FANDOM


M. Bullion, de son nom véritable Maurice Womasa[1], est un terroriste originaire de Somalie qui est recherché, notamment pour avoir commis des génocides. Il est surnommé M. Lingot à cause de ses dents en or[1]. Bull travaille principalement pour le fourbe homme d'affaires russe Valentin Zukovsky mais il lui est en réalité infidèle puisqu'il est prêt à le trahir pour les terroristes Renard et Elektra King, pour qui il travaille également.

Dans le film Modifier

Première rencontre avec James Bond dans le casino de Zukovsky Modifier

En décembre 1999, l'espion anglais James Bond se rend au casino l'Or Noir[1] que possède Valentin Zukovsky afin d'interroger ce dernier sur le groupe terroriste de Renard (il ignore encore qu'Elektra King en fait elle aussi parti). Après avoir menacé un gangster armé d'un couteau et d'un pistolet qui a refusé de le laisser voir son patron, l'agent secret est approché par M. Bull, qui lui déclare que Zukovsky va le recevoir. Il veut le laisser passer mais Bond le menace de son Walther P99 pour le contraindre à entrer le premier, humiliant le criminel, qui jure déjà de se venger de lui un autre jour. Les deux hommes entrent dans le bureau de Zukovsky alors qu'il est en compagnie de deux filles. Lorsque le Russe refuse de les faire partir, Bond menace à nouveau Bull de son arme et Zukovsky les fait donc partir tout en ordonnant à Bull de leur remettre de l'argent. Mis à la porte lui aussi, le sbire jure que Bond et lui se reverront.

Complicité de Renard et d'Elektra et mort Modifier

Plus tard, à Istanbul, en Turquie, Bull conduit Zukovsky et d'autres hommes de mains à l'usine de caviar de l'homme d'affaires, ignorant que Bond et sa nouvelle alliée Christmas Jones ont prévus de l'interroger. Resté dehors, Womasa aperçoit la BMW de 007 et appelle immédiatement Elektra pour l'informer que leur ennemi est toujours en vie (il avait été apparemment tué avec Jones dans l'explosion nucléaire de l'oléoduc de la femme d'affaires mais avait réussi à survivre). Des hélicoptères à scie sont alors déployés pour éliminer Bond, tout comme un certain nombre de sbires, mais tous sont éliminés et 007 parvient à interroger Zukovsky et à obtenir de lui des informations sur Elektra et Renard. À ce moment-là, Bull fait son entrée pour aider son patron à sortir du caviar dont il est pris au piège depuis la destruction du dernier hélicoptère à scie. Cependant, en raison des dommages causés à l'usine par les scies des appareils, tout le bâtiment s'effondre mais heureusement, personne n'est tué.

Quelques heures plus tard, Zukovsky, Bond, Bull et Jones se rendent à une ancienne planque du KGB pour en apprendre plus sur Renard et Elektra. Le terroriste porte une mallette qui se trouve être une bombe. Après être resté derrière ses ennemis tandis qu'ils étudient les plans de ses véritables patrons, Bull dépose la bombe et repart, la faisant exploser et presque tuer Valentin. Poursuivi par Bond et Jones, le poseur est cette fois plus malin puisqu'il est venu avec Gabor, le garde du corps d'Elektra, et d'autres sbires et tous encerclent les deux protagonistes. Womasa obtient donc sa vengeance sur Bond et en est ravi. Ils les conduisent alors à la tour de la Vierge, le repaire d'Elektra et de Renard, et restent dans ce bâtiment durant l'assaut mené par Zukovsky et ses hommes restants. Au cours de l'attaque, Bull se retrouve face à son ancien patron et fait semblant d'être ravi de le revoir mais est abattu par ce dernier, qui lui reproche son infidélité. Zukovsky subit cependant le même sort que son ancien homme de main puisqu'il est tué par Elektra, bien que dans son dernier souffle, il parvient à permettre à Bond de se libérer de la chaise de torture où il était prisonnier.

Production Modifier

M. Bull est considéré comme l'un des antagonistes supporters dans le film de James Bond de 1999 Le monde ne suffit pas. Il a été interprété par le disc jockey, compositeur de musique électronique et acteur britannique Goldie et a été doublé dans la version française par l'acteur et metteur en scène Sylvain Lemarié.

Dans les premières versions du scénario du film, aucun personnage du nom de Bull ou de Maurice Womasa n'existait. En revanche, il y avait un personnage russe qui se nommait Dmitri Palov. Il s'agissait d'un des anciens collègues du KGB de Valentin Zukovsky qui était également connu sous le nom de Boa[3]. Apparemment, Palov avait déjà des dents en or et possédait une force physique incroyable, semblable à celle du fameux tueur à gages Requin, un personnage emblématique de l'univers de James Bond apparu principalement dans les films L'espion qui m'aimait (1977) et Moonraker (1979) en tant qu'adversaire de 007 (bien qu'il se soit finalement rangé de son côté).

