James Bond: "Personne ne croira à vos suicides si vous m'abattez d'aussi loin."
Kaufman: "Je suis professeur de médecine criminelle. Croyez-moi, je pourrais vous tirer dessus depuis Stuttgart et néanmoins, créer la bonne illusion."
―James Bond et le Dr. Kaufman[src]

Demain ne meurt jamais (Tomorrow Never Dies en version originale) est un film d'espionnage et d'action américano-britannique sorti en 1997, réalisé par le cinéaste britanno-canadien Roger Spottiswoode et produit par les Américains Michael G. Wilson et Barbara Broccoli. C'est le dix-huitième volet des aventures du célèbre agent secret James Bond produites par la société EON Productions. Le personnage est d'ailleurs interprété pour la deuxième fois par l'acteur irlando-américain Pierce Brosnan. Dans les rôles secondaires, il y a l'antagoniste principal, Elliot Carver, qui est incarné par l'acteur britannique Jonathan Pryce, l'espionne chinoise Wai Lin, interprétée par Michelle Yeoh, le coriace Stamper, incarné par l'acteur allemand Götz Otto ou encore l'épouse de Carver, Paris, jouée par Teri Hatcher. Pour ce qui est de l'équipe du MI6, Judi Dench, Desmond Llewelyn et Samantha Bond reprennent leurs rôles respectifs de M, Q et Miss Moneypenny.

Le film est dédié à Albert R. Broccoli, le producteur des seize premiers James Bond, qui est décidé quelques mois après la sortie de GoldenEye (1995), le film précédent. Il a par ailleurs fait l'objet d'une adaptation en roman par l'écrivain américain Raymond Benson mais également d'une autre en jeu-vidéo.

Synopsis[modifier | modifier le wikicode]

L'agent de renseignement du MI6 James Bond 007 effectue une mission de reconnaissance dans un bazar d'armes terroristes à la frontière russe et installe un système de surveillance qui permet à ses supérieurs de l'assister à distance et d'identifier certains criminels présents. Bien que la supérieure de l'agent Barbara Mawdsley insiste pour laisser son homme terminer sa mission, l'amiral Roebuck de la Royal Navy, impatient d'éliminer les terroristes, ordonne à la frégate HMS Chester de tirer un missile sol-sol sur les lieux du bazar pour éliminer tous les criminels présents mais Bond se rend compte que l'un des avions sur place est porteur de torpilles nucléaires SB-5 soviétiques, ce qui rendrait les dégâts du missile bien considérables. Le missile étant hors de portée pour être auto-détruit, le protagoniste est obligé de s'enfuir aux commandes de l'appareil en question avant que le missile ne fasse tout exploser, déposant finalement l'avion en lieu sûr avec sa cargaison mortelle.

Plus tard, Henry Gupta, un techno-terroriste présent au bazar, utilise un encodeur GPS américain volé pour mesurer les signaux de navigation d'une autre frégate britannique, le HMS Devonshire, (tout en faisant passer un des satellites du réseau de télévision Carver Media Group Network pour un satellite GPS à proximité) et envoyer le navire en mer de Chine méridionale sans que son équipage ne s'en rende compte dans le cadre d'un complot du magnat des médias mondiaux Elliot Carver. Les sbires du riche homme d'affaires sous le commandement de son bras droit, Richard Stamper, se servent ensuite d'une foreuse télécommandée lancée depuis un navire furtif pour percer la coque du vaisseau de manière chirurgicale et le couler avant que Stamper ne massacre les rescapés en mer (incluant le commandant du navire, Richard Day, et son capitaine de frégate, Peter Hume), peu de temps avant qu'un missile de croisière ne soit volé dans l'épave du Devonshire. Dans un même temps, un avion de combat MiG chinois est abattu par un missile tiré par le navire furtif, incriminant chaque nation pour l'incident survenant à l'autre. Suite à cela, des tensions surviennent entre le Royaume-Uni et la Chine et le ministre de la Défense britannique ordonne donc à Roebuck de déployer sa flotte pour enquêter sur le naufrage du Devonshire et exige des représailles, ne laissant à M que 48 heures à consacrer à sa propre enquête avant qu'une guerre n'éclate.

Bond lorsque Q lui présente la BMW.

