James Bond
Advertisement
James Bond

Elektra: "J'aurais pu vous donner le monde."
James Bond: "Le monde ne suffit pas."
Elektra: "Théorie stupide."
James Bond: "Devise familiale."
―Elektra King et James Bond[src]

Le monde ne suffit pas (The World Is Not Enough en version originale) est un film d'espionnage et d'action britannico-américain réalisé par le cinéaste britannique Michael Apted et sorti en 1999. Dix-neuvième volet de la série de films de James Bond produite par Barbara Broccoli et Michael G. Wilson par l'intermédiaire de leur société, EON Productions, c'est le troisième à mettre en vedette l'acteur irlando-américain Pierce Brosnan dans le rôle de l'agent du MI6 titulaire.

Le scénario a été écrit par Neal Purvis, Robert Wade et Bruce Ferstein et son titre fait référence à la traduction de la devise sur les armoiries de la famille Bond, qui a été aperçue pour la première fois dans le roman Au service secret de Sa Majesté (1963) de l'auteur britannique Ian Fleming. L'intrigue originale du film tourne autour de l'assassinat du magnat du pétrole Robert King et de la mission subséquente de James Bond, chargé dans un premier temps de protéger Elektra, la fille et héritière de King, qui serait potentiellement la prochaine cible du terroriste anarchiste Renard. À l'apogée de sa mission, 007 est amené à contrecarrer un complot visant à monopoliser le marché du pétrole en déclenchant une fission nucléaire dans le Bosphore, à Istanbul. Outre Brosnan, Le monde ne suffit pas est marqué par la présence de l'actrice française Sophie Marceau dans le rôle d'Elektra King. La distribution met également en avant l'acteur écossais Robert Carlyle dans le rôle de Renard et l'actrice américaine Denise Richards dans le rôle de la physicienne Christmas Jones et offre également un rôle plus important au personnage de M, la supérieure de Bond interprétée par l'actrice Judi Dench. Il marque également la dernière apparition dans les films de l'acteur Desmond Llewelyn, interprète du quartier-maître iconique Q, qui est tué dans un accident de voiture peu de temps après la sortie du film[2]. Les lieux de tournage comprennent l'Espagne, la France, le Royaume-Uni, l'Azerbaïdjan et la Turquie et des scènes intérieures ont été tournées dans les studios de Pinewood.

Le budget du film s'élève à 100 000 000 $[1] et il a rapporté 361 704 575 $ (534 000 000 $ en avril 2019[3]) au box-office mondial. Les avis ont néanmoins été mitigés, les critiques ayant salué le jeu d'acteur de Pierce Brosnan mais ayant fréquemment remis en cause le manque d'originalité de son intrigue et la prestation de Denise Richards, récompensée aux Razzie Awards de 2000 de la pire actrice dans un second rôle[2]. Le monde ne suffit pas a en outre été adapté en roman par l'écrivain britannique Raymond Benson a fait l'objet d'une adaptation en jeu-vidéo intitulée James Bond 007 : Le monde ne suffit pas, qui a été éditée par la société Electronic Arts.

Synopsis[]

L'agent de renseignement du MI6 James Bond 007 est envoyé à Bilbao, en Espagne, pour récupérer l'argent d'un remboursement pour le magnat du pétrole britannique Robert King, un ami personnel de sa supérieure hiérarchique Barbara Mawdsley. Rencontrant un banquier suisse du nom de Lachaise, l'espion interroge celui-ci sur l'identité d'une personne qui a tué un de ses collègues du MI6 mais les tensions montent et le banquier est poignardé par Giulietta da Vinci, son assistante, alors qu'un de ses garde du corps est abattu par un tireur inconnu durant la confusion. Bond fuit avant l'arrivée de la police et rentre au siège du MI6 à Londres où il remet l'argent à King, bien qu'il réalise que quelqu'un voulait qu'il quitte le bureau de Lachaise vivant. Cependant, il s'avère qu'un des billets est une bombe artisanale dont l'émetteur est l'épinglette que porte King, qui est alors tué dans une explosion avec d'autres agents au moment de prendre l'argent. Da Vinci essaie ensuite d'assassiner 007 depuis un hors-bord sur la Tamise et l'espion anglais poursuit la tueuse en fuite le long de la Tamise et jusqu'au Dôme du Millénaire où cette dernière tente de s'échapper dans une montgolfière mais est cernée par des hélicoptères. Accroché aux câbles du ballon, Bond lui offre désespérément sa protection contre son employeur en échange de son identité mais la jeune femme refuse et se suicide en faisant exploser le ballon, laissant le commandeur subir une dislocation de la clavicule en retombant sur le Dôme du Millénaire.

