FANDOM


Sir Miles Messervy était autrefois un amiral britannique a été nommé au poste de M. L'homme qui tenait ce poste avant lui avait malencontreusement été assassiné dans son bureau. Messervy est donc son successeur et maintient cette fonction durant de nombreuses années. Il sort de son bureau presque seulement pour rencontrer des dignitaires de d'autres Etats et quand il est sur le terrain, son lieu de travail est aménagé en fonction de ses besoins.

C'est un homme d'une grande efficacité car depuis qu'il est M, il y a 50 % en moins d'agents tués en mission.

Dans les films Modifier

James Bond 007 contre Dr. No (film) Modifier

En 1962, suite aux disparitions mystérieuses du commandant John Strangways et de sa secrétaire Mary Prescott, M lance des recherches pour localiser l'un de ses meilleurs éléments, James Bond 007. Aussitôt prévenu alors qu'il jouait aux cartes dans un club, 007 se présente aussitôt au MI6 et rencontre son patron dans son bureau. Lors de l'entretient entre les deux Anglais, Messervy annonce à son agent que Strangways et sa secrétaire ont tout deux disparus. Il informe aussi que, suite à une plainte, la CIA a envoyé un agent américain, Felix Leiter, pour travailler avec Strangways sur la disparition d'un missile. Bond est donc envoyé en mission en Jamaïque pour élucider ces mystères. Le chef du MI6 fait ensuite venir le commandant Boothroyd, l'armurier du service, dans la pièce. Sous ses instructions, ce dernier fait changer d'arme à Bond. L'agent doit en effet opter pour un Walther PPK au lieu du vulgaire Beretta model 1934 qu'il utilisait depuis dix ans. Suite aux insistances de M qui menace de le reverser aux écritures et aux archives, l'espion britannique accepte à contrecoeur de se débarrasser de son Beretta et de s'équiper du Walther. Après lui avoir fait la démonstration du Walther, Boothroyd se retire, laissant M et Bond finaliser leur discussion et se séparer. Seulement, en sortant du bureau de son supérieur, 007 flirte avec Miss Moneypenny, la secrétaire de M, et M les contacte par interphone et dit à son assistante que l'agent "00" est pressé.

Bons baisers de Russie (film) Modifier

L'année suivante, soit en 1963, Miles Messervy est convoqué par Ali Kerim Bey, le chef de la section T des services secrets britanniques, qui lui fait savoir que Tatiana Romanova, une jeune femme travaillant au consulat russe d'Istanbul, en Turquie, aimerait que James Bond la fasse passer à l'Ouest avec le dernier lecteur de déchiffrement que les Russes ont conçus et qu'ils devront remettre aux Britanniques. Aussi, M demande à Miss Moneypenny de localiser l'agent 007.

Quelques heures plus tard, alors que Bond pique-nique tranquillement avec une jeune anglaise du nom de Sylvia Trench, son beeper sonne, signifiant qu'il doit passer un coup de téléphone au MI6. Il contacte alors Moneypenny avec le téléphone de sa voiture et dit qu'il se présentera 90 minutes plus tard.

Lorsqu'il entre dans le bureau de la secrétaire, il se retrouve nez-à-nez avec M qui l'invite à le suivre dans son bureau. Tandis que les deux hommes s'installent, le supérieur parle à son agent de Tatiana Romanova et lui dit qu'elle serait tombée amoureuse de lui en ayant vu sa photographie. Confu, Bond suppose qu'il s'agisse d'un piège. Messervy rejoint son avis mais déclare qu'elle doit absolument faire avoir le lecteur de déchiffrement aux Britanniques. Afin de convaincre son agent de se mettre au travail, il lui présente une photo de Romanova que Kerim avait prise lors de leur rencontre sur un bateau. Via interphone, M contacte Moneypenny et lui demande de faire entrer Q, l'armurier du service. Juste après avoir fait son entrée, ce nouveau présente à Bond une mallette piégée et s'empresse de lui expliquer son fonctionnement sous l'oeil de M. Q se retire ensuite et James déclare ouvertement qu'il doute que cette invention lui servira dans sa mission mais Messervy insiste pour qu'il l'emporte avec lui malgré tout avant de lui souhaiter bonne chance. Tandis que son agent part, le chef des services secrets britanniques poursuit son travail avec des papiers administratifs. À nouveau, Bond échange des plaisanteries avec Moneypenny et M utilise son interphone pour contacter sa secrétaire et lui dire de demander à l'agent de lui remettre la photo de Romanova sous prétexte qu'il la reconnaîtra lors de sa mission.

