux épargnés par l'incident mais la jeune femme finit par faire une crise d'hystérie, probablement choquée par la violence de l'attentat. Bond est assez vite informé de la possible tentative d'assassinat sur le chef de section des services secrets britanniques et se rend immédiatement sur les lieux pour savoir ce qu'il en est. Kerim lui apprend alors qu'il sait que l'explosion devait l'atteindre à son bureau alors que Bond se demande si l'attentat a un rapport avec son arrivée sur le territoire turc. Les deux alliés décident alors de mener une enquête sur cela et descendent dans les souterrains d'Istanbul par un tunnel secret ayant été bâti par l'empereur romain Constantin 1er, 1600 ans plus tôt. Ils utilisent une barque et marchent jusqu'en-dessous du consulat russe. Là, le duo utilise un périscope rescapé d'un bâtiment de la marine britannique pour observer ce qui se passe dans le consulat. Là, ils assistent le général Vassili, le directeur des services secrets de l'armée russe, passer littéralement un savon à Krilencu, un tueur bulgare ainsi qu'un vieil ennemi de Kerim qui était éloigné d'Istanbul depuis plusieurs années. Comme ils continuent d'observer la scène, ils voient une femme faire son entrée. Selon Kerim, il s'agit certainement de Romanova puisqu'elle est la seule à pouvoir entrer dans cette pièce. Bond, qui ne parvient pas à distinguer son visage, est déjà séduit par ses jambes. L'agent du gouvernement britannique demande ensuite au Turc si il possède un plan du consulat et celui-ci se charge donc d'essayer d'obtenir les dessins de l'architecte. Il dit ensuite à 007 de ne pas rentrer dans son hôtel la nuit suivante car il aimerait en finir avec Krilencu.

Le soir-même, Kerim s'arrange pour que l'un de ses fils place deux mannequins sur la banquette arrière d'une des Rolls appartenant au chef de section tout en conduisant le véhicule afin d'attirer l'attention des suiveurs bulgares et de permettre ainsi à Kerim et à Bond de partir dans une direction opposée sans être suivit. Durant le trajet, le Turc parle à Bond d'une tribu de gitans dont il se sert au même titre que les Russes se servent des Bulgares. D'après ses dires, cela a engendré une guerre à mort entre eux. Kerim a bien l'intention d'emmener son allié dans leur camp et de passer la nuit auprès d'eux. Le duo arrive alors à destination mais ignore que Krilencu et sa troupe d'hommes de mains y sont également et prévoient de lancer une attaque. Une fois au village gitan, Kerim et Bond sont accueillis par l'un des résidants et on les informe qu'ils ont mal choisit leur moment car deux des jeunes femmes de la tribu, Zora et Vida, aiment le même homme et risquent de s'entretuer pour lui. En attendant le combat qui aura lieu entre les deux jeunes femmes selon les coutumes de la tribu, Kerim et James passent à table et commencent à partager un repas tout en assistant une jeune femme danser. Un gitan fait ensuite sortir Vida et Zora de leurs caravanes et rapidement, l'affrontement sans merci débute sous les yeux de Kerim, Bond et le reste de la tribu. Il est heureusement interrompu par l'arrivée de Krilencu et de ses hommes qui commencent à attaquer les gitans. Cela donne lieu à un affrontement intense au cours duquel Kerim est malencontreusement abattu au bras par son vieil ennemi. Bien que blessé, le Turc refuse d'abandonner le combat. Il récupère ainsi son arme de poing et continue d'ouvrir le feu. En fin de compte, plusieurs des hommes de mains de Krilencu sont tués et le Bulgare bat alors en retraite avec le reste de ses sbires. Alors que Bond soigne Kerim de sa blessure, les gitans interrogent un des tueurs blessés qui leur apprend que Kerim était la cible. De ce fait, Bey convient que Bond et lui devront trouver le repaire de Krilencu le lendemain afin de le tuer et de mettre par conséquent fin à toutes ces péripéties.

Kerim et Bond devant la cachette de Krilencu

Kerim et Bond étant devant la cachette de Krilencu.

