James Bond
Advertisement

James Bond: "Tiffany Case ? Comme le grand joaillier ?"
Tiffany Case: "Je suis née dans son magasin au premier étage, pendant que ma mère choisissait une alliance."
James Bond: "Et bien, pour vous, il est heureux que ce n'était pas Van Cleef & Arpels !"
―James Bond et Tiffany Case[src]

Les diamants sont éternels (Diamonds Are Forever en version originale) est un film d'espionnage britannique sorti en 1971 qui est vaguement inspiré du roman du même nom publié en 1956 par l'écrivain Ian Fleming. C'est le septième opus de la série de films centrée sur l'agent du MI6 fictif James Bond, qui est produite par la société EON Productions, ainsi que le deuxième des quatre films de la série réalisés par le cinéaste Guy Hamilton. Après que George Lazenby ait choisi de ne pas rejouer Bond après Au service secret de Sa Majesté (1969), l'acteur écossais Sean Connery est revenu incarner l'espion pour la sixième et dernière fois dans la série d'EON. Connery reprendra plus tard son rôle dans le film "non-officiel" Jamais plus jamais (1983).

L'intrigue du film met en scène Bond alors qu'il enquête sur un réseau de contrebande de diamants avant de se retrouver confronté une nouvelle fois à son ennemi juré Ernst Stavro Blofeld, qui prévoit cette fois de faire chanter les superpuissances du monde avec une arme laser orbitale construite à partir des diamants. Le métrage a été inspiré par Goldfinger (1964) comme en témoigne le retour de Guy Hamilton à la réalisation et celui de la chanteuse Shirley Bassey, qui interprète à nouveau la chanson titre. Outre Connery, le métrage met également en vedette l'actrice américaine Jill St. John dans le rôle de la contrebandière de diamants Tiffany Case ainsi que l'acteur britannique Charles Gray dans le rôle de Blofeld. Le casting secondaire comprend entre autres Bruce Glover, Putter Smith, Lana Wood, Jimmy Dean ainsi que Norman Burton dans le rôle de l'agent de la CIA Felix Leiter alors que Bernard Lee, Desmond Llewelyn et Lois Maxwell ont une fois de plus repris leurs rôles respectifs de M, Q et Miss Moneypenny.

Le budget du film est estimé à 7 200 000 $[1]. Il a été un succès commercial, ayant rapporté plus de 116 000 000 $ (environ 721 millions en avril 2019[2]) originellement reçu des critiques positives, bien que sa réputation ait nettement baissé au fil du temps. Les diamants sont éternels est en effet aujourd'hui considéré comme un des films de James Bond les plus oubliables. Les avis soulignent principalement le ton comique du film et les performances ratées de certains acteurs, notamment Jill St. John, Charles Gray et Norman Burton.

Synopsis[]

L'agent "00" du MI6 James Bond traque son ennemi juré Ernst Stavro Blofeld à travers le monde depuis deux ans, vraisemblablement pour venger le meurtre de sa femme. Le protagoniste réussi apparemment à tuer le cerveau criminel en le noyant dans une mare de boue bouillante alors qu'il créait des sosies de sa personne par chirurgie génétique.

Plus tard, alors que les assassins M. Wint et M. Kidd éliminent les membres d'un réseau de contrebande de diamants qui s'étend de l'Afrique du Sud aux États-Unis en passant par la Hollande, Bond et son supérieur Miles Messervy apprennent de Donald Munger, le président d'un syndicat de diamants, que les minéraux disparaissent mais ne sont pas vendus sur le marché. Suspectant des tiers de stocker les diamants pour faire baisser des prix, M envoie 007 à Amsterdam pour rencontrer une des contrebandières, Tiffany Case, sous l'identité de Peter Franks, un autre trafiquant qui est interpellé par la douane en Grande-Bretagne. Cependant, le vrai Franks échappe à la garde-à-vue et tente d'entrer en contact avec Case, obligeant Bond à le tuer après une confrontation musclée avant d'échanger leurs deux passeports pour faire croire à Case que Franks est Bond.

Wint et Kidd essayant de tuer Bond dans le site funéraire.

