M: "Pourriez-vous nous faire part de vos lumières sur le dénommé Scaramanga ?"
James Bond: "Scaramanga ? Ah oui, l'homme au pistolet d'or."
―Miles Messervy et James Bond[src]

L'homme au pistolet d'or (The Man with the Golden Gun en version originale) est un film d'espionnage et d'action britannique sorti en 1974. Neuvième volet de la saga cinématographique de James Bond produite par la société anglaise EON Productions, c'est aussi le quatrième et dernier à être réalisé par le réalisateur Guy Hamilton et le neuvième et dernier à être produit à la fois par Harry Saltzman et Albert R. Broccoli puisque Broccoli assumera seul ce rôle dans les films suivants après que Saltzman ait quitté leur société de Danjaq.

Le film est la suite du long-métrage Vivre et laisser mourir (1973) et met lui aussi en scène le regretté acteur britannique Roger Moore dans le rôle de James Bond 007. L'histoire s'inspire du dernier roman de l'écrivain Ian Fleming, L'homme au pistolet d'or, publié par l'auteur à titre posthume en 1965, mais diffère vivement de l'intrigue originale. Néanmoins, dans les deux histoires, Bond est aux prises avec un assassin armé d'un pistolet d'or nommé Francisco Scaramanga, qui tente de le tuer, sauf que contrairement au roman, le film est sorti à l'époque de la crise énergétique de 1973 et l'incident est d'ailleurs au centre de l'intrigue puisque les protagonistes tentent de récupérer un dispositif fictif censé mettre fin à celui-ci, le Solex Agitateur. Le long-métrage suit bien entendu les principales traditions des films de 007 comme les utilisations de gadgets (voiture volante, canon laser, faux téton...), les répliques cultes, les James Bond Girls et surtout les scènes d'action mythiques et mémorables. De plus, il réintroduit le personnage iconique de Q, absent de Vivre et laisser mourir. Le casting secondaire se compose principalement de l'acteur défunt Christopher Lee, interprète de Scaramanga, des actrices suédoises Britt Ekland et Maud Adams dans les rôles respectifs de Mary Bonne-Nuit, l'assistante maladroite de Bond (elle aussi présente dans les romans de Fleming), et d'Andrea Anders, la maîtresse infidèle de Scaramanga, et de l'acteur français Hervé Villechaize, qui joue ici Tric-Trac, le majordome de l'homme au pistolet d'or.

Le budget du film est de 7 000 000 $ et il est donc 7x plus important que celui de James Bond 007 contre Dr. No (1962), le premier film de la franchise. Il a récolté un total de 427 829 913 $ au box-office mondial mais a reçu des critiques généralement mitigées, principalement en raison de son ton plus comique, bien que le public ait salué la prestation de Christopher Lee en tant que Scaramanga. Malgré cela, de nombreux éléments du film ont par la suite été intégrés dans le jeu de rôle sur table James Bond 007, publié dans les années de 1980, ainsi que dans de la majorité des jeux-vidéos à commencer par le fameux GoldenEye 007 (1997), qui ont pris l'habitude de donner aux joueurs la possiblité d'incarner Scaramanga et de se servir du fameux pistolet d'or dans ses modes multijoueurs.

Synopsis[modifier | modifier le wikicode]

Le criminel français de petite taille Tric-Trac projette d'assassiner son maître, Francisco Scaramanga, le tueur à gages le plus cher au monde, en invitant un gangster américain prénommé Rodney sur son île privée en mer de Chine. Vraisemblablement au courant de l'initiative de son majordome de l'entraîner, Scaramanga affronte son adversaire dans une installation élaborée dans laquelle se trouvent de nombreux accessoires (lumières, caméras, mannequins...) avant de parvenir à récupérer son pistolet d'or et de tuer Rodney d'un seul tir dans la tête.

Bond durant le briefing avec M.

À Londres, une balle dorée portant les empreintes de Scaramanga ainsi que la gravure "007" est envoyée au MI6, laissant supposé que l'assassin professionnel projette d'assassiner l'agent "00" James Bond. Sachant que personne ne sait à quoi ressemble Scaramanga (bien que l'on sache qu'il ait un troisième mamelon), Miles Messervy, le supérieur hiérarchique de l'espion, le relève de sa mission actuelle visant à retrouver un scientifique expert du nom de Gibson pour lui permettre de faire face à l'homme au pistolet d'or. À la suggestion de Miss Moneypenny, la secrétaire de M, 007 se rend à Beyrouth, au Liban, pour récupérer une balle en or servant de talisman à une danseuse du ventre du nom de Saida et avec laquelle Scaramanga a auparavant tué un de ses collègues. La balle en question mène le commandeur sur la piste de Lazar, un armurier portugais vivant à Macao, en Chine, et celui-ci le conduit à son tour à Andrea Anders, la maîtresse de Scaramanga à qui Lazar livre les projectiles du tueur à gages. Cette dernière redige Bond à un club de strip-tease où Gibson est assassiné par Scaramanga avant que Tric-Trac ne subtilise subrepticement le Solex Agitateur, un petit appareil destiné à mettre fin à la crise énergétique en cours, sur le corps du défunt. Rencontrant M à bord de l'épave du RMS Queen Elizabeth, Bond et son collègue Hip sont chargés de retrouver l'artefact.

