"En tout cas, j'espère pour toi que ces manquements ne deviendront pas une habitude. Ton pouvoir n'existe que pour me servir. Et c'est à moi de le contrôler. Si jamais il me venait à un moment quelconque le désir de le retirer, c'est moi et moi seul qui le ferait !"
― Le Dr. Kananga confrontant Solitaire à propos de son pouvoir psychique.[src]

Le Dr. Kananga est un homme qui est devenu la principale personnalité politique et le dictateur de la petite île de San Monique, dans les Caraïbes, une fonction qui lui permet secrètement d'user de son apparence de diplomate respectable pour diriger un réseau de trafic de drogue notoire à Harlem, à New York, sous l'identité de M. Grosbonnet, un chef de gang américain. À l'insu du monde entier, Grosbonnet fait cultiver des hectares de pavot sur San Monique dans des champs protégés par le dieu vaudou Baron Samedi, qui utilise son influence pour effrayer les intrus et les éloigner de ses plantations, avant de faire passer la drogue à la Nouvelle Orléans où elle est transformée en opium et est vendue dans les rues américaines. Les projets ultimes de Kananga visent à élargir son business tout en éliminant la concurrence en vendant gratuitement une large quantité d'opium, supprimant la concurrence et doublant le nombre de toxicomanes. Grosbonnet n'aura ensuite plus qu'à remonter le prix et devenir ainsi le plus puissant trafiquant de drogue de l'Amérique.

Kananga a racheté les restaurants de la chaîne Fillet of Soul, qui lui servent de couverture ainsi que de repaires secrets sophistiqués. Plusieurs autres cachettes sont également à sa portée, notamment son palais situé au sommet d'une falaise tropicale à San Monique, un repaire souterrain aménagé dans un cimetière vaudou sur l'île où la ferme de crocodiles qu'il possède à la Nouvelle-Orléans et qui dissimule son usine de traitement de drogue. Ces repaires sont pour la plupart gardés par des sbires armés portant généralement des hauts rouges et des pantalons bleus. Le gangster est également couvert par un certain nombre d'hommes de mains, tous des gangsters afro-américains résidant dans des maisons closes. Bien qu'étant surveillé par le MI6 et la CIA, qui enquêtent tous deux sur ses activités illicites, Kananga n'hésite pas à envoyer ses hommes de mains abattre les gêneurs.

En tant que politicien reconnu et respecté membre de l'ONU, Kananga est un homme charismatique et autoritaire dont le statut d'ambassadeur étranger en exil en Amérique lui permet de bénéficier d'une immunité diplomatique grâce à laquelle il peut mener ses activités illicites dans le dos des gouvernements tout en échappant constamment aux services de renseignement qui tentent d'enquêter grâce à ses nombreuses ressources. Les multiples repaires aux États-Unis et dans les Caraïbes dont il dispose grâce à sa double identité lui permettent de rester en sécurité et à l'abris des regards indiscrets pendant qu'il charge ses nombreux subordonnés d'éliminer les espions internationaux essayant de découvrir ses secrets. Kananga est donc plus habitué à laisser ses hommes de mains mener des exécutions plutôt qu'à se salir lui-même les mains et n'est pas exceptionnellement performant d'un point de vue physique. Il peut en revanche connaître les faits et gestes de ses antagonistes grâce à sa médium Solitaire qui n'est jamais très loin de lui mais son autorité tyrannique et son influence considérable amènent cette dernière à le craindre car il la traite pratiquement comme une esclave tout en considérant que son pouvoir psychique n'est là que pour le servir, étant même disposé à le retirer si l'envie le lui en prenait. En tant que tel, il se montrerait horriblement jaloux si jamais sa précieuse alliée venait à avoir une relation avec un autre homme (en sachant que sa virginité lui permet de conserver son don) et éprouverait ainsi un plaisir sadique à les éliminer tous les deux de manière alambiquée, démontrant ainsi la grande importance qu'il attache à la loyauté et son intolérance à la trahison. Kananga est aussi prêt à employer tous les moyens imaginables pour découvrir ce que ses ennemis lui cachent et n'est pas à même de recourir à la torture et à l'intimidation pour obtenir ce qu'il veut. En outre, en raison de sa puissance, le dictateur a implicitement tendance à être convaincu de sa propre supériorité au point d'être arrogant et vaniteux. Il est aussi déterminé à saisir toutes les opportunités qui peuvent faire progresser ses plans et est attentif aux failles du système qu'il a tendance à utiliser à son avantage.