Utilisant le corps de Franks pour faire entrer clandestinement les diamants aux États-Unis en continuant d'assumer l'identité du contrebandier défunt, Bond les transmet à d'autres contrebandiers (Morton Slumber et Shady Tree) dans le site funéraire Slumber Inc., à l'extérieur de Las Vegas, où le corps de Franks est incinéré. 007 est alors victime d'une tentative d'assassinat par M. Wint et M. Kidd (qui le prennent pour Franks) mais est sauvé par Tree et Slumber lorsqu'il s'avère que les diamants qu'il leur a livré étaient faux, une ruse réalisée avec l'aide de son allié de la CIA Felix Leiter à son arrivée à Los Angeles.

Bond rencontrant Abondance.

Bond se rend ensuite à un casino possédé par le milliardaire reclus Willard Whyte où Tree donne un spectacle de comédie de vaudeville avant d'être également éliminé par Wint et Kidd, qui ignoraient que les diamants étaient faux. Au casino, 007 rencontre la joueuse opportuniste Abondance Delaqueue mais le binôme se fait agresser dans la chambre de Bond par des gangsters voulant obtenir les vrais diamants. Après qu'Abondance ait été jetée dans une piscine, Bond couche avec Case, qui récupère les diamants dans un cirque le lendemain et accepte de s'allier à 007 lorsque Abondance est tuée par Wint et Kidd, qui ont confondu la jeune femme avec Case, Bond faisant comprendre à Case qu'elle est potentiellement la prochaine victime. L'agent secret remonte la piste des diamants jusqu'à un laboratoire de recherche appartenant à Willard Whyte où il découvre que les diamants sont utilisés pour construire un satellite. Lorsqu'il est démasqué, Bond s'enfuit aux commandes d'un véhicule lunaire et retrouve Case et Leiter dans une autre chambre d'hôtel.

Décidant de trouver Whyte après que Case lui ait raconté qu'il n'aurait plus quitté le dernier étage de son penthouse depuis trois ans, Bond s'introduit dans le building où il est confronté à Blofeld, révélant qu'il n'avait en fait tué qu'un double génétique de l'antagoniste. Il s'avère que le chef de l'organisation du SPECTRE utilise un simulateur vocal pour se faire passer pour Willard Whyte (qu'il retient prisonnier depuis plusieurs années) afin de s'approprier l'empire et les ressources considérables de ce dernier. Après que 007 ait tué un autre double de Blofeld, celui-ci le fait entrer dans un monte-charge où il est neutralisé par du gaz, permettant à Kidd et à Wint de placer l'agent secret inconscient dans un oléoduc censé être enterré pour le tuer.

Bond contactant Blofeld avec le simulateur vocal.

Cependant, le protagoniste s'échappe à nouveau et utilise par la suite un appareil électronique similaire à celui de Blofeld pour contacter ce dernier en se faisant passer pour son bras droit, Bert Saxby. Il apprend alors que Whyte se trouve dans sa résidence d'été et libère le milliardaire avec l'aide d'une escouade de la CIA dirigée par Leiter après avoir affronté ses geôlières, Bambi et Perle Noire. Entretemps, Blofeld envoie Saxby dans la résidence pour tuer Whyte puisque l'entrepreneur ne lui est plus utile mais son bras droit est abattu par les hommes de Leiter. La collaboration de Whyte permet ensuite à 007 de se rendre compte que Blofeld a utilisé les diamants récupérés par Wint et Kidd aux contrebandiers pour construire un satellite laser avec lequel il a l'intention de faire chanter les gouvernements du monde après avoir détruit des armes nucléaires en Chine, en Union soviétique et aux États-Unis.

Bond localise finalement Blofeld sur une plate-forme pétrolière au large de la côte de Basse-Californie que celui-ci utilise comme nouvelle base des opérations pour ses plans mais il est capturé en essayant de changer la cassette contenant les codes de contrôle du satellite. Dans un même temps, la CIA et Whyte attaquent le repaire avec des hélicoptères et Blofeld tente de fuir à bord d'un sous-marin de poche, seulement pour que Bond prenne le contrôle de la grue devant faire descendre l'appareil dans l'océan Pacifique et l'envoie s'écraser dans la salle de contrôle de la base avec le criminel à l'intérieur, déjouant ses plans et laissant son sort incertain. Bond et Tiffany embarquent finalement dans le paquebot de croisière SS Canberra à destination de la Grande-Bretagne mais Wint et Kidd tentent de tuer le duo avec une bombe cachée en se faisant passer pour les stewards du service de chambre envoyés par Whyte. Après une dernière confrontation, Bond parvient à les tuer tous les deux en les jetant à la mer et passe du temps avec Tiffany.