Bond et le MI6 durant l'enterrement de King.

Plus tard, lors de l'enterrement de King en Écosse, le MI6 fait un compte-rendu de la situation dans une autre base et en déduit que l'entourage de King comprenait un traître qui a remplacé l'épinglette de l'homme d'affaires par une copie qui contenait l'émetteur ayant déclenché l'explosion. Dans un même temps, 007 retrace l'argent jusqu'à Renard, un ancien agent du KGB devenu anarchiste qui est connu du service. M informe son homme que le terroriste avait auparavant enlevé Elektra, la fille de King, et qu'elle a personnellement convaincu l'entrepreneur de ne pas payer la rançon demandée par le ravisseur en essayant d'utiliser la jeune femme comme appas pour atteindre le criminel avant que celle-ci ne soit parvenue à s'échapper par ses propres moyens. Un autre agent du MI6 a ensuite tiré une balle dans la tête de Renard mais l'assassin a survécu, bien que la balle progresse désormais dans son cerveau et anéantit progressivement tous ses sens, le rendant notamment incapable de ressentir de la douleur ou de plaisir, avant de finir par le tuer, bien qu'il sera toujours plus fort jusqu'à sa mort. Chargé de protéger Elektra en pensant qu'elle serait la prochaine cible de l'ancien militaire, Bond la rencontre en Azerbaïdjan alors qu'elle reprend la construction d'un oléoduc de son père, révélant être en concurrence avec trois pipelines russes. Alors que le binôme se rend dans des montagnes pour voir les lignes de surveillance de l'oléoduc, il est attaqué par des engins militaires appelés "parahawks", qui ont été envoyés par Renard. Bond détruit cependant les appareils ennemis au terme d'une course-poursuite à ski, sauvant Elektra.

Bond, Elektra et Gabor au casino.

À Bakou, dans sa résidence, Bond ment à Elektra en affirmant ne pas savoir qui essaie de la tuer, puis il rencontre l'ancien agent du KGB Valentin Zukovsky dans le casino qu'il possède dans la ville pour l'interroger sur Renard. Elektra décide de se présenter également à l'établissement avec son garde du corps Gabor afin de montrer aux terroristes qu'elle n'a pas peur d'eux et remet un chèque de 1 000 000 $ à Zukovsky après avoir perdu à la carte gagnante. Dans un même temps, il est révélé que Sasha Davidov, le chef de la sécurité d'Elektra, conspire avec Renard et un physicien nucléaire du nom de Mikhail Arkov contre Bond et la fille de King, étant à l'origine de l'attaque des parahawks. Arkov est tué sous les ordres de Renard en réponse à l'échec de la tentative d'assassinat de 007. Après avoir couché avec Elektra, Bond la laisse en pleine nuit et tue Davidov avant de prendre la place du chef de la sécurité corrompu pour infiltrer un avion russe utilisé par des complices de Renard pour se rendre au Kazakhstan. Tout en se faisant passer pour le véritable Arkov (dont il a trouvé le corps dans la voiture de Davidov), Bond rencontre une autre physicienne répondant au nom de Christmas Jones, qui le conduit dans un bunker où il confronte Renard alors que ses hommes et lui sont sur le point de transporter un missile nucléaire chargé de plutonium. Cependant, 007 est interrompu par l'arrivée de Jones, qui a amené des militaires avec elle après avoir compris que le prétendu chercheur nucléaire était un imposteur. Renard et ses sbires ouvrent alors le feu sur les officiers alors que Bond ne peut les empêcher de s'enfuir avec le plutonium après avoir déclenché une bombe. L'espion et Jones sortent alors du silo juste avant l'explosion mais le Britannique a récupéré la carte GPS du missile qu'un des complices de Renard a subtilisé à l'ogive, rendant impossible sa localisation.