Le statut d'ambassadeur de Kananga l'amène à être distingué et à soigner son apparence, ayant l'habitude de porter des costumes généralement sombres à col haut parfaitement ajustés avec une cravate et une serviette dans la poche supérieure de son veston. Il s'exprime toujours de manière polie et formelle même lorsqu'il est en colère et peut présenter une humeur jovial, infantile et quelque peu extravagante dans certaines situations.

En tant que Grosbonnet, le gangster adopte une apparence totalement différente, optant pour des costumes contrastés mais toujours coûteux comportant notamment des vestes en cuir et des bandanas autour du cou. Son langage est aussi radicalement plus décontracté et il insulte alors beaucoup plus facilement ses ennemis tout en déchaînant plus souvent sa colère et son agressivité. Ces deux contrastes de la personnalité du personnage rendent ainsi encore plus difficile à croire qu'il mène une double vie et lui confèrent donc un avantage certain sur ses ennemis.

Dans le film[modifier | modifier le wikicode]

Assassinat des trois agents[modifier | modifier le wikicode]

Kananga et Solitaire assistant à la mort de l'agent à la réunion des Nations Unies.

En 1973, Kananga se rend compte qu'il est espionné par trois agents des services secrets britanniques et les fait exécuter tous les trois en l'espace de 24 heures (l'un d'eux est tué lors d'une réunion aux Nations Unies à laquelle l'antagoniste assiste lui-même avec Solitaire, un autre est poignardé par une fanfare de jazz à la Nouvelle-Orléans et le dernier est assassiné par un membre du culte vaudou lors d'un rituel à San Monique).

Espionnage par Bond[modifier | modifier le wikicode]

Les trois assassinats attirent davantage l'attention du MI6 sur Kananga et James Bond 007, un des meilleurs agents du service, est envoyé à New York par son supérieur hiérarchique Miles Messervy pour enquêter sur les meurtres et poursuivre les investigations des défunts sur Kananga. Alors qu'il est sur le point d'arriver au siège de l'ONU, le politicien est averti de l'arrivée de l'agent britannique par Solitaire au moment où celui-ci prend l'avion et envoie donc un de ses sbires se débarrasser de lui en tuant son chauffeur de taxi (qui est également un agent de la CIA) avec une fléchette empoisonnée pendant qu'il le conduit mais le protagoniste contrecarre cette première tentative d'assassinat en parvenant à tirer le frein d'urgence de la voiture avant de subir un accident grave.

Kananga étant dans son ambassade.

Pendant ce temps, Kananga quitte le bâtiment de l'ONU accompagné de son bras droit et garde du corps Tee Hee, de Solitaire et d'autres sbires et retourne à son ambassade. Sachant qu'une équipe de la CIA dirigée par l'ami de Bond Felix Leiter a mis son bureau sur écoute et le surveille, le diplomate perspicace trompe les agents en mettant en marche une cassette pré-enregistrée laissant croire qu'il dicte une longue lettre nationaliste pendant que ses alliés et lui changent de vêtements et quittent le bureau par une sortie secrète. Entretemps, Leiter et son équipe découvrent que la Cadillac conduite par le tueur du chauffeur de Bond a été enregistrée dans un magasin vaudou près de l'ambassade et le commandeur s'y rend et voit l'assassin monter dans une voiture dans un parking souterrain avec Kananga, Tee Hee et Solitaire. L'agent 007 suit alors le groupe dans un taxi sans se rendre compte qu'il est observé par d'autres sbires, qui rapportent ses faits et gestes à leur patron, le chauffeur de taxi lui-même étant un espion de Kananga.

