FANDOM


Le Baron Samedi est un sorcier célèbre, mystérieux, mystique et apparemment immortel (il est, dit-on, ressuscité d'entre les morts) qui est un dieu vaudou des cimetières sur l'île de San Monique, dans les Caraïbes, ainsi que le chef de la légion des morts de l'endroit. Cependant, compte tenu de l'ambiguïté du personnage, il est possible que ce ne soit en réalité qu'un simple humain qui assumerait l'identité de Samedi. Il aime impressionner les visiteurs de San Monique avec ses numéros de dance et de magie. Il a aussi l'étrange capacité de jeter des sorts et est souvent en train de pousser des rires étranges et diaboliques. Cependant, il est secrètement l'un des plus importants alliés du dictateur de San Monique, le Dr. Kananga, lequel l'utilise pour masquer ses activités illégales de contrebande qu'il mène sous le pseudonyme de M. Grosbonnet.

Dans le film Modifier

En 1973, sur San Monique, l'agent secret britannique James Bond 007 assiste brièvement à un spectacle que donne le Baron Samedi prêt de l'hôtel où il séjourne. Au cours du spectacle, l'annonceur présente Samedi comme étant "immortel", une chose à laquelle Bond ne semble pas vraiment prêter attention.

Le lendemain, Bond voyage dans un cimetière, près des champs d'héroïne du Dr. Kananga avec la belle Solitaire, la voyante de celui-ci, et croise le Baron Samedi, qui tout en jouant de la flûte, prédit que leur journée sera belle pour eux. Ne prêtant guère attention à lui, 007 et sa compagne poursuivent leur chemin et une fois qu'ils sont partis, Samedi utilise la radio de sa flûte pour informer Kananga de leur déplacement.

Plus tard, après que Kananga ait découvert l'alliance de Solitaire avec Bond et la bat dans l'un de ses repaires new-yorkais, Samedi vient à leur rencontre et se livre à son rituel de brûler les cartes de la voyante, prédisant ainsi qu'elle mourra. Il pousse ensuite son habituel rire diabolique.

Plus tard encore, au cours d'une cérémonie vaudou au cours de laquelle Solitaire est censée être tuée dans le cadre du rituel vaudou pour trahison, le Baron Samedi sort apparemment d'une tombe. Bond fini par tirer sur lui à plusieurs reprises avec un revolver mais il s'avère que ce n'était qu'un mannequin d'argile. L'espion anglais secourt ensuite Solitaire et se retrouve une nouvelle fois confronté au Baron Samedi, qui a cette fois l'air plus authentique que le mannequin. Au cours d'un très bref duel aux armes blanches, Bond le fait tomber dans un cercueil plein de serpents venimeux et à ce stade, il devient clair que Samedi est bel et bien mort.

Cependant, après que Bond se soit débarrassé de Kananga et de ses sbires et tandis que ce dernier voyage avec Solitaire dans un train pour regagner l'Angleterre, le Baron Samedi, bien vivant, se tient sur le toit du moyen de transport en riant aux éclats.

Production Modifier

Le Baron Samedi est considéré comme l'antagoniste secondaire dans le film de James Bond de 1973 Vivre et laisser mourir. Son interprète est l'acteur et chorégraphe trinidadien Geoffrey Holder. Dans la version française, le personnage a été doublé par l'acteur Roger Lumont.

Le personnage, qui existe réellement dans les croyances vaudous, a d'abord été mentionné dans le deuxième roman de l'écrivain britannique Ian Fleming, Vivre et laisser mourir (1954), qui est bien entendu l'inspiration principale du film. Dans celui-ci, de nombreux personnages spéculent que Mr. Big, l'antagoniste principal, est le Baron Samedi (ou du moins son zombie), et Big lui-même soutient cette croyance en possédant un totem du sorcier près de son bureau.

Des années après être apparu dans le film, Samedi est un antagoniste d'une mission bonus du jeu-vidéo de 1997 Goldeneye 007. Là, Bond reçoit une lettre dont l'expéditeur prétend être le Baron Samedi, ce qui amène le MI6 à l'envoyer en mission au temple d'El-Saghira où l'adversaire prévoit de le piéger pour des raisons inconnus (peut-être dans le cadre d'une vengeance). Au cours de son aventure, Bond se rend compte que Samedi a volé le fameux pistolet d'or du célèbre assassin Francisco Scaramanga et l'a placé dans une pièce protégée par quatre tourelles. Au total, Samedi apparaît à trois reprises tout au long du niveau et chaque rencontre avec 007 le rend plus puissant et résistant, lui permettant même de résister aux tirs du pistolet d'or, qui tue habituellement ses cibles en un coup. Samedi, lui, change plusieurs fois d'armes durant les combats. Cependant, il semble survivre à la troisième rencontre mais peut encore être tué après.

Dans les jeux-vidéos Nightfire (2002) et Quitte ou double (2004), Samedi est un personnage multijoueur déverrouillable. C'est également un personnage multijoueur de Goldeneye 007 (2010) et 007 Legends (2012) sauf que le joueur n'a pas besoin de le débloquer. Dans 007 Legends, un code de triche permet en revanche de lui débloquer une deuxième tenue[1].

Aujourd'hui, le Baron Samedi est l'un des seconds couteaux de l'univers de James Bond les plus célèbres. Il existe même des figurines de lui.

Note Modifier

  • Le Baron Samedi est un personnage tout-à-fait ambigu et sa nature n'a jamais vraiment été établie car il n'apparaît pas dans les autres films de la saga.

Référence Modifier

  1. http://www.jeuxvideo.com/forums/1-28637-1144-1-0-1-0-code-triche-007-legends.htm