En Azerbaïdjan, Elektra incite M à venir personnellement à Bakou en pensant être en danger après que le cadavre de Davidov ait été retrouvé mais en rencontrant sa supérieure dans le centre de contrôle des oléoducs près de Bakou, 007 lui fait comprendre que la fille de King est implicitement associée à Renard et qu'elle aurait remplacé l'épinglette de son père par une copie pour le tuer, bien que ses motivations restent encore obscures. Le système de surveillance du centre indique ensuite que la bombe volée par Renard a été placée sur un chariot lancé à pleine vitesse dans le pipeline, amenant Bond et Jones à se rendre à l'intérieur de l'oléoduc dans un autre chariot pour désamorcer l'engin. Après que la scientifique ait découvert qu'il n'y a pas suffisamment de plutonium pour créer une explosion atomique, 007, comprenant que le fait de placer une bombe dans son oléoduc innocente Elektra, empêche Christmas de désamorcer la bombe afin qu'ils simulent leurs morts et laissent la complice de Renard penser qu'elle a réussi son coup. Alors que Bond et Jones sont présumés morts, la fille de King révèle sa véritable nature alors que ses hommes tuent tous les agents du MI6 présents et enlèvent M à qui Elektra déclare reprocher d'avoir suggéré à son père de ne pas payer la rançon demandée par Renard après son kidnapping. Retrouvant l'anarchiste à Istanbul, Elektra lui livre M et l'antagoniste révèle qu'il compte exécuter la chef du MI6 le lendemain pour se venger de l'avoir condamné à mort lorsque son agent a logé la balle dans sa tête.

Bond interrogeant Zukovsky.

Pendant ce temps, Bond et Jones interrogent Zukovsky dans son usine de caviar quelque part en mer Caspienne mais ils sont attaqués par des hélicoptères équipés de scies qui ont été envoyés par Elektra après que M. Bull, l'homme de main fourbe de Zukovsky, ait informé cette dernière que 007 est encore vivant. Après que Bond ait détruit les hélicoptères, Zukovsky révèle sous la contrainte qu'Elektra l'a payé au casino car il lui a permis d'utiliser un sous-marin commandé par son neveu mais Renard drogue entretemps l'équipage du vaisseau. Se rendant également à Istanbul, Bond, Jones et Zukovsky établissent qu'Elektra et Renard comptent introduire le plutonium volé dans le réacteur du sous-marin pour entraîner une fission nucléaire qui détruirait Istanbul, sabotant les oléoducs rivaux de la femme d'affaires dans le Bosphore afin de lui accorder un monopole sur le marché du pétrole. Entretemps, M utilise la carte de localisation GPS que son agent lui a remis lors de leur dernière entrevue pour envoyer un signal permettant à Bond de la localiser dans la Maiden's Tower, le repaire de Renard et Elektra. Cependant, Bull déclenche une explosion qui assomme Zukovsky alors que Bond et Jones sont capturés et emmenés face à Elektra. Alors que celle-ci ordonne à ce que la physicienne soit livrée à Renard dans le sous-marin, elle torture personnellement 007 avec une chaise antique équipée d'un garrot mais avant qu'elle ne puisse l'achever, Zukovsky et ses hommes attaquent la tour et tuent Bull et d'autres sbires. Elektra blesse alors mortellement son ancien associé, qui utilise néanmoins son arme dans son dernier souffle pour libérer Bond, permettant au protagoniste de délivrer M et de tuer Gabor ainsi qu'Elektra de sang-froid malgré ses sentiments envers la jeune femme.

Bond affrontant Renard.

Afin d'empêcher Renard d'introduire le plutonium dans le réacteur du sous-marin, Bond monte à bord du vaisseau et tente de le faire remonter à la surface après avoir libéré Jones pour amener la police à intervenir. Cependant, au cours d'une fusillade, les commandes sont détruites et le sous-marin plonge au lieu de cela au fond du Bosphore. Jones aide toutefois 007 à pénétrer dans la salle des réacteurs pour arrêter Renard mais elle manque d'être tuée par une inondation à l'intérieur du sous-marin. Après une dernière confrontation musclée au cours de laquelle Bond apprend au terroriste qu'Elektra est morte, l'agent secret propulse la barre de plutonium hors du réacteur, l'amenant à se planter dans le cœur de Renard, tuant l'antagoniste pour de bon. Bond et Jones sortent finalement du sous-marin avant qu'il n'explose et vivent une histoire d'amour alors que M et ses subordonnés les observent avec confusion via les satellites du MI6 depuis l'Écosse.

