FANDOM


Ernst Stavro Blofeld naît le 28 mai 1908 dans la ville de Gdynia, en Pologne, d'un père polonais et d'une mère grecque ce qui lui donne la double nationalité grecque et polonaise. Au fil des années, il se forge une place importante dans l'empire criminel et fonde une organisation terroriste, secrète et internationale qu'il baptise le SPECTRE. Ce mouvement criminel a son siège dans la ville de Paris, en France. Blofeld est extrêmement respecté par ses différentes agents qui se réfèrent à lui en tant que N°1 car en tant que fondateur du SPECTRE, il est au premier rang dans la hiérarchie de l'organisation.

Un homme extrêmement puissant, rusé et manipulateur, Ernst Stavro Blofeld compte sur l'intégrité, la loyauté et la compétence de tous ses agents et n'a aucun scrupule à faire connaître des morts atroces, élaborées et inventives aux sous-fifres qui ne sont pas dignes de confiance, qui manquent d'utilité ou qui échouent dans leurs missions. Ainsi, en faisant cela, Blofeld démontre un mépris total à l'égard de la vie humaine et prouve sa psychopathie tout en montrant qu'il peut éliminer ou faire assassiner des sbires même s'ils se sont montré utiles et talentueux jusqu'à l'heure de leurs dernières missions. Enfin, en tant que chef suprême du SPECTRE, le grand criminel ne se rend généralement jamais lui-même sur le terrain, ni n'intervient dans l'élaboration des complots de son organisation, préférant largement laisser ses nombreux agents faire le sale travail à sa place. Blofeld dispose aussi de plusieurs repaires servant de salles de réunion pour ses subordonnés et lui-même, notamment d'un yacht.

Dans les films Modifier

James Bond 007 contre Dr. No Modifier

En 1962, le N°8 et scientifique du SPECTRE, le Dr. Julius No, se rend responsable de détournements de fusées américaines grâce à son installation radar qu'il met également à la disposition de ses supérieurs. Malheureusement, ses activités attirent l'attention des services secrets britanniques et l'un de leurs agents "00", James Bond, est bientôt envoyé en mission en Jamaïque. Lors de son premier face-à-face avec le docteur, ce dernier apprend l'existence du SPECTRE ainsi que sa responsabilité dans les disparitions des fusées. Peu de temps après, l'espion parvient à empêcher le détournement d'un nouveau lancement de fusée tout en tuant No en le faisant tomber dans un liquide de refroidissement bouillant et en détruisant son repaire en ayant surchargé son réacteur.

Bons baisers de Russie Modifier

Six mois après la mort de leur "estimable confrère", le SPECTRE décide de mettre à exécution un plan machiavélique et ingénieux visant la vengeance de No en humiliant les services secrets britanniques ainsi qu'en faisant connaître à James Bond une mort particulièrement désagréable et indigne. Le directeur de la planification du SPECTRE, Tov Kronsteen, a supervisé la mise au point de ce plan qui, selon les dernières instructions de Ernst Blofeld, permettra également à l'organisation de récupérer le dernier lecteur de déchiffrement que les Russes ont conçus (qu'ils doivent apparemment remettre à un mystérieux client[1]). Kronsteen, qui est également un champion incontesté des échecs, a déclaré avoir besoin de l'aide d'une jeune femme travaillant au consulat russe d'Istanbul, en Turquie. Le N°3 du SPECTRE, Rosa Klebb, s'est vu assignée la tâche de choisir cette jeune femme et l'ex-agent du SMERSH emploie alors une certaine Tatiana Romanova et lui fait croire qu'elle est toujours au service du SMERSH.

Lors de la mise à exécution du plan, Blofeld est dans son bateau de plaisance et est en discussion avec Rosa Klebb. Tout en caressant son chat blanc angora, il commente le combat entre deux poissons dans un aquarium. Le terroriste redouté les juge comme étant des créatures fascinantes, braves mais très stupides. Il finit par faire entrer Kronsteen et les trois criminels parlent du plan. Klebb déclare que pour l'opération, elle a choisit une jeune femme qui travaille au consulat russe d'Istanbul (sans mentionner son nom) alors que Blofeld tient à s'assurer que le plan n'est pas infaillible et Kronsteen assure que c'est bien le cas.

Malheureusement pour le SPECTRE, au final, toute l'opération s'avère être un véritable échec car Romanova tombe amoureuse de Bond qui tue Donald Grant, l'assassin du SPECTRE chargé de les éliminer, avant de récupérer le lecteur. Aussi, un Blofeld très contrarié convoque une nouvelle fois Klebb et Kronsteen afin de les réprimander de leur échec commun. Alors que chacun des deux responsables tente de se justifier et de remettre la faute sur l'autre, Blofeld fait entrer dans la pièce l'un de ses agents, Morzeny, lequel est en charge de l'élimination du véritable coupable. Finalement, c'est Kronsteen qui est exécuté du fait que c'était lui qui a planifié le plan. Klebb, elle, est épargnée et Blofeld la charge de finir le travail.