M envoie donc Bond à Hambourg, en Allemagne, pour enquêter sur Carver après que le MI6 ait capté le signal d'un satellite de CMGN durant le naufrage du Devonshire et le fait inviter à une célébration au centre des médias pour fêter le lancement d'un nouveau réseau satellite CMGN. Après avoir rencontré le quartier-maître Q, qui lui a présenté une BMW 750iL pouvant notamment été conduite à distance avec un téléphone, Bond rencontre Carver et tente de séduire Paris Carver, la femme de ce dernier dont il s'était rapproché des années auparavant, mais le magnat des médias se méfie de l'espion et des agents de sécurité tentent alors de l'interroger avant qu'il ne sabote la soirée en coupant le courant après avoir battu ses tortionnaires. Découvrant la relation entre Paris et son ennemi grâce à Gupta, Carver charge son assassin personnel, le Dr. Kaufman, de tuer le couple dans la chambre d'hôtel du Britannique alors que celui-ci s'infiltre dans son imprimerie et récupère l'encodeur GPS. Bien que Kaufman tue Paris, Bond est en mesure de contrecarrer sa propre tentative d'assassinat et d'échapper aux hommes de Carver après avoir éliminé le docteur de sang-froid.

Sur une base aérienne américaine à Okinawa, 007 retrouve son homologue de la CIA Jack Wade et apprend que l'encodeur a été trafiqué avant de plonger vers l'épave du Devonshire en mer de Chine méridionale en ignorant qu'il se trouve en réalité dans les eaux vietnamiennes. Après qu'il ait découvert la disparition du missile volé par l'équipage de Carver, il est capturé par Stamper et ses complices avec une mystérieuse femme chinoise du nom de Wai Lin. Alors qu'ils sont emmenés dans une tour de Carver à Saigon, au Viêt Nam, Wai Lin se rend compte que le général Chang, un officier de haut rang des forces armées chinoises, est impliqué dans le complot de Carver. S'échappant à nouveau, Bond établi que la jeune femme est un agent des Forces de sécurité extérieure de la République populaire de Chine et lui propose une alliance après l'avoir aidé à battre des sbires de Chang envoyés pour la tuer. Les deux espions découvrent finalement que Carver compte tirer le missile volé sur Pékin depuis son navire furtif pour détruire le gouvernement chinois actuel pour que Chang prenne le pouvoir et lui accorde des droits de diffusion exclusifs dans la nation asiatique sachant qu'elle est la seule au monde à refuser ses émissions.

Carver tenant Wai Lin en otage.

Après avoir localisé le navire furtif, Bond et Wai Lin tentent de saboter le bateau mais l'agent chinois est capturée alors que 007 simule sa mort et prend Gupta en otage pour essayer de pousser Carver à relâcher sa partenaire mais le terroriste se révèle ne plus avoir besoin de son technicien pour tirer le missile sur Pékin et le tue froidement. Cependant, Bond perce la coque du navire avec un engin explosif improvisé, le rendant visible au radar du HMS Bedford, la frégate envoyée par Roebuck. Le Britannique et sa partenaire ayant auparavant envoyés des messages à leurs supérieurs respectifs pour signaler que Carver est leur ennemi commun, la frégate britannique ouvre le feu sur le navire furtif alors que Wai Lin sabote les moteurs du vaisseau en fuite, bien qu'elle est ensuite capturée à nouveau par Stamper. Alors que son équipage abandonne le navire, Carver confronte Bond une dernière fois mais le protagoniste le tue avec la foreuse utilisée pour couler le Devonshire et sabote le missile avec des détonateurs. Néanmoins, Stamper laisse tomber une Wai Lin enchaînée dans l'eau et affronte l'espion, qui piège l'ancien bras droit de Carver avec le mécanisme de tir du missile, le laissant explosé avec le navire furtif pendant que le commandeur sauve Wai Lin de la noyade. Alors que Bond et son homologue chinoise partagent un moment romantique sur l'épave du navire et que le Bedford est à leur recherche, M fait envoyer un faux communiqué de presse indiquant que Carver s'est suicidé lors d'une croisière à bord de son yacht pour couvrir sa mort.