Le duo passe toute la journée du lendemain au sein du village gitan avant de finalement quitter les lieux le soir suivant. Ils arrivent ensuite devant la cachette de Krilencu, un bâtiment où a été placardé l'affiche du film Call Me Bwana. Bond présente alors à Kerim un fusil de sniper, un des objets contenus dans la mallette remise par Q. Il commence alors à préparer l'arme de précision tout en remettant à son allié une longue-vue équipée d'une lentille infrarouge. Les deux hommes entendent ensuite des bruits de pas se rapprocher mais fort heureusement, ce ne sont que deux des fils de Kerim qui sont habillés en officiers de policie turcs dans le cadre de leur plan d'extermination de Krilencu. Bey dit en effet à Bond que les deux vont sonner à la porte du Bulgare afin de le faire sortir. Alors que Bond se met en position de tir, Kerim commente la bouche de l'actrice Anita Ekberg qui est représentée sur l'affiche. Tandis que les faux policiers arrivent au niveau de la sonnette, Kerim dit à Bond qu'il tient à faire feu lui-même. L'agent 007 accepte alors et lui remet le fusil. Les fils sonnent enfin à la porte et une trappe s'ouvre au niveau de la bouche d'Anita et Krilencu tente de descendre en rappel avec une corde. Avant que le tueur en fuite ne puisse atteindre le sol, Kerim lui tire dans le dos. Blessé, Krilencu lâche prise et tombe dans le vide en hurlant ce qui le tue. Ravi et soulagé d'avoir pu éliminer son plus coriace adversaire, un Kerim triomphant déclare que sa mort rembourse de nombreuses dettes. 007 ironise alors en répliquant qu'Anita aurait dû garder "le bec fermé". Le duo quitte ensuite les lieux ; Bond regagne sa chambre d'hôtel alors que Kerim se rend probablement à son bureau. Contre toute attente, l'agent secret britannique fait la rencontre de Tatiana Romanova qui se cachait dans sa suite. Tout en faisant l'amour, Bond et la jeune femme conviennent de se rendre le lendemain à la basilique chrétienne de Sainte-Sophie où Tatiana devra lui remettre les plans du consulat russe afin de pouvoir échafauder un plan pour pouvoir récupérer le lecteur de déchiffrement.

Récupération du lecteur et mort Modifier

Le lendemain, Bond et Tatiana se rendent effectivement à la basilique mais un agent bulgare ayant essayé de s'emparer du plan est retrouvé mort par Bond qui se demande bien entendu qui est son assassin, ignorant que le meurtrier est en fait l'agent de l'organisation criminelle du SPECTRE Donald Grant, qui assurait sa filature depuis son arrivée à l'aéroport.

Kerim, Bond et la mort du Bulgare

Kerim disant à Bond que l'agent bulgare n'a pas été tué à cause du plan.

De retour auprès de Kerim, Bond lui présente la carte et lui raconte tout. Le chef de section des services secrets britanniques lui donne alors sa parole que ce n'est pas un de ses hommes qui l'a tué et qu'on ne l'a pas tué à cause du plan. Les deux alliés comparent ensuite le plan donné par Tatiana avec celui dressé par l'architecte du bâtiment que Kerim avait entre-temps pu se produire. Ils en déduisent qu'ils sont identiques. Bond dit que Tatiana lui procurera le lecteur mais Kerim n'en est pas convaincu car d'après le Turc, tout se passe trop bien et la jeune femme se joue de lui.

Plus tard, après avoir interrogé Tatiana sur le lecteur, Bond lit à Kerim un télégramme qui lui a été envoyé par Miss Moneypenny, la secrétaire de M. Les deux s'apprêtent désormais à mettre à exécution leur plan pour récupérer le lecteur.

Quelques jours plus tard, 007 se rend au consulat russe alors que Kerim emprunte à nouveau le passage souterrain. Là, il s'assied et attend l'heure de provoquer l'explosion du consulat qui permettra à Bond et à Romanova de repartir avec le lecteur. Bey fait alors sauter le consulat et Bond rejoint Tatiana qui a le lecteur. Les deux alliés marchent alors dans les égouts et retrouvent Kerim. Ils regagnent la terre ferme par une trappe chez un épicier complice. Le trio se rend ensuite à une gare proche mais ils sont suivis par Benz, un commissaire des services secrets russes, et monte in extremis dans un train de luxe, l'Orient Express. Benz, lui, parvient lui aussi à monter dans le train avant qu'il ne quitte la gare. Kerim, Bond et Romanova montent ensuite dans un compartiment où le chef de section leur fournit de faux passeports. Kerim dit ensuite à Bond que le chef du train va stopper le moyen de transport prêt de la frontière bulgare où ses fils les récupéreront dans des voitures. Lorsqu'il retourne dans le compartiment, Kerim commente la robe que Bond a fait essayer à Tatiana. Bey propose ensuite à Bond d'aller au wagon-restaurant pour aller boire un verre. Les deux sortent alors du compartiment et Kerim dit ensuite qu'ils sortiront par le wagon-restaurant. Ils se rendent ensuite dans le compartiment où se trouve Benz en se faisant passer pour des contrôleurs et le font prisonnier. Après avoir convenus de se retrouver au wagon-restaurant, Bond et Kerim se séparent à nouveau ; l'agent 007 rejoint Tatiana dans leur compartiment alors que Kerim reste avec Benz pour le surveiller. Seulement, juste après le départ de Bond, Donald Grant, qui était également à bord du train, rejoint Kerim et Benz et les assassine tous les deux. Il disparaît ensuite sans laisser de traces, faisant ainsi croire que ses deux victimes se sont entre-tuées.