Au cours de son séjour à Istanbul, Bond prend contacte avec Romanova et ils finissent par se donner rendez-vous sur un bateau où l'agent secret britannique interroge la jeune Russe sur le lecteur. Il enregistre la discussion et l'envoie par la suite au MI6. Aussi, M est bientôt en train de l'écouter avec plusieurs autres hommes. Comme Bond commence à se dispercer, le chef du MI6 demande à Moneypenny de se retirer. Mais l'assistante allume son interphone et continue d'écouter l'enregistrement. Messervy en est au courant et lui dit d'envoyer un télégramme à 007.

Bond, Kerim et Romanova prennent par la suite un train, l'Orient Express, mais Kerim est tué durant le trajet. 007 finit par rencontrer Mehmet, l'un des fils de Kerim, à la gare de Belgrade, en Sibérie. Au cours de leur discussion, l'agent britannique le charge d'envoyer un message à M lui disant d'envoyer un agent des services secrets britanniques basé en Yougoslavie pour l'aider. Mehmet s'exécute aussitôt. Après avoir reçu ce message, M contacte Norman Nash, un agent basé en Yougoslavie qu'il charge de prendre contacte avec Bond et Romanova et de les aider à passer la frontière yougoslave en passant par Trieste, en Italie. Malheureusement, à l'insu de M et de Bond, Nash est piégé par un assassin nommé Donald Grant qui rencontre 007 sous son identité.

Goldfinger (film) Modifier

M interrogeant Bond

M interrogeant Bond sur les circonstances de la mort de Masterson.

Après que la dernière amante de Bond, Jill Masterson, ait été tuée en étant recouverte d'or dans sa chambre d'hôtel par son patron, Auric Goldfinger (que James était censé surveiller), Messervy reçoit l'agent "00" dans son bureau pour l'interroger sur les circonstances étranges de l'assassinat. Après avoir averti Bond de ne pas se lancer dans une vendetta, il l'informe que Goldfinger a rejoint l'Europe et lorsque son homme indique être prêt à remplir convenablement cette nouvelle mission, le patron du MI6 lui demande de le retrouver le soir-même pour un briefing lors d'un dîner avec le directeur de la Banque d'Angleterre. Celui-ci leur fait remarquer que Goldfinger disposerait des ressources nécessaires pour faire fondre des lingots d'or afin de dissimuler leurs origines suspectes et remet à 007 un lingot dont il pourrait se servir d'appât pour attirer l'attention du bijoutier lors de leur prochaine rencontre dans un club de golf.

Quelques jours plus tard, M est à son bureau lorsqu'il reçoit un appel d'un agent de la CIA allié à Bond, qui a émis un signal dans un jet privé en route vers Baltimore, aux États-Unis, à la surprise de Messervy, qui croyait son agent en Suisse. En conséquence, l'amiral charge l'espion de surveiller 007 et de lui prêter main forte.

Opération Tonnerre (film) Modifier

Dans une salle de conférence du QG du MI6, tous les agents "00" présents en Europe sont convoqués d'urgence car le ministre de l'Intérieur aimerait leur faire part d'un enregistrement qui a été reçu dans la matinée. M y est également présent. Il commence à parler mais s'interrompt car 007, qui arrive bon dernier, n'est pas encore assis à son siège. Bond s'assied donc à la septième place. Le ministre de l'Intérieur commence ensuite ses explications et M met en marche l'enregistrement (en réalité enregistré par Ernst Stavro Blofeld). La voix de Blofeld enregistrée informe que des bombes atomiques sont en possession du SPECTRE et demande une rançon afin qu'il ne fasse pas exploser les bombes dans une grande ville anglophone.

Après la fin de la conférence, M convoque 007 dans son bureau. L'espion anglais remet à son patron une photographie du commandant français François Derval et de sa soeur, Domino, et affirme que Derval est décédé. M a apparemment l'intention d'ouvrir une enquête sur le meurtre de Derval et envoie Bond en mission à Nassau pour récupérer les bombes atomiques dérobées.

On ne vit que deux fois (film) Modifier

M dans le Tenby

M discutant avec Bond à bord du HMS Tenby.

En 1967, la Royal Navy met en scène la mort et les funérailles de James Bond tandis que Messervy et ses subordonnés déplacent leurs quartiers dans le HMS Tenby, un navire de guerre. L'amiral reçoit le commandeur à bord du bâtiment et le charge d'enquêter sur la disparition d'une capsule spatiale américaine dont l'Union Soviétique en serait le commanditaire. Le protagoniste est alors envoyé à Tokyo, au Japon, où la fusée ayant capturé l'engin aurait atterri.