Première confrontation avec Bond[modifier | modifier le wikicode]

Grosbonnet: "[S'adressant à ses hommes] C'est ça, l'espèce de pignoufl qui te filait en ville ?"
James Bond: "Écoutez, il me semble qu'il y a méprise. Mon nom est..."
Grosbonnet: "Les noms, c'est pour les pierres tombales, mon pote !"
―M. Grosbonnet et James Bond se rencontrant pour la première fois.[src]

Kananga confrontant Bond sous l'apparence de Grosbonnet.

Bond suit Kananga et ses cohortes jusqu'au restaurant Fillet of Soul de Harlem et entre à l'intérieur de l'établissement où il tombe dans un piège alors qu'il tentait d'interroger un des serveurs, se retrouvant dans la pièce secrète du bâtiment où se trouvent Solitaire et trois gardes armés. Après avoir envoyé Tee Hee désarmer l'enquêteur en pliant le canon de son Walther PPK avec la pince de son bras métallique, Kananga entre lui-même sous l'apparence de M. Grosbonnet et confronte l'Anglais en se rendant compte qu'il les a suivi jusqu'ici. Après une très brève entrevue, le chef du crime grossier ordonne à ce que 007 soit emmené dans une ruelle abandonnée à l'extérieur du repaire pour le tuer mais le protagoniste parvient à neutraliser ses potentiels meurtriers et se rend compte grâce à la CIA que Kananga et Grosbonnet travaillent ensemble. Il décide alors de prendre le prochain vol pour San Monique afin de poursuivre ses investigations après avoir appris que Kananga se rend également sur l'île.

Péripéties à San Monique[modifier | modifier le wikicode]

"Ces signes croissants d'impertinence commencent à me taper sur les nerfs. J'en ai fais une reproche à ta mère bien avant toi. Elle aussi, elle l'avait, le pouvoir, et il l'a quitté. Par la même, elle s'est perdue. Ne tombe pas dans le même travers. Où est Bond, Solitaire ? Où est Bond en ce moment ?"
― Kananga réprimandant Solitaire.[src]

Conscient que Bond continue de le suivre, Kananga tente à nouveau de le tuer par l'intermédiaire du conducteur de la Cadillac, qui place un serpent venimeux dans la salle de bain de la chambre d'hôtel de l'espion mais celui-ci brûle le reptile avec un atomiseur de parfum mêlé à la fumée de son cigare. Kananga envoie ensuite Rosie Carver, un agent double de la CIA, dans la chambre et bien que cette nouvelle se rapproche de Bond, l'enquêteur commence à la soupçonner d'être une traîtresse lorsqu'il reçoit une carte de tarot représentant la reine de coupe en position inversée avec un message lors de son petit déjeuner. Toutefois, il laisse la jeune femme le guider jusqu'à un endroit sur San Monique où le troisième agent a été tué lors du rituel vaudou.

Kananga interrogeant Solitaire sur l'avenir.