Distribution[]

Production[]

Genèse du projet[]

En novembre 1997, un mois avant la sortie du précédent film, Demain ne meurt jamais (1997), Barbara Broccoli a regardé un reportage sur Nightline détaillant la manière dont les grandes compagnies pétrolières du monde se disputent le contrôle des réserves de pétrole inexploitées dans la mer Caspienne à la suite de l'effondrement de l'Union soviétique[3], et a alors songé que le contrôle du seul oléoduc de la Caspienne vers l'Ouest pourrait être une motivation pour un ennemi potentiel de James Bond. Michael G. Wilson et Broccoli ont alors embauché les scénaristes Neal Purvis et Robert Wade pour travailler sur le script du prochain opus une fois leur travail sur le film Guns 1748 (1999) terminé. La première ébauche du binôme est datée du 15 juin 1998[5] et ils ont par la suite écrits ou co-écrits tous les films de James Bond suivants jusqu'à Mourir peut attendre (2021). Broccoli a été particulièrement impressionnée par la suggestion des scénaristes de mettre en scène une méchante principale, déclarant que "Avec Elektra, Bond pense avoir trouvé Tracy mais a finalement trouvé Blofeld".

Joe Dante, puis Peter Jackson ont été invités à réaliser le film. Broccoli avait beaucoup apprécié le film Créatures célestes (1994) de Jackson et une projection de Fantômes contre fantômes (1996) a été organisée spécialement pour elle. La productrice n'a cependant pas du tout apprécié ce dernier film et s'est donc désintéressée de Jackson, pourtant un fan de James Bond, qui a commenté que EON Productions avait plutôt tendance à engager des réalisateurs moins connus et qu'il n'aura donc probablement jamais la chance de réaliser un film de James Bond après sa trilogie Le seigneur des anneaux (2001-2003). Afin de trouver un metteur en scène capable d'obtenir des performances solides de la part des femmes, les producteurs ont finalement fait appel à Michael Apted car les actrices Sissy Spacek de Nashville Lady (1980), Sigourney Weaver de Gorilles dans la brume (1988) et Jodie Foster de Nell (1994) ont toutes trois été nominées aux Oscars. Dana Stevens, l'épouse d'Apted de l'époque, a également fait des réécritures dans le scénario, principalement pour renforcer les rôles des personnages féminins, avant que Bruce Ferstein, qui avait travaillé sur les deux opus précédents, n'aient été embauché pour explorer davantage le personnage de Bond.

Le film devait initialement sortir en 2000 et avant que son titre n'ait été dévoilé, des rumeurs courraient qu'il s'intitulerait Bond 2000, Death Waits for No Man, Fire and Ice, Pressure Point et Dangerously Yours. Le titre Le monde ne suffit pas est une traduction anglaise de l'expression latine "Orbis non sufficit", qui était dans la vie réelle la devise du propriétaire foncier Sir Thomas Bond. L'expression serait originaire de l'épopée inachevée Pharsalia de Lucain. Comme mentionné dans le roman Au service secret de Sa Majesté et son adaptation cinématographique, il s'agit de la devise de la famille Bond.

Bien qu'il s'agisse en grande partie d'une histoire originale, l'enlèvement de M était une intrigue secondaire du roman Colonel Sun de Kingsley Amis et Michael Apted a suggéré que cette intrigue fasse partie de ce film[2].

Distribution[]

Metro-Goldwyn-Mayer a suggéré l'actrice américaine Sharon Stone pour le rôle d'Elektra King alors que l'actrice italienne Maria Grazia Cucinotta a passé des auditions pour incarner la femme fatale[2]. Cucinotta a finalement décroché celui de Giulietta da Vinci lorsque Michael Apted a considéré qu'elle ne parlait pas suffisamment bien l'anglais. Cucinotta était très désireuse d'apparaître dans un film de James Bond.