À Venise, en Italie, Klebb confronte Bond et Romanova dans la chambre d'hôtel où le duo séjournait mais elle finit abattue par Romanova sans avoir pu tuer personne.

Opération Tonnerre Modifier

Deux ans plus tard, à Paris, Blofeld réunit tous les membres majeurs (ou au moins une grande partie) de son organisation. D'abord, il leur annonce "avec regret" le décès de Jacques Bouvard, N°6 du SPECTRE, et dit que son assassin est inconnu (ignorant qu'il s'agit là encore de James Bond) et que ses services leur seront manquants. Pour finir, il procède à "l'examen des rapports financiers" afin de faire le point sur les sommes d'argents que le SPECTRE a récolté. Quand vient le tour du N°11 de partager ses exploits réalisés avec le N°9, Blofeld révèle qu'il sait que l'un des deux hommes est coupable de détournement des fonds et il électrocute le N°9 avec une commande dissimulée dans sa propre chaise, le tuant devant tout le monde. Vient ensuite le tour de l'Italien Emilio Largo, le N°2, de faire son rapport concernant les nouvelles ambitions du SPECTRE consistant à récupérer des bombes atomiques et de menacer de faire sauter une grande ville de l'Angleterre ou des États-Unis si une certaine somme d'argent ne leur ai pas versée dans un certain temps. 

Il reçoit plus tard un appel de Largo confirmant l'opération s'avère être un succès et que les bombes ont bien été récupérées. Ceci marque la première victoire du SPECTRE et un Blofeld jouissif enregistre sa voix, enregistrement qu'il divulguera plus tard au premier ministre britannique. Il s'agit d'un message vocal avertissant que le SPECTRE est en possession de deux bombes atomiques (N°426 et 427) qui étaient à bord d'un vol de l'OTAN. Le leader du SPECTRE enverra par la suite d'autres enregistrements vocaux pour transmettre d'autres informations aux Britanniques (et peut-être aussi aux Américains), notamment concernant le délais dans lequel l'argent devra être versée à son organisation.

Cependant, ce nouveau complot est une fois de plus déjoué par Bond tandis que Largo est tué, tout comme la plupart de ses hommes.

Alliés Modifier

Production Modifier

Cette version d'Ernst Stavro Blofeld est la première du cinéma et a été incarnée physiquement par l'acteur britannique Anthony Dawson, qui a également incarné R.J. Dent, l'antagoniste secondaire dans le film de 1962 James Bond 007 contre Dr. No. Ce Blofeld est l'un des trois antagonistes principaux (avec Rosa Klebb et Tov Kronsteen) dans le film de 1963 Bons baisers de Russie et l'un des deux antagonistes principaux (l'autre étant Emilio Largo) dans le film de 1965 Opération Tonnerre. Durant toute la durée de ces deux films, son visage n'est montré à aucune reprise (il est donc une arlésienne) et toutes ses apparitions sont considérées comme des caméos. Probablement afin de ne pas être reconnu par sa voix, Dawson a été doublé en version originale par l'acteur autrichien Eric Pohlmann et afin de laisser du suspens, il a été crédité par un "?" dans le générique de fin de Bons baisers de Russie alors qu'il n'a pas du tout été crédité dans Opération Tonnerre. Dans la version française, il a été doublé par l'acteur Pierre Collet dans Bons baisers de Russie et par Duncan Elliot dans Opération Tonnerre.

Ernst Stavro Blofeld a été originellement créé par Ian Fleming et est le principal adversaire de James Bond dans la série de romans. Il apparaît pour la première fois dans l'ouvrage de 1961 Opération Tonnerre et fait sa dernière apparition dans le roman de 1965 On ne vit que deux fois où il est tué par son rival. Le personnage a ensuite été adapté au grand écran et apparaît aujourd'hui dans 7 des 25 films de la franchise de James Bond produite par EON Productions. Jusque là, Anthony Dawson est le seul à l'avoir interprété plusieurs fois.

Notes Modifier

  • En plus d'être la seule version de Blofeld à être apparue dans plus d'un film, l'interprétation de Dawson est également la seule à ne jamais entrer en contact physique avec James Bond et la seule avec celle de John Hollis (apparue dans le pré-générique du film Rien que pour vos yeux (1981)) dont le visage n'est jamais montré.
  • La date de naissance de Blofeld, le 28 mai 1908, se trouve être la même que celle de Ian Fleming lui-même.

Référence Modifier

  1. http://jamesbond007.net/Encyclo/ernst-stavro-blofeld-donald-pleasance/
Sauf mention contraire, le contenu de la communauté est disponible sous licence CC-BY-SA  .