FANDOM


Chang: "Vous avez été très occupé, monsieur Bond."
James Bond: "On essaie de survivre, monsieur Chang, on essaie de survivre."
―M. Chang et James Bond se retrouvant.[src]

M. Chang est le réceptionniste du Royal Rubyeon Hotel, à Hong Kong, mais ce poste n'est qu'une couverture car c'est en réalité un espion employé par les services secrets chinois. Il connaît l'agent du MI6 James Bond, qui a apparemment séjourné plusieurs fois dans son établissement par le passé. C'est un homme plutôt compétent et autoritaire avec ses subordonnés.

Dans le film Modifier

En 2002[1][2], après avoir échappé à la captivité du MI6 à bord d'un navire passant par Hong Kong, Bond se rend dans le Royal Rubyeon Hotel pour y passer la nuit mais en raison de son apparence négligée dûe à des mois de détention par l'armée nord-coréenne, le réceptionniste ne sait pas qui il est. M. Chang reconnaît alors l'Anglais et l'accueille chaleureusement. Réprimandant le commis, le manager met gratuitement la suite présidentielle à la disposition de l'agent secret tout en lui laissant une bouteille de Bollinger mais il pense qu'il est venu l'espionner en supposant que le Royaume-Uni n'a pas renoncé à Hong Kong suite à la rétrocession de 1997 et envoie donc une de ses subordonnées de son agence, une belle jeune femme se faisant appeler Calmes Fontaines de Désir, rencontrer Bond dans sa suite en se faisant passer pour une masseuse afin d'extorquer des informations à l'employé du MI6. Pendant que le binôme flirte, Chang le filme secrètement avec une équipe dans une pièce cachée par un miroir à double sens.

Cependant, 007 se rend compte de la supercherie en trouvant l'arme sanglée à la cuisse de Calmes Fontaines et jette alors un cendrier sur le miroir, le brisant et révélant Chang et ses hommes. Bond fait alors savoir à l'espion qu'il connaît sa véritable identité tout en le menaçant avec l'arme de la masseuse. Prenant ensuite l'homme à part, le protagoniste rappelle que le terroriste nord-coréen Zao a tué trois de ses hommes et qu'il est donc leur ennemi commun.

Plus tard, après avoir référé à Pékin de ce qui s'est passé, Chang retrouve Bond à la réception de l'hôtel et lui remet du matériel incluant un faux passeport et un billet d'avion pour se rendre à La Havane, à Cuba, l'informant que Zao se serait rendu là-bas et lui demandant sarcastiquement de le saluer quand il l'aura retrouvé.

Production Modifier

M. Chang est considéré comme un protagoniste supporter dans le film de 2002 Meurs un autre jour. Il a été interprété par l'acteur, réalisateur, dramaturge et producteur chinois Ho Yi (crédité comme Manager de l'hôtel), qui a été doublé dans la version française par l'acteur Jim Adhi Limas.

Dans les premières versions du scénario du film, le personnage de M. Chang n'existait pas car Bond devait retrouver Wai Lin, un autre agent chinois apparu dans Demain ne meurt jamais (1997), dans l'hôtel et c'était elle qui lui remettait son équipement pour se rendre à Cuba. Cependant, l'actrice Michelle Yeoh étant indisponible pour reprendre son rôle, M. Chang, un personnage original, a été créé à sa place[3].

Chang est également apparu dans l'adaptation en roman du film par l'écrivain américain Raymond Benson, qui ajoute une scène dans laquelle il remet à Bond un dossier sur Zao et un autre sur son employeur, Tan-Gun Moon, ainsi qu'un Walther P99[4].

Images Modifier

Note Modifier

  • La scène dans laquelle Chang et son équipe filment Bond et Calmes Fontaines derrière un miroir à double sens référence celle du film Bons baisers de Russie (1963) dans laquelle 007 et sa nouvelle amante Tatiana Romanova étaient secrètement filmés par la méchante Rosa Klebb, là encore cachée derrière un miroir à double sens, sauf que cette fois, Bond ne découvrait la supercherie que beaucoup plus tard en étant confronté à l'assassin Donald Grant.

Références Modifier

  1. Les papiers d'admission du client de la clinique du Dr. Alvarez sont datés du 1 mars 2002 (à 40 min 47 sec).
  2. Le dossier de clinique de Jinx est daté du 3 mars 2002 (à 46 min 40 sec).
  3. http://www.commander007.net/2015/wai-lin-et-les-premiers-scripts-de-meurs-un-autre-jour/
  4. Benson, Raymond (2002), Meurs un autre jour. ISBN 2738659683
Sauf mention contraire, le contenu de la communauté est disponible sous licence CC-BY-SA .