Le joueur de rugby néo-zélandais Jonah Lomu a été originellement invité à jouer Gabor mais il a refusé[2].

Tournage[]

Castle Thane, la base écossaise du MI6 comme elle apparaît dans le film.

Le tournage du film a débuté le 11 janvier 1999 et s'est terminé le 25 juin. Comme mentionné précédemment, les lieux de tournage comprennent l'Espagne, la France, le Royaume-Uni, l'Azerbaïdjan et la Turquie et des scènes intérieures ont été tournées dans les studios de Pinewood, qui ont donc été utilisés pour la première fois par la production depuis Tuer n'est pas jouer (1987)[2]. Castle Thane, la base écossaise du MI6, est le château d'Eilean Donan, près de l'île de Skye, où a été tourné le film Highlander (1986) avec Sean Connery ou encore Rob Roy (1995)[3][2]. L'école Stowe, dans le Buckinghamshire, a été utilisée comme site du domaine de la famille King sur les rives du Loch Lomond. Pour la séquence de pré-générique, le Daily Telegraph a affirmé que le gouvernement britannique s'est opposé à ce que la production tourne devant le siège actuel du MI6 à Vauxhall Cross, invoquant un risque pour la sécurité. Néanmoins, un porte-parole du Foreign Office a démenti ces informations et a exprimé son mécontentement vis-à-vis de l'article. La poursuite en bateau sur la Tamise a nécessité sept semaines de travail et son tournage aurait été ralenti par la partie où Bond passe sous un pont qui se rabaisse[6]. Trente-cinq bateaux ont été utilisés pour la séquence[2] et Maria Grazia Cucinotta était doublée par la cascadeuse et pilote Sarah Donohue, qui a été contactée à la demande de Michael Apted lui-même. Donohue s'était entraînée sur un lac cinq mois avant le tournage de la séquence et s'était cassé quelques côtes durant les entraînements[6]. Des webcams ont été installées au-dessus de la Tamise pour permettre aux internautes du monde entier d'assister au tournage.

La scène de poursuite avec les parahawks telle que montrée dans le film.

La scène de poursuite avec les parahawks a été filmée à Charmonix, en France, et a été coordonnée par le réalisateur de la seconde équipe Vic Armstrong et le chef cascadeur Simon Crane depuis le 21 janvier 1999[3]. Le 17 février, une avalanche a frappé le village suisse d'Evolène et le tournage a alors été interrompu afin que l'équipe de tournage et les hélicoptères de la production puissent participer aux efforts de sauvetage, retardant le tournage de plusieurs jours[7]. Bien qu'une partie importante du film se déroule à Istanbul, seule la seconde équipe s'y est réellement rendu en raison des menaces terroristes de l'époque. L'intérieur de la Maiden's Tower a donc été recréée dans les studios de Pinewood[2]. La villa d'Elektra n'est autre que le palais de Küçüksu, qui a notamment servi de résidence aux sultans de l'empire ottoman[3]. L'intérieur (et un plan extérieur) du casino l'Or Noir de Valentin Zukovsky situé dans le film à Bakou, en Azerbaïdjan, a en fait été tourné à Halton House, dans le Buckinghamshire. La station RAF de Northolt a représenté la piste de l'aérodrome en Azerbaïdjan alors que la fabrique de caviar de Zukovsky sur le quai a été intégralement tournée dans le réservoir d'eau extérieur des studios Pinewood. L'extérieur de l'installation nucléaire du Kazakhstan a été tourné aux Bardenas Reales, en Navarre, en Espagne, et les scènes du sous-marin ont été tournées aux Bahamas. Au début du film, le musée Guggenheim de Bilbao peut être brièvement aperçu lorsque Bond traverse la ville pour rejoindre la banque et Bond a été doublé par le cascadeur Mark Mottram lorsqu'il descend en rappel par la fenêtre de la banque à l'aide de la sangle de store[3].