Informé à nouveau des agissements de Bond par Solitaire (qui est confinée dans un palais isolé), Kananga interroge la voyante sur l'avenir et devient suspicieux lorsque celle-ci ne répond pas à sa question après avoir à son insu tiré la carte des amoureux. Sachant que l'ambassadeur perfide est dans une autre salle et ne peut donc pas la voir, Solitaire décide de mentir en prétendant avoir tiré la carte de la mort. Dans un même temps, 007 révèle à Rosie qu'il sait qu'elle travaille pour Kananga et tente de l'interroger en la menaçant de son PPK mais la jeune femme devient terrifiée en voyant un totem vaudou et décide de s'enfuir. Sachant que l'agent double avouerait tout à Bond s'il la rattrape, Tee Hee supervise son exécution par une arme cachée dans un épouvantail qui est contrôlé par les sbires de Kananga. Frustré par la tournure des évènements, le cerveau criminel tente de découvrir auprès de Solitaire ce qui n'a pas fonctionné dans leur plan et la médium mal à l'aise prétend qu'elle avait vu la mort de Rosie. Kananga demande ensuite à la jeune femme où se trouve Bond mais celle-ci déclare ne rien pouvoir tirer de ses cartes lorsqu'il la traite de cette manière, amenant Kananga à lui ordonner d'aller se coucher pendant qu'il discute du problème avec Tee Hee. Cependant, Bond s'infiltre dans le palais plus tard dans la nuit et séduit Solitaire. En couchant avec l'agent charismatique, la jeune femme perd alors son pouvoir psychique et réalise qu'elle est en danger puisque Kananga la tuera lorsqu'il aura découvert ce qui s'est passé.

Capture de Bond et de Solitaire[modifier | modifier le wikicode]

Le lendemain, Bond et Solitaire se rendent aux champs de pavot de Kananga sur San Monique et le dictateur est maintenant informé de leurs déplacements par le Baron Samedi. De nombreux sbires sont alors envoyés aux trousses du binôme mais 007 et son amante d'un soir parviennent à fuir jusqu'à la Nouvelle-Orléans en étant désormais conscients que Kananga fait de la contrebande d'héroïne. Ils sont néanmoins piégés par le même chauffeur de taxi que New York et sont conduis à un aérodrome où d'autres subordonnés de leur ennemi dont Adam les attendent pour les conduire jusqu'à Grosbonnet. Cependant, bien que Solitaire soit effectivement capturée et ramenée auprès de Kananga, Bond parvient à nouveau à s'enfuir. L'espion anglais se rend ensuite avec Leiter dans le restaurant Fillet of Soul local alors qu'un autre agent est tué par la fanfare mais il est à nouveau piégé.

Interrogatoire de Bond et de Solitaire[modifier | modifier le wikicode]

"La vérité s'enfare. Kananga fait pousser des hectares de pavot dans les champs camouflés et les cérémonies vaudous du Baron Samedi éloignent tous intrus. Et M. Grosbonnet est distributeur et grossiste en héroïne grâce à sa chaîne de restaurants lieux noirs."
― Bond réalisant les plans de Kananga.[src]

Kananga confrontant Bond avec Tee Hee et Solitaire sous l'apparence de Grosbonnet.

Bond se retrouve dans une autre pièce secrète et Kananga le confronte à nouveau sous l'apparence de Grosbonnet en présence de Tee Hee et de Solitaire et lui demande avec colère s'il a couché avec Solitaire. Tout en refusant continuellement de répondre à la question, 007 provoque Grosbonnet en déclarant avoir touché à la jeune femme en présence de Kananga, amenant le gangster furieux à retirer le masque en latex qu'il portait, dévoilant le visage de Kananga et révélant à son ennemi que Grosbonnet et lui étaient la même personne. Cela permet en outre à Bond de se rendre compte que Kananga cultive de l'héroïne sur San Monique avant de la revendre sous l'identité de Grosbonnet. Le criminel avide confirme également son intention de distribuer gratuitement sa drogue dans ses restaurants, augmentent le nombre de toxicomanes tout en mettent en faillite d'autres trafiquants de drogue aux États-Unis, avant de revendre sa marchandise à des prix élevés pour faire fortune en capitalisant sur l'énorme dépense des toxicomanes à son produit.

Kananga mettant à l'épreuve le don de Solitaire.