Conséquences de sa mort Modifier

Kerim cadavre

Cadavre de Kerim Bey, poignardé par Grant.

Quelques minutes plus tard, le contrôleur du train arrive sur les lieux du crime et alerte alors Bond (il ne connaît pas sa véritable identité) que Kerim a été tué et le conduit jusqu'au compartiment où il se trouvait avec Benz. 007 est probablement étonné par cela et estime qu'il a perdu un allié très estimable, peut-être même un ami. Il donne ensuite au contrôleur des billets afin qu'il ne dise rien à personne. Il ajoute ensuite que Kerim est une personne influençable et que ses relations lui en seront reconnaissantes. Le contrôleur dit alors qu'il va essayer de ne rien dire.

Plus tard, dans la gare de Belgrade, en Serbie, Bond rencontre Mehmet, l'un des fils de Kerim, et lui fait savoir que son père est mort. Le jeune homme, probablement furieux et attristé par cette nouvelle, demande à savoir qui la tué et Bond réplique alors qu'il s'est vengé lui-même car le tueur est mort le premier.

Par la suite, l'agent des services secrets britanniques est confronté à Donald Grant et comprend que c'est lui qui a tué Kerim et l'agent russe. Il venge ensuite la mort de Kerim en éliminant l'assassin du SPECTRE au court d'un combat au corps-à-corps.

Production Modifier

Ali Kerim Bey a été incarné à l'écran par l'acteur mexicain Pedro Armendáriz et est considéré comme un protagoniste majeur dans le film de James Bond de 1963 Bons baisers de Russie. Dans la version française, il a été doublé par l'acteur français André Valmy.

Le personnage de Kerim Bey est basé sur celui de Darko Kerim qui apparaît dans le roman d'espionnage de 1957 Bons baisers de Russie de l'écrivain et ancien espion britannique Ian Fleming. Lui-même était inspiré d'un personnage réel, le Turc Nazim Kalkavan, un armateur ayant été formé à Oxford que Fleming avait rencontré lorsqu'il faisait des recherches pour son roman.

Lors de la production du film, Pedro Armendáriz avait été recommandé au réalisateur Terence Young par le réalisateur américain John Ford[2].

En 1963, lors du tournage de Bons baisers de Russie, des médecins diagnostiquent un grave cancer à Pedro Armendáriz et lui apprennent qu'il ne lui reste plus que quelques mois à vivre. Ce cancer avait très probablement été contracté durant le tournage du film Le Conquérant (1956) qui s'était déroulé prêt du site américain d'essais nucléaires du dusert de l'Utah[3]. De plus, l'acteur était assez pauvre et sur le tournage, il tente désespérément de cacher sa maladie incurable mais il boîte dans certaines prises car le cancer gagne ses jambes. Après avoir révélé ce qu'il avait, Armendáriz supplie Terence Young de le laisser tourner le reste de ses scènes afin que sa famille puisse hériter de son cachet. Young accepte et s'arrange alors pour que les scènes où il apparaît soient tournées le plus vite possible. Le réalisateur la même doublé pour certains plans où il apparaît de loin, notamment lors de la séquence des gitans. Malheureusement, malgré son courage exceptionnel, Pedro Armendáriz se donne la mort dans son lit d'hôpital deux semaines à peine après avoir tourné ses scènes, le 18 juin 1963. Bons baisers de Russie a donc été le dernière film qu'il eu tourné et même sa dernière apparition filmée[2][4].

Bien après son apparition dans le film, Kerim Bey fait son grand retour dans le jeu-vidéo d'espionnage de 2005 Bons baisers de Russie qui, comme son nom l'indique, est basé sur le film éponyme. Dans ce jeu, Kerim a l'apparence de Pedro Armendáriz mais a été doublé par l'acteur américain J.B. Blanc. L'intrigue du jeu-vidéo est assez fidèle à celle du film mais le sort de Kerim diffère légèrement dans le sens qu'il est abattu dans le jeu alors qu'il est poignardé dans le film. Dans les deux cas, son tueur est Donald Grant.

Ensuite, Kerim apparaît dans le jeu-vidéo mobile de 2015 James Bond : World of Espionage ou il a à nouveau un rôle très similaire mais personne ne peut visiblement établir son sort.

Images Modifier

Références Modifier

  1. 1,0 et 1,1 https://translate.google.ch/translate?hl=fr&sl=en&u=http://www.studynovels.com/Book/Pages%3FbookId%3D258%26pageNo%3D19&prev=search
  2. 2,0 et 2,1 https://translate.google.ch/translate?hl=fr&sl=en&u=http://jamesbond.wikia.com/wiki/Darko_Kerim_(Literary)&prev=search
  3. http://www.commander007.net/2016/12/quelques-anecdotes-films/
  4. http://jamesbond007.net/Encyclo/ali-kerim-bey/
 
Sauf mention contraire, le contenu de la communauté est disponible sous licence CC-BY-SA .