Se rendant à Bangkok, en Thaïlande, Bond se fait passer pour Scaramanga grâce à un troisième mamelon et rencontre Hai Fat, un multi-milliardaire soupçonné d'avoir engagé l'homme au pistolet d'or pour tuer Gibson. Ce dernier l'invite à dîner le soir-même mais cela s'avère être un piège car le véritable Scaramanga est lui-même chez Hai Fat. Assommé par Tric-Trac, 007 reprend ses esprits dans une école d'arts martiaux appartenant à l'industriel où il est forcé de se battre à mort contre des étudiants avant de s'échapper avec l'aide de Hip et de ses nièces. Dans un même temps, Scaramanga tue Hai Fat avec son pistolet d'or et récupère le Solex, ayant décidé de prendre lui-même les choses en main.

Andrea parlant à Bond.

Plus tard, Andrea rencontre Bond à son hôtel alors que le protagoniste allait se livrer à des rapports sexuels avec Bonne-Nuit et révèle que c'est elle qui a envoyé la balle à Londres car elle tente de pousser l'agent à tuer Scaramanga et assure de pouvoir lui obtenir le Solex en échange. Les deux planifient une rencontre à un tournoi de kick-boxing le lendemain mais Scaramanga découvre la supercherie de son amante et la tue subrepticement d'une balle dans le cœur avant de se présenter à Bond durant le tournoi. Il piège ensuite Bonne-Nuit et enlève la jeune femme avec Tric-Trac et le Solex, réussissant à échapper à 007 après une longue course-poursuite en transformant sa voiture en avion.

Bond lorsque Scaramanga lui fait visiter sa centrale solaire.

Bonne-Nuit ayant placé un dispositif de suivi dans la voiture de Scaramanga, le MI6 est en mesure de les localiser sur l'île de l'assassin. Bond s'y rend en hydravion et le propriétaire des lieux l'accueille chaleureusement avant de lui faire visiter son immense demeure, qui comporte une centrale solaire. Il révèle alors son intention de revendre le Solex au plus offrant et utilise un canon laser pour détruire l'hydravion de son ennemi. Tout en dînant avec ce dernier, il lui propose de le confronter à un duel armé alors que Tric-Trac contrôle les attractions du repaire. Au terme de la confrontation, 007 prend Scaramanga au dépourvu grâce à un mannequin à son effigie et le tue tandis que Bonne-Nuit fait tomber le mécanicien du tueur dans une cuve à hélium liquide, entraînant une surcharge de la température de l'usine. Bond et sa partenaire quittent donc l'île juste à temps avec le Solex et fuient dans la jonque de Scaramanga. Dans leur chambre, Tric-Trac, furieux d'avoir perdu son héritage, tente de se venger en tuant le couple mais Bond l'accroche au mât de la jonque et couche avec Bonne-Nuit.

Distribution[modifier | modifier le wikicode]

Production[modifier | modifier le wikicode]

Richard Maibaum est le scénariste à qui l'on doit les sept premiers films de James Bond. Il n'avait hélas pas participé à l'écriture du huitième film, Vivre et laisser mourir, du fait qu'il avait d'autres engagements. C'est ainsi qu'il a été remplacé par l'Américain Tom Mankiewicz. Avant la sortie du film prévue pour fin 1973, Mankiewicz doit remettre un scénario pour le neuvième film. L'homme au pistolet d'or étant en chantier, le scénariste américain remet aux producteurs Albert R. Broccoli et Harry Saltzman un script complet le 15 octobre 1973. Mankiewicz s'étant probablement inspiré du roman L'homme au pistolet d'or, un roman d'espionnage posthume écrit par Ian Fleming courant 1964, le script inclut déjà l'antagoniste, Francisco Scaramanga, déjà présent dans le livre de Fleming. Après cela, Mankiewicz décide de quitter le projet en cours car il se disait ne pas être heureux et ne pas donner le meilleur de lui-même. Albert Broccoli avait donc besoin d'un nouveau scénariste et décide de réengager Richard Maibaum qui lui remet un scénario le 12 novembre. Dans ce scénario, Andrea Anders (qui était auparavant appelée Ursula, puis Delia) survit à Scaramanga et lors de la scène de bagarre dans la loge de Saida, Bond n'a à faire qu'à un seul agresseur (il y en a trois dans la version définitive). Ce dernier affrontait Bond avec un appareil photo et il terminait inconscient dans une poubelle publique[1].

Par ailleurs, ce film est la dernière production d'Albert R. Broccoli et d'Harry Saltzman car le partenariat entre les deux hommes prend fin après la sortie du film, en décembre 1974.

Vidéos[modifier | modifier le wikicode]

Référence[modifier | modifier le wikicode]

Sauf mention contraire, le contenu de la communauté est disponible sous licence CC-BY-SA.