Revenant ensuite à sa question de savoir si Bond a couché avec Solitaire, Kananga tente une fois de plus d'interroger le protagoniste mais celui-ci refuse de répondre par courtoisie. Voulant découvrir la vérité par lui-même, l'infâme dictateur décide de mettre à l'épreuve le don de Solitaire ; il se fait remettre la montre du Britannique par Tee Hee et cite le numéro de série de l'objet avant de demander à la médium terrifiée s'il dit bien la vérité. Il incite en outre son bras droit sadique à couper l'auriculaire droit de 007 avec sa pince à la première réponse erronée de la médium et de "l'amputer d'un membre plus vital" à d'autres mauvaises réponses. Ne pouvant que spéculer maintenant qu'elle n'a plus son pouvoir, Solitaire répond à Kananga qu'il dit la vérité mais sa réponse s'avère fausse et son patron incite Tee Hee à assommer Bond avant de le conduire à sa ferme pour le tuer.

Resté seul avec Solitaire et le Baron Samedi, Kananga demande à sa voyante pourquoi elle l'a trahi alors qu'elle ne manquait de rien et elle tente désespérément d'affirmer qu'elle n'avait pas le choix et que ses cartes l'avaient prévu ainsi. Enragé, Kananga frappe Solitaire et lui crie avec colère qu'en temps voulu, il lui aurait lui-même donné l'amour et qu'elle le savait. Il condamne donc son ancienne employée traîtresse à mort et la livre au Baron Samedi pour qu'elle soit sacrifiée lors du rituel vaudou. Malheureusement pour Kananga, Bond est entretemps capable de contrecarrer la tentative de Tee Hee et de ses subordonnés de l'éliminer et d'incendier le laboratoire d'héroïne avant de s'échapper une fois de plus après une longue course-poursuite en bateau. Au même moment, Kananga retourne sur San Monique avec Solitaire et le Baron Samedi, laissant derrière lui les cartes de tarot de la Grande Prêtresse, de la Lune et de la Mort, toutes à moitiés brûlées, donnant à Bond un indice du sort que son ancienne médium s'apprête à subir.

Confrontation finale et mort[modifier | modifier le wikicode]

Solitaire: "Où est Kananga ?"
James Bond: "Il a toujours fait preuve d'une insupportable enflure du moins."
―Solitaire et Bond après que Kananga ait été tué.[src]

Pendant que Solitaire est sur le point d'être sacrifiée lors du rituel vaudou, Kananga reste en sécurité dans le repaire souterrain aménagé sous le cimetière mais Bond se rend lui aussi sur San Monique avec l'aide de Leiter et d'un allié batelier et incite ces derniers à détruire les champs de pavot avec des bombes à retardement tandis qu'il sauve Solitaire du sacrifice, tuant apparemment le Baron Samedi et d'autres hommes dans le processus. Utilisant ensuite un ascenseur auparavant emprunté par le dieu vaudou, 007 et Solitaire se retrouvent dans le repaire de Kananga et après avoir échappé aux gardes, le diplomate corrompu les accueille d'un air jovial et les invite à boire un verre avec lui.

Kananga révélant à Bond qu'il lui reste encore une grande quantité d'héroïne.

Malgré l'intervention de Bond et de ses cohortes, Kananga fête son succès et apprend à son ennemi que ses hommes ont trouvé sa combinaison sur la plage peu de temps avant que les champs de pavot n'aient été détruis. Il révèle en outre qu'il lui reste encore une grande quantité d'héroïne et que 007 ne lui a donc causé que des dommages mineurs. Kananga s'intéresse ensuite à un air pistolet à air comprimé avec lequel il fait gonfler et exploser le canapé dans lequel était installé le conducteur de la Cadillac avec une enthousiaste infantile.

Kananga se préparant à nourrir Bond et Solitaire à ses requins.

Après avoir indiqué à Bond et à Solitaire un monorail souterrain utilisé pour transporter son héroïne, il fait attacher le binôme à un treuil habituellement utilisé pour placer sa drogue sur le monorail, amenant 007 à penser qu'il compte noyer son amante et lui dans un bassin proche. Cependant, Kananga inflige trois blessures au bras de Bond avec une machette pour prélever du sang, révélant alors son intention de nourrir ses deux ennemis à ses requins, qui entrent dans le bassin via une porte abaissée par le conducteur de la Cadillac. Toutefois, Bond utilise le champ magnétique de sa montre (qui a été confectionnée par Q, l'armurier du MI6) pour récupérer une capsule à air comprimé avant de couper les liens de Solitaire et de lui-même grâce à la scie intégrée dans l'objet. Voyant ce qui se passe, le sbire de Kananga tente d'avertir son patron mais 007 enferme ce dernier dans un conteneur hermétique. Kananga se précipite alors vers l'espion récalcitrant et tente de l'attaquer avec sa machette mais il est rapidement désarmé et les deux hommes tombent dans le bassin des requins. Alors qu'ils se battent sous l'eau, Bond force Kananga à avaler la capsule à air comprimé, le faisant gonfler et sortir de l'eau à une vitesse fulgurante avant d'exploser, permettant à Solitaire et à 007 de s'échapper une fois de plus. Le protagoniste plaisante alors en disant que Kananga a "toujours fait preuve d'une insupportable enflure".

Peu de temps après, Tee Hee tente de venger la mort de Kananga en essayant de tuer Bond et Solitaire dans le train que le couple emprunte pour rentrer en Angleterre mais au terme d'une dernière confrontation avec l'agent britannique, il est éliminé lui aussi en étant défenestré du train.

Alliés[modifier | modifier le wikicode]

Production[modifier | modifier le wikicode]

Le Dr. Kananga est considéré comme l'antagoniste principal dans le film de James Bond de 1973 Vivre et laisser mourir. Il a été interprété par le regretté acteur américain Yaphet Kotto et a été doublé dans la version française en tant que Kananga par le regretté acteur, réalisateur, scénariste et producteur franco-mauritanie Med Hondo, qui a aussi prêté sa voix à Chang, et par le comédien, chanteur et metteur en scène Yvan Labéjof en tant que Grosbonnet.

Le personnage a été originellement créé par l'écrivain et ancien espion britannique Ian Fleming sous le nom de Mr. Big (qui est l'initiale de son nom complet Buonaparte Ignace Gallia) dans le cadre de son deuxième roman de James Bond, Vivre et laisser mourir (1954), dont il est également l'antagoniste principal. Cependant, le roman comporte de nombreuses différences avec le film et le personnage de Mr. Big en fait partie. Par exemple, dans le roman, il n'est jamais appelé Dr. Kananga, le personnage du film ayant gagné ce nom lors du tournage de la séquence de la ferme aux crocodiles qui appartenait à un certain Ross Kananga dans la vie réelle[1]. Dans le roman, il y avait une scène où Felix Leiter se faisait mutiler par les requins de Mr. Big mais elle est absente du film. Toutefois, elle apparaît dans le film de 1989 Permis de tuer dans lequel l'antagoniste, Franz Sanchez, est également un trafiquant de drogue.

Le roman mentionne également les origines de Mr. Big, précisant qu'il est un homme de 45 ans né à Haïti sous le nom de Buonaparte Ignace Gallia. Il a été initié au culte vaudou depuis tout petit et avait gagné sa vie en étant chauffeur de camion à Port-au-Prince avant qu'il n'ait immigré aux États-Unis où il s'est installé à Harlem. Le livre précise également qu'il a un faible pour les femmes et qu'il ne boit pas d'alcool ni ne fume de cigarette. Mr. Big est aussi victime d'une maladie cardiaque qui lui donne un teint grisâtre. Après avoir participé à la Seconde Guerre mondiale, il a fait défection en Union Soviétique avant d'être recruté par l'organisation de contre-espionnage du SMERSH, la faction antagoniste principale de Bond dans les premiers romans. Contrairement au film, le gangster mène ici des opérations de contrebande d'or au lieu de se livrer à du trafic de drogue. Il est finalement tué en Jamaïque lorsque Bond, avec l'aide de ses alliés Quarrel et John Strangways, parvient à trouver sa cachette dans une grotte avant de placer une bombe sur son yacht qui explose alors que Mr. Big est à bord avec ses hommes pour superviser une opération de contrebande. Le méchant survit cependant à l'explosion mais est éliminé pour de bon par l'essaim de barracudas et de requins qui le dévore avec ses cohortes. Il a aussi ensuite été mentionné dans le roman Bons baisers de Russie (1957).