Dans le script, Boa se trouvait aux côtés de Zukovsky lorsqu'il rencontrait Bond dans son casino et le criminel, qui connaissait 007 depuis longtemps, exprimait son envie de serrer ses mains autour de son cou. Son interlocuteur ripostait en lui demandant s'il avait suivi une quelconque thérapie depuis la Pérestroïka. Cela amenait Zukovsky à s'inquiéter pour son assurance, ce qu'il fait toujours dans la version finale du film[3].

Plus tard, à Istanbul, Bao provoquait déjà une explosion dans l'ancienne planque du KGB avant de prendre la fuite. La poursuite entre Bond et lui était cependant beaucoup plus longue que celle montrée dans le film et incluait des sauts sur les toits du Grand Bazaar et des atterrissages sur des véhicules en mouvement, notamment sur un bus. Le binôme s'affrontait ensuite au corps-à-corps dans un café avant que la poursuite ne reprenne. Un nouvel affrontement physique avait lieu sur un bateau à vapeur au cours duquelle Boa perdait la vie en étant jeté par-dessus bord[3].

Le film Le monde ne suffit pas a par ailleurs fait l'objet d'une adaptation en roman par l'écrivain américain Raymond Benson la même année de sortie du film dans les salles obscures. Benson a décidé d'y inclure M. Bullion mais avec les caractéristiques des scripts originaux. Le personnage est cependant désigné sous le nom de Taureau dans la version française de l'ouvrage.

À défaut d'avoir les caractéristiques originales, Taureau a un rôle extrêmement similaire à celui qu'il tient dans le film et ses actions sont pratiquement toutes les mêmes. On peut noter cependant une petite différence concernant sa mort : lorsqu'il est face à Zukovsky au cours de l'assaut dans la tour de la Vierge, il tente de faire croire au Russe qu'il a été contraint de s'allier à Renard et à Elektra King au lieu de simplement exprimer sa fausse satisfaction de le revoir. Dans tous les cas, il est abattu par Zukovsky comme punition pour sa trahison[1].

M. Bullion est également apparu dans les variantes Nintendo 64 et PlayStation de James Bond 007 : Le monde ne suffit pas, l'adaptation en jeu-vidéo du film, où il a été doublé par l'acteur Simon Mattacks. Dans la version Nintendo 64, il porte toujours des lunettes à soleil et laisse une fois encore la mallette explosive dans l'ancienne planque du KGB avant de prendre la fuite. Cependant, contrairement au film et au roman, 007 le traque beaucoup plus longuement dans les rues d'Istanbul tout en affrontant des hommes de main armés qui lui viennent en aide. Au bout d'un moment, Bull réapparaît en tenant Christmas Jones en otage avec d'autres sbires et révèle à ce moment-là qu'il travaille pour Elektra.

Peu après, après avoir été libéré d'Elektra par Zukovsky, Bond s'enfuit et affronte brièvement Bullion avant de le tuer et de se servir de son empreinte digitale pour déverrouiller une porte sécurisée et poursuivre sa mission.

La version PlayStation inclut la scène du casino de Valentin mais Bull y est absent. Il semble une nouvelle fois faire sa première apparition lorsqu'il fait exploser la bombe dans la planque. Bond est alors chargé de le capturer vivant mais le gangster s'enfuit après avoir chargé plusieurs sbires d'en finir avec lui. Suite à une courte confrontation avec Bull dans une station de métro, il s'enfuit à nouveau mais est rattrapé par son ennemi à des quais où il le capture avec Gabor et les autres sbires, qui tiennent à nouveau Jones. Les images de la scène de capture issues du film sont également montrées à ce moment-là.

C'est à nouveau lorsque le protagoniste cherche M que Bull le confronte. Cette fois-ci, l'homme de main est exceptionnellement résistant mais il est possible pour le joueur de l'éliminer définitivement avec une arme à feu et peut-être aussi au corps-à-corps.

Note Modifier

  • M. Bull est peut-être une inspiration ou au moins un clin d'œil à l'un des plus célèbres antagonistes de James Bond, Auric Goldfinger. Les deux semblent en effet partager une certaine passion pour l'or puisqu'ils apparaissent toujours avec des objets ou des tenues en or, bien que les multiples accessoires dorés de Bull servent majoritairement à lui attribuer une apparence physique intrigante et inquiétante, selon la tradition des seconds couteaux apparus dans la série de films.

Références Modifier

  1. 1,0, 1,1, 1,2, 1,3, 1,4 et 1,5 Benson, Raymond (1999). Le monde ne suffit pas. ISBN 2738659381
  2. La fête a lieu à la fin de l'histoire comme le démontre le dialogue final entre Bond et Christmas Jones.
  3. 3,0, 3,1 et 3,2 http://www.commander007.net/2015/09/monde-ne-suffit-scripts-originaux/
Sauf mention contraire, le contenu de la communauté est disponible sous licence CC-BY-SA .