Distribution[]

Production[]

Genèse du projet[]

Alors que Au service secret de Sa Majesté était en post-production, le scénariste Richard Maibaum écrivait de premiers traitements pour Les diamants sont éternels, qui devait alors être une suite direct du précédent opus. L'idée originale était que Au service secret de Sa Majesté se termine lorsque Bond et sa femme Tracy s'éloignent dans l'Aston Martin après leur mariage et que Les diamants sont éternels commence avec un pré-générique dans lequel Tracy était assassinée par Blofeld et sa complice Irma Bunt après que 007 ait garé l’Aston Martin sur le bas-coté de la route[4]. Le film suivant aurait donc été beaucoup plus axé sur la vengeance mais après le départ soudain de George Lazenby, une réécriture complète a été demandée en sachant que le scénario de Maibaum n'avait pas convaincu les producteurs Harry Saltzman et Albert R. Broccoli[5].

Suite à cela, il a été convenu de se rapprocher du film à succès Goldfinger, incitant Saltzman et Broccoli à rappeler Guy Hamilton pour mettre en scène le métrage et Shirley Bassey pour interpréter la chanson titre. L'idée originale pour l'intrigue était de mettre en scène le frère jumeau d'Auric Goldfinger, qui cherchait à venger la mort du célèbre méchant, et de faire ainsi revenir l'acteur allemand Gert Fröbe. Cette idée était bien appréciée des producteurs mais a finalement été abandonnée car elle était jugée trop éloignée des romans et Fröbe était disponible[4]. Broccoli a ensuite fait un rêve dans lequel il devait reconnaître l'homme d'affaires Howard Hugues à travers une baie vitrée de son penthouse avant de se rendre compte qu'il s'agissait d'un imposteur, et cela a servi d'inspiration pour l'intrigue où Blofeld remplace Willard Whyte à la tête de son empire. Le scénariste Tom Mankiewicz, fils du cinéaste Joseph L. Mankiewicz, a alors été embauché pour travailler sur cette idée, ayant été recommandé par David Picker de la société United Artists, qui avait vu la comédie musicale Georgy écrite par Mankiewicz.

Bien qu'elle soit inspirée du roman éponyme, Les diamants sont éternels (1956) de l'écrivain Ian Fleming, l'intrigue du film dévie fortement de l'œuvre originale, les antagonistes principaux, Jack et Seraffimo Spang, ayant notamment été remplacés par Blofeld, même si le film reprend les seconds couteaux M. Wint et M. Kidd ainsi que Shady Tree et la séquence finale dans laquelle ils tentent de tuer Bond et Tiffany Case dans un paquebot.

Distribution[]

Après le départ de George Lazenby, Broccoli et Saltzman ont auditionné de nombreux acteurs dont Burt Reynolds[6][7], Adam West et Michael Gambon pour reprendre le rôle de James Bond[7]. L'acteur américain John Gavin avait signé pour incarner l'agent secret fin janvier 1971[2], au moment où Sean Connery a accepté de revenir en se voyant proposer un cachet d'environ 1,2 million de dollars (7,7 millions de dollars actuels[2]). Le comédien a finalement reversé l'intégralité de son salaire au Scottish International Education Trust, un fond caritatif écossais aidant l'enfance défavorisée[2]. Connery a ensuite déclaré qu'il n'interprétera plus "jamais" James Bond, une remarque qui formera plus tard le titre du film hors-série Jamais plus jamais, le dernier dans lequel il incarne 007.

Avant que Jill St. John n'ait décroché le rôle de Tiffany Case, plusieurs actrices, notamment Raquel Welch, Jane Fonda ou encore Faye Dunaway, ont été envisagées. L'actrice canadienne Linda Thorson a aussi été approchée par Broccoli pour incarner la James Bond Girl mais elle a finalement été rejetée parce qu'elle n'avait pas de cheveux longs. D'après Hamilton, la décision d'inciter St. John à interpréter Tiffany était une faveur rendue à l'un de ses amis personnels, l'avocat Sidney R. Korshak, qui a facilité certains aspects de la production lors du tournage du film au Nevada. Broccoli avait initialement voulu attribuer le rôle plus petit d'Abondance Delaqueue à St. John mais Hamilton s'y est fortement opposé. Lana Wood s'est ensuite vu attribuer le rôle d'Abondance suite à une suggestion de Tom Mankiewicz[8].

Charles Gray a été choisi pour incarner Ernst Stavro Blofeld après avoir incarné l'allié de Bond Dikko Henderson dans On ne vit que deux fois (1967). Avant qu'il n'ait obtenu le rôle, l'acteur britannique Frank Finlay était en pourparlers pour jouer Blofeld dans ce film[9].

L'auteur-compositeur-interprète et acteur américain Paul Williams devait à l'origine incarner M. Wint mais Bruce Glover l'a remplacé car il était en désaccord financier avec la production[10]. Glover a d'ailleurs confié être surpris d'avoir été choisi, les producteurs estimant initialement qu'il paraissait trop "normal" pour le rôle.

Le contrebassiste de jazz Putter Smith avait quant à lui été invité à interpréter M. Kidd après que Saltzman l'ait vu à un spectacle du musicien Thelonious Monk.

Avant d'incarner Peter Franks dans ce film, l'acteur, cascadeur et artiste martial Joe Robinson était un prétendant pour le rôle de l'assassin Donald Grant face à l'acteur Robert Shaw dans Bons baisers de Russie (1963)[11]. Il a ensuite doublé l'acteur Ronald Rich (Hans) dans certaines scènes de On ne vit que deux fois[12]. Bien que Robinson n'ait pas obtenu le rôle de Grant, Sean Connery l'a recommandé pour celui de Franks, qui sera la dernière apparition cinématographique de l'acteur avant sa retraite.

Le personnage récurrent de Miss Moneypenny ne figurait à l'origine pas dans ce film, en partie parce que l'actrice Lois Maxwell a demandé une augmentation de salaire. Il a cependant été décidé à la dernière minute de rajouter la scène où elle remet à Bond ses papiers au port de Douve en étant habillée en agent de la douane. Maxwell et Connery ont néanmoins filmé leurs dialogues séparément pour la courte scène.

La cascadeuse américaine Donna Garrett a été initialement engagée pour incarner la geôlière Bambi dans le film[7]. Le rôle est finalement revenu à Lola Larson dont ce fut le seul rôle au cinéma.

Une apparition sous forme de caméo du chanteur à succès Sammy Davis Jr. jouant sur la table de roulette du casino de Willard Whyte a été filmée mais a finalement été coupée du montage final.

Tournage[]

Le tournage du film a débuté le 5 avril 1971 et s'est terminé le 7 septembre. Il a eu lieu principalement aux États-Unis mais également en Angleterre, aux Pays-Bas, en France et en Allemagne de l'Ouest. Les studios de Pinewood dans le Buckinghamshire ont une fois de plus servis, notamment pour l'intérieur de la demeure de Willard Whyte, les couloirs du laboratoire Techtronics mais également la grotte et le bain de boue dans lequel le double de Blofeld meurt dans le pré-générique et la suite nuptiale de Bond et Tiffany Case à Las Vegas[2]. Alors que l'action de la séquence d'ouverture se déplace de Tokyo au Caire, elles ont également été filmées à Pinewood car il aurait été désavantageux pour l'équipe du film de se déplacer pour deux plans uniquement en intérieurs. La courte scène dans laquelle Bond étrangle Marie avec son bikini pour lui forcer à lui révéler où se trouve Blofeld a en revanche été tournée sur la plage privée de l'hôtel du Cap-Eden-Roc, sur le côte d'Azur. Pour créer le bain de boue dans le pré-générique, de la purée de pommes de terre a été mélangée à du cacao mais selon Bert Luxford, qui a travaillé sur les effets spéciaux du film, la purée de pommes de terre a commencé à "cuire" sous les lumières chaudes du studio, créant une odeur nauséabonde sur le plateau. Le cascadeur George Leech a joué le double dans des plans le montrant avec de la boue sur le visage alors que le cascadeur Bill Morgan a joué le patient lorsqu'il se lève, se noie et est examiné par Bond. L'assassinat du Dr. Tynan par M. Wint et M. Kidd a été filmé dans le désert du Nevada et non pas en Afrique du Sud comme l'indique le film[2]. La séquence de la plate-forme pétrolière à la fin du film a été tournée au large de la côte d'Oceanside, en Californie.

La scène où Abondance est défenestrée telle que montrée dans le film.

Le tournage à Las Vegas s'est tenu principalement dans des hôtels appartenant à Howard Hughes, qui était un ami de Broccoli, lequel avait par le passé travaillé pour lui à Hollywood. Notamment, la scène où Abondance Delaqueue est défenestrée dans une piscine a été filmée au Landmark, un casino-hôtel appartenant à Hugues[2]. Lorsque Wood a été choisie pour le rôle, on lui a dit très tôt que pour cette scène, une équipe de cascadeurs devait la jeter dans la piscine "pratiquement nue" mais on lui a assuré que personne en dehors de l'équipe ne la verrait déshabillée en public, car la scène serait tournée de nuit. Malheureusement pour l'actrice, la séquence a été tournée à Las Vegas et comme elle l'a fait remarquer, la plupart des habitants de la ville étaient debout la nuit. Contrairement à ce que les producteurs lui avaient promis, elle a dû supporter que d'innombrables personnes la regardent sortir de la piscine trempée, vêtue seulement de sous-vêtements transparents et de talons hauts, depuis leur chambre d'hôtel[7]. Les rues du centre-ville ont pu être évacuées pendant quelques heures durant cinq soirées consécutives grâce à la collaboration de Hugues, de la police de Las Vegas et de l'association de commerçants. Le Las Vegas Hilton a doublé la Whyte House et comme le propriétaire du cirque était un fan de James Bond, il a autorisé l'équipe à utiliser son cirque dans le film et est même apparu sous forme de caméo. Des membres de la production ont déclaré que le tournage à Las Vegas la nuit a été avantageux puisque aucun éclairage supplémentaire n'a été nécessaire en raison des nombreux néons qui sillonnaient la ville. Sean Connery a également profité de son temps passé à Las Vegas, ayant déclaré : "Je n'ai pas du tout dormi. Nous avons tourné tous les soirs, j'ai assisté à tous les spectacles et j'ai joué au golf toute la journée. Le week-end, je me suis effondré. Comme un crâne avec des jambes." L'acteur a entre autres joué aux machines à sous et a même retardé le tournage d'une scène parce qu'il recueillait ses gains. Il est en outre sorti avec Lana Wood.

La scène de poursuite à Las Vegas telle que montrée dans le film.

Sachant que la poursuite en voiture à Las Vegas comportait de nombreux accidents de voiture, les cinéastes avaient un accord de placement de produit avec Ford pour utiliser leurs véhicules. La seule demande de Ford était que Connery conduise lui-même la Mustang, qui était aussi le véhicule personnel de Tiffany Case. Par coïncidence, une autre Mustang avait été utilisée dans Goldfinger et une autre dans Opération Tonnerre (1965) alors qu'une Mercury Cougar a servi dans Au service secret de Sa Majesté ; toutes ont été conduites par des James Bond Girls. Le véhicule lunaire aux commandes duquel Bond s'échappe du laboratoire a été inspiré par un véhicule similaire de la NASA. Construit par le fabricant de voitures sur mesure Dean Jeffries sur un châssis Corvair à moteur arrière, il pouvait atteindre une vitesse routière mais les pneus en fibre de verre ont dû être remplacés durant le tournage de la séquence de poursuite parce que la chaleur et le sol désertique irrégulier les ont crevés.

En raison de sa différence de taille avec Connery, Lana Wood devait se tenir debout sur une boîte dans la plupart de ses scènes avec l'acteur. Cela s'est cependant avéré problématique dans la scène où Bond déshabille Abondance jusqu'à ses sous-vêtements car une doublure corporelle n'aurait pas pu être employée pour des raisons évidentes. Finalement, Wood devait porter des talons très hauts dans cette scène[7].

La scène où le corps d'Abondance est découvert telle que montrée dans le film.

Lors du tournage de la scène où Abondance est découverte noyée dans la piscine par Bond et Case, Wood avait les pieds grossièrement attachés à un bloc de ciment placé au fond de la piscine. Les membres de l'équipe tenaient une corde en travers de la piscine avec laquelle l'actrice pouvait sortir son visage de l'eau pour respirer entre les prises. Cependant, le fond de la piscine était incliné et le bloc glissait donc plus profondément dans l'eau à chaque prise. Wood a donc finalement été submergée par l'eau mais a finalement pu être sauvée avant de se noyer pour de vrai. En tant que plongeuse certifiée, elle a pu garder son calme tout au long de l'épreuve mais a plus tard admis avoir vécu "des moments très inconfortables et s'être débattue jusqu'à ce qu'ils la sortent de là".[8]

La maison de l'acteur et cinéaste américain Kirk Douglas a été utilisée pour représenter la maison de Tiffany à Amsterdam. La scène où Bond affronte Bambi et Perle Noire a quant à elle été filmée dans Elrod House, une demeure de plus de 820 m2 au sud de la Californie qui a été bâtie sur un flanc de montagne par l'architecte John Lautner en 1968[2]. Les plans extérieurs de la morgue de Slumber, Inc. étaient en réalité la morgue Palm à Henderson, dans le Nevada. Les intérieurs étaient des décors construits aux Pinewood Studios et le chef décorateur Ken Adam a imité le vitrail en forme de losange du bâtiment réel dans sa nef. Pendant le tournage, Adam a visité plusieurs salons funéraires dans la région de Las Vegas pour s'inspirer dans le design de ces décors.

Lors du tournage de la scène finale où Bond affronte M. Wint et M. Kidd sur le pont du paquebot, George Leech, qui doublait Kidd, a réellement pris feu et a été grièvement blessé aux poignets malgré les gants d'amiante qu'il portait. Il a cependant attendu que Guy Hamilton dise "Coupez !" avant de sauter à l'eau[13].

Sortie[]

Les diamants sont éternels est d'abord sorti le 14 décembre 1971 à Munich, en Allemagne de l'Ouest, et le 16 décembre à Sydney ainsi qu'à Melbourne, en Australie, avant d'être diffusé dans 44 autres villes des États-Unis, du Canada et d'Europe le 17 décembre et dans 11 autres villes au Japon, en Nouvelle-Zélande et en Europe le 18 décembre 1971. Il a rapporté 2 242 557 $ lors de ses six premiers jours de diffusion dans le monde entier, dont 1 569 249 $ lors de sa fin de semaine d'ouverture aux États-Unis et au Canada, où il a terminé numéro un au box-office pour la semaine. En France, le film est sorti le 20 décembre 1971 et a totalisé 2 493 739 entrées, dont 870 105 à Paris[1]. Au Royaume-Uni, Les diamants sont éternels a été présenté en avant-première à l'Odeon Leicester Square le 30 décembre 1971. Au cours de ses 17 premiers jours de diffusion aux États-Unis et au Canada jusqu'au 2 janvier 1972, il a rapporté 16 238 915 $ ainsi que 8 330 000 $ à l'étranger à la même date, pour un total mondial de 24 568 915 $, ce qui, selon United Artists, était un record pour une si courte période. Le film a été numéro un aux États-Unis pendant sept semaines consécutives et a enregistré un chiffre d'affaires brut de 116 000 000 $ dans le monde, dont 43 000 000 $ aux États-Unis et au Canada.

Médias[]

Photos[]

Vidéos[]

Note[]

  • Bien que Au service secret de Sa Majesté se terminait comme susmentionné par le meurtre de Tracy, Les diamants sont éternels ne fait jamais clairement allusion à l'épouse de Bond et son intrigue semble donc autonome. La fin tragique de Tracy ne sera pas abordée avant L'espion qui m'aimait (1977).

Références[]

Advertisement