En outre, la version du personnage apparue dans le film semble être basée sur l'homme politique haïtien François Duvalier, qui était à la tête d'un vaste culte et s'est également servi des croyances voudous au point d'être vu comme un dieu vivant par la population haïtienne. Un passage du script du scénariste Tom Mankiewicz dans lequel Kananga menaçait de briser le bras restant de Tee Hee s'il touchait à Solitaire a en outre été supprimé peu de temps avant le début du tournage.

Apparitions dans d'autres médias[modifier | modifier le wikicode]

Compte tenu de sa notoriété, Kananga a été représenté dans plusieurs jeux dérivés de la franchise depuis sa première apparition dans le film.

Il est tout d'abord l'antagoniste principal dans la mission "Vivre et laisser mourir" du jeu de rôle sur table James Bond 007 où son nom complet est révélé comme étant Emman Kananga, bien que cette information ne puisse pas être considérée comme officielle dans le film. De plus, Mr. Big et Kananga sont cette fois deux personnes présentes mais néanmoins associées dans leur plan commun de distribuer de la drogue gratuitement. Le dictateur a également l'intention d'épouser Solitaire et a tué sa mère après que celle-ci ait perdu ses pouvoirs.

Des années plus tard, Kananga est l'un des nombreux personnages de la licence James Bond à être disponibles en mode multijoueur dans les jeux GoldenEye (2010) et 007 Legends (2012) où il a l'apparence physique de Yaphet Kotto ainsi que le costume noir et blanc qu'il portait lors de sa confrontation finale avec Bond dans le film.

Images[modifier | modifier le wikicode]

Notes[modifier | modifier le wikicode]

  • Le Dr. Kananga peut être considéré comme le premier antagoniste principal dans la série de films à ne pas avoir été créé par Ian Fleming puisque le personnage du roman, Mr. Big, n'est que sa fausse identité, comme mentionné précédemment.
    • Kananga est par conséquent le deuxième antagoniste à dissimuler sa véritable identité sous une autre apparence physique après Jacques Bouvard du film Opération Tonnerre (1965) et avant Gustav Graves de Meurs un autre jour (2002), bien qu'il est le seul des trois à avoir été incarné par le même acteur sous ses deux apparences car il n'utilisait qu'un masque en latex et une perruque quand il apparaissait en tant que Grosbonnet.
  • Kananga est le seul antagoniste principal dans la série de films à être d'origine africaine, la plupart des ennemis de 007 étant de type caucasien.
  • Kananga est aussi le premier personnage à être représenté comme un dictateur, avant le général Orlov, Steven Obanno et le général Medrano.
  • Enfin, il est l'un des deux seuls antagonistes principaux dans les films de James Bond (l'autre étant Orlov) dont nous ne connaissons pas le prénom. Les prénoms de Julius No, d'Hugo Drax et de Raoul Silva ne sont effectivement pas prononcés dans les films mais ils ont étés confirmés par plusieurs sources.
  • Kananga est l'un des quelques adversaires de 007 (aux côtés de Julius No, d'Ernst Stavro Blofeld, d'Hugo Drax, de Kamal Khan et d'Elliot Carver) à posséder un costume à col haut dans le style Mao. Celui porté par le dictateur lors de sa dernière apparition dans le film était en fait l'abacost, la version africaine de la veste.

Référence[modifier | modifier le wikicode]

Sauf mention contraire, le contenu de la communauté est disponible sous licence CC-BY-SA.