Au service secret de Sa Majesté (film) Modifier

Quelques temps plus tard, M est à l'origine de l'opération Bedlam, qui consiste en fait en la traque de plusieurs grands criminels dans le monde, dont Ernst Stavro Blofeld que James Bond traque depuis la fin de sa dernière mission. Seulement, deux ans plus tard, l'agent 007 n'est toujours pas parvenu à remettre la main sur le leader du SPECTRE. Bientôt, il semble que l'espion britannique a disparu et M semble s'en préoccuper, tout comme le Premier ministre. Dans son bureau, il est avec Q qui tente de le convaincre que l'équipement du MI6 est désuet et que l'informatique leur serait indispensable. Il présente alors une nouvelle invention au chef du MI6 qui déclare, indifférent, que la priorité est de retrouver 007.

Plus tard, à l'insu de M, Bond rencontre un certain Marc-Ange Draco, le dirigeant d'un puissant syndicat du crime qui se nomme l'Union Corse, et passe un marché avec lui : épouser sa fille Tracy (qu'il avait déjà sauvé à plusieurs reprises) en échange de renseignements sur Blofeld. L'agent "00" retourne ensuite au MI6 et rencontre M dans son bureau alors qu'il était en train de travailler. Là, Messervy le relève de l'opération Bedlam puisqu'il n'a pas été capable de retrouver Blofeld et refuse d'écouter ses protestations. Vivement contrarié, Bond veut lui présenter sa démission mais heureusement, Miss Moneypenny a l'idée de lui accorder plutôt deux semaines de congé. Cette requête lui est accordée et après son départ, Messervy remercie sa secrétaire.

Malgré tout, Bond ne prend pas réellement des vacances mais continue d'enquêter sur Blofeld avec l'aide de Draco. Il finit par apprendre qu'il a prit l'identité d'un comte suisse et qu'il vit dorénavant en Suisse. 007 rend alors visite à Messervy dans sa résidence privée et est conduit jusqu'à lui par son majordome. Il fait alors part à son patron des nouvelles informations qu'il possède et est vraisemblablement réintégré.

Bien plus tard, Tracy a été capturée par Blofeld et ses agents et est retenue captive dans le Piz Gloria, le nouveau repaire du chef du SPECTRE. Bond veut lancer un assaut dans l'établissement pour la délivrer et mettre fin aux plans machiavéliques de Blofeld mais malheureusement, son supérieur refuse pour des raisons diplomatiques et annonce que les exigences que le grand criminel a demandé pour mettre fin à ses plans seront remplies. Cela contraint Bond à contacter secrètement Draco et à l'inviter à se joindre à lui.

Quelques jours plus tard, Bond et Tracy se marient au Portugal et Messervy figure parmi les proches à être invité à participer à la cérémonie. Le chef des services secrets britanniques s'y rend alors avec Q et Moneypenny. Au cours de la fête, il a notamment l'occasion de faire la rencontre de Draco.

Les diamants sont éternels (film) Modifier

Après la "mort" de Blofeld par Bond, M montre à son agent différents diamants mais ce dernier ne semble pas l'écouter. Le binôme rencontre ensuite le président d'un syndicat de diamants avant que Messervy n'envoie son homme à Amsterdam, en Hollande, pour y débuter une enquête sur les disparitions de diamants.

Vivre et laisser mourir (film) Modifier

En 1973, suite aux disparitions de trois agents des services secrets britanniques enquêtant sur un dictateur répondant au nom du Dr. Kananga, M décide de confier les investigations à Bond à qui il rend une visite impromptue à son domicile alors qu'il vient d'accomplir une mission en Italie. Tout en étant briefé, 007 sert du café à son patron, qui l'envoie cette fois à New York.

L'homme au pistolet d'or (film) Modifier

En 1974, une balle en or portant la signature et les empreintes digitales de l'assassin professionnel hispanique Francisco Scaramanga ainsi que la gravure du matricule "007" est envoyée au MI6 ce qui donne l'impression que Bond est sa prochaine cible. Après que la balle ait été minutieusement analysée, M s'entretien dans son bureau avec deux hommes dont Bill Tanner, son chef d'état-major, puis convoque Bond lui-même. Le chef des services secrets britanniques demande ainsi à son agent ce qu'il sait de Scaramanga et après que celui-ci ait fait un récit de ses connaissances sur l'homme au pistolet d'or, il lui présente la fameuse balle. Quand Bond, après l'avoir examinée, demande qui serait prêt à payer 1 000 000 $ sa liquidation, M lui fait comprendre que de nombreuses personnes pourraient en avoir après lui. Ensuite, après que Tanner ait participé à la conversation, il l'invite à prendre congé avec l'autre homme, puis poursuit seul son entretien avec Bond. Le supérieur relève l'agