FANDOM


Martine Blanchaud: "Mais, James, j'ai besoin de toi !"
James Bond: "L'Angleterre aussi !"
―Dernier échange entre La femme et James Bond.[src]

Une femme non identifiée était un agent du KGB qui usait de ses charmes pour piéger des espions occidentaux et entraîner leurs exécutions.

Dans le film Modifier

En 1977, le KGB met à exécution une opération visant l'exécution de l'agent du MI6 James Bond 007 alors qu'il est en mission à Berngarten, dans les Alpes autrichiennes. Collaborant avec un de ses collègues, Sergei Barsov, et trois autres assassins, cet agent séduit le Britannique et décidant de passer un peu de temps en sa compagnie, elle a des rapports sexuels avec lui sur un tapis de fourrure dans la cabane en rondins où le protagoniste semble séjourner durant sa mission. Cependant, leur intimité prend fin lorsque 007 reçoit sur sa montre un message télex envoyé par son supérieur, Miles Messervy, lui ordonnant de se présenter au quartier-général du MI6. Ignorant les protestations de sa dernière amante, Bond se rhabille et sort de la cabane alors même que Barsov et ses cohortes se rapprochent. Profitant de ce que leur cible n'est plus avec elle, la jeune femme utilise un émetteur radio se trouvant dans son sac à main pour informer Barsov que 007 vient de sortir. Suite à cela, ses collègues poursuivent Bond à ski mais la tentative d'assassinat de l'agent anglais se solde par son échec et entraîne la mort de Barsov. L'espionne n'ayant plus participé aux opérations subséquentes du KGB, son sort demeure inconnu mais elle est implicitement toujours active lorsque l'agence décide d'unir ses forces avec le MI6 pour enquêter sur la disparition de leurs sous-marins respectifs.

Production Modifier

Cet agent est considérée comme une antagoniste mineur dans le film de James Bond de 1977 L'espion qui m'aimait. Elle a été interprétée par l'actrice et mannequin britannique Sue Vanner, qui a été créditée au générique simplement comme "Fille dans la cabane de rondins".

Le personnage apparaît beaucoup plus longuement dans James Bond, l'espion qui m'aimait, l'adaptation en roman du film par le scénariste Christopher Wood, dans lequel son nom a été révélé comme étant Martine Blanchaud. Dans cette continuité alternative, elle travaille cette fois pour l'organisation de contre-espionnage soviétique du SMERSH et est cette fois rousse au lieu d'être blonde comme dans le film. Décrite comme "une rousse aux yeux de lynx", Martine rencontre Bond dans un casino de Chamonix-Mont-Blanc, dans les Alpes françaises, et se lie d'amitié avec celui-ci après qu'il lui ait offert une boisson. Elle lui explique qu'elle vit à Lyon, où son père possède une entreprise, et qu'elle se rend à Charmonix chaque été pour le ski. Martine mentionne également qu'elle est mariée et qu'elle reste avec des amis à Charmonix, amenant 007 à remarquer qu'aucun de ses prétendus amis ne l'a accompagné au casino. Enfin, elle déclare qu'un de ses amis travaille dans une société d'héliski et invite donc Bond à profiter de l'occasion pour skier dans d'excellentes conditions au sommet de "l'Aiguille de la Mort"[1].

Après une journée au ski, Martine propose à Bond de passer la nuit en sa compagnie dans des huttes et 007 accepte sans hésiter, laissant son arme derrière lui, bien qu'il commence à se méfier de la belle ainsi que de son pilote alors qu'il est emmené dans un endroit isolé à bord d'un hélicoptère de la société Gyrafrance. Arrivés à destination, Bond, craignant de prendre une balle dans le dos, demande à Martine de descendre la première et sur le chemin de leur chalet, il continue de la regarder avec méfiance et tente d'anticiper d'éventuels pièges. Déduisant finalement que la cabane semble tranquille, l'espion décide alors se détendre mais ses craintes s'avèrent fondées lorsqu'il voit trois assassins du SMERSH s'approcher du bâtiment. Soudainement apeurée, Martine révèle son rôle dans l'opération avant que Bond ne découvre le corps d'une autre femme non identifiée dans un sac à linge transparent, laissant supposer que le SMERSH compte l'inculper du meurtre. Réagissant avec horreur en voyant le cadavre, Martine démontre ainsi qu'elle n'était pas au courant de cette partie du plan et 007 décide donc de lui laisser la vie sauve. Suite à cela, il récupère ses skis et s'échappe, laissant Blanchaud seule dans la cabine. Malheureusement, à son retour à Londres, Bond apprend que Martine a été exécutée par le SMERSH en raison de l'échec de la mission et que la cabine et son corps ont été incinérés afin de maintenir l'opération secrète[1].

Notes Modifier

  • Sachant que l'action se passe en France dans le roman et en Autriche dans le film et que le nom "Martine Blanchaud" n'est mentionné que dans le roman, nous ignorons si le personnage se nomme également ainsi dans le film.
  • De nombreux fans considèrent l'agent comme une méchante alors qu'elle ne faisait en réalité que son travail d'agent du KGB.

Référence Modifier

  1. 1,0, 1,1 et 1,2 Wood, Christopher (1977). James Bond, L'espion qui m'aimait ISBN 2266006452
Sauf mention contraire, le contenu de la communauté est disponible sous licence CC-BY-SA .