Sortie[]

L'avant-première mondiale de Le monde ne suffit pas a eu lieu le 8 novembre 1999 au Fox Bruin Theater, à Los Angeles, aux États-Unis. À cette époque, Metro-Goldwyn-Mayer a signé un partenariat marketing avec MTV, principalement pour les jeunes américains, supposés considérer Bond comme "un agent des services secrets à l'ancienne". En conséquence, MTV a diffusé plus de 100 heures de programmes liés à Bond immédiatement après la sortie du film, la plupart étant présentés par Denise Richards. Le film est sorti le 19 novembre 1999 aux États-Unis et le 26 novembre 1999 au Royaume-Uni. Le monde ne suffit pas a été en tête du box-office nord-américain en rapportant 35,5 millions de dollars. Ses recettes mondiales définitives se sont élevées à 361,8 millions de dollars dont 126 millions aux États-Unis. Il est devenu le film de James Bond le plus rentable jusqu'à la sortie de Meurs un autre jour (2002), qui a ensuite été à son tour devancé par Casino Royale (2006). En France, le métrage a totalisé 3 599 609 entrées dont 787 252 à Paris[1].

Médias[]

Photos[]

Vidéos[]

Notes[]

  • C'est le premier film de la franchise à comporter une séquence d'action majeure à Londres, bien que la ville ait été montrée dans tous les précédents opus.
  • Le générique d'ouverture devait à l'origine débuter après que Bond ait sauté par la fenêtre de la banque de Bilbao et la prochaine séquence après le générique aurait alors été celle de l'attaque au siège du MI6. Le générique a ensuite été reporté après la chute de 007 sur le Dôme du Millénaire pour que le pré-générique comporte plus d'action[2]. En conséquence, le pré-générique de ce film était pendant longtemps le plus long de la série, ayant une durée de 14 minutes. Ce record a été battu par Mourir peut attendre dont la séquence de pré-générique dure 24 minutes.
  • Lors du tournage à l'étranger, le titre du projet était Destiny afin d'éviter à la production d'être ciblée par la presse, les fans et (dans le cas d'Istanbul) les attaques terroristes[2].
  • Dix prises de la scène de lit entre Bond et Elektra n'ont pas pu être utilisées dans le montage final en raison du fait qu'un sein de Sophie Marceau était visible[2].
  • De nombreux éléments de Le monde ne suffit pas seront par la suite réintroduits dans Skyfall (2012) :
    • Les deux films attribuent un rôle important à M alors qu'elle doit dans les deux cas faire face aux conséquences d'une erreur de son passé lorsque des antagonistes pour qui elle représentait autrefois une figure quasi-maternelle (Elektra King dans Le monde ne suffit pas et Raoul Silva dans Skyfall) commanditent une attaque au siège du MI6 à Londres (obligeant ainsi l'agence à être temporairement relocalisée) et cherchent à la tuer après qu'elle ait refusé de les sauver d'un enlèvement. En outre, Elektra et Silva ont tous deux utilisé Bond pour atteindre M et ont eu une longue confrontation avec l'agent secret durant laquelle celui-ci était immobilisé sur une chaise.
    • Les intrigues des deux films ont plusieurs lieux en commun comme l'Écosse et Istanbul et sont pour le moment les seuls films de la franchise avec 007 Spectre (2015) à comporter une scène d'action majeure à Londres.
    • Les deux films présentent aussi Bond en difficulté alors qu'il se remet d'une blessure à l'épaule encourue dans le pré-générique.
    • Dans les deux films, un nouveau Q est introduit.
    • Dans les deux films également, Bond roule avec une voiture gadgétisée qui est finalement détruite par l'hélicoptère des antagonistes avant que le commandeur n'utilise du gaz pour détruire l'appareil en question.
    • La dernière confrontation entre Bond et l'adversaire final se termine dans les deux cas lorsque le terroriste est empalé par un instrument métallique.
  • La séquence où les hélicoptères attaquent l'usine de Zukovsky devait à l'origine figurer dans GoldenEye (1995)[2]. De même, une grande partie des répliques de Zukovsky dans ce film proviennent de scènes coupées de GoldenEye[2].
  • La séquence avec les parahawks a été inspirée des scènes de poursuite en ski de Au service secret de Sa Majesté, la production ayant souhaité relié ce film à celui dont le titre est dérivé[2].

Références[]

Advertisement