Distribution[modifier | modifier le wikicode]

Production[modifier | modifier le wikicode]

Génèse du projet[modifier | modifier le wikicode]

En 1995, alors que les sociétés de production et de distribution américaines Metro Goldwyn Mayer et United Artists sont encore en train de produire le film GoldenEye (1995), le dix-septième opus de la saga James Bond, le cinéaste Jeff Kleeman, un des membres de ces studios chargés des films de la saga, commence à imaginer la trame narrative de la potentielle suite de ce film. Ce dernier était un grand fan de l'écrivain américain Donald E. Westlake et le contacte alors pour l'inviter à écrire Bond 18. Intéressé par la proposition, Westlake se met au travail et décide que l'histoire tournera autour d'un hacker qui serait lié financièrement avec le Tiers-Monde et dont le plan serait de détruire le système économique des pays "riches". Apparemment, la séquence de pré-générique devait mettre en scène James Bond qui infiltrait un château (peut-être hanté) avant de s'en échapper avec un ballon géant et de rencontrer une fille qui se révèlait être sa nièce. Cependant, cette histoire ne va pas être gardée car Kleeman informe Westlake que le film Goldeneye comporte déjà une histoire avec des hackers qui cherchent à piller la banque d'Angleterre. Cela pousse le scénariste à imaginer un nouvel antagoniste nommé Hugo Goodbread (peut-être un mélange des noms d'Hugo Drax et d'Holly Goodhead, personnages de Moonraker (1979)) qui posséderait un satellite capable de détruire les récoltes agricoles de l'Ouest. Cependant, cette idée est elle aussi rejetée (apparemment parce qu'elle aurait été trop chère) et Westlake imagine donc deux autres scénarios dont l'histoire a un lien avec la rétrocession de Hong Kong à la Chine. L'idée de Hong Kong ne semblait pas très facile à comprendre selon les producteurs Michael G. Wilson et Barbara Broccoli, qui voulaient plutôt imaginer une intrigue autour d'une bombe atomique mais Westlake n'a pas approuvé cela et a même décidé de quitter le projet[2].

Suite à son départ, le scénariste et humoriste américain Bruce Feirstein, qui avait déjà travaillé sur GoldenEye, est amené à lui succéder dans la rédaction du script initial. Ce dernier décide de s'inspirer de sa propre existence en tant que journaliste et affirme écrire "quelque chose qui est ancré dans un cauchemar de la réalité". Pendant ce temps, Wilson et Broccoli se révèlent incapables de convaincre le Néo-Zélandais Martin Campbell, réalisateur de GoldenEye, de rempiler (celui-ci ne voulant apparemment pas réaliser deux films de James Bond d'affilé) et choisissent le cinéaste britanno-canadien Roger Spottiswoode en septembre 1996. Le réalisateur, après un mois de travail, convainc EON Productions et United Artists d'envoyer pas moins de sept scénaristes hollywoodiens à Londres dans le cadre de réecritures du script de Feirstein. Finalement, c'est un certain Nicholas Meyer, un ami proche de Spottiswoode, qui est désigné pour faire le travail. Les scénaristes Dan Petrie, Jr. et David Campbell Wilson ont également travaillés sur le scénario avant que Feirstein ne soit amené à le conclure[1].

Cependant, le scénario aura subi de nombreuses réécritures, à tel point qu'il n'était pas prêt pour le tournage. C'est du moins ce qu'a déclaré Wilson, alors que Pierce Brosnan a dit : "Nous avions un scénario qui ne fonctionnait pas dans certaines régions". Il a également été rapporté que Feirstein a dû le réécrire deux semaines avant le début du tournage et que les acteurs Jonathan Pryce (Elliot Carver) et Teri Hatcher (Paris Carver) n'étaient pas satisfaits de leurs rôles ce qui a entraîné d'autres réécritures.

Tournage[modifier | modifier le wikicode]

La seconde équipe du film débute le tournage sous la direction du cinéaste américain Vic Armstrong le 18 janvier 1997 à Peyresoudre, dans les Hautes-Pyrénées, en France, avec la séquence de pré-générique (qui se déroule à la frontière russe dans l'histoire). Ce n'est que le 1 avril 1997 que l'équipe principale débute le tournage.

Produits dérivés[modifier | modifier le wikicode]

Demain ne meurt jamais, tout comme GoldenEye, a fait l'objet d'une adaptation en roman. Ecrite par l'écrivain américain Raymond Benson, celle-ci est assez fidèle à l'histoire d'origine mais comporte quelques différences et ajouts.

En 1999, le film a également été adapté en jeu-vidéo.

Notes[modifier | modifier le wikicode]

  • Selon une estimation, un total de 197 personnages meurent dans ce film. Il s'agit du record de la franchise.
  • L'un des scénarios écrits par Donald Westlake pour le film a inspiré un roman de James Bond, Forever and a Death, qui n'a été publié qu'en juin 2017[2].

Vidéos[modifier | modifier le wikicode]

Références[modifier | modifier le wikicode]

Sauf mention contraire, le contenu de la communauté est disponible sous licence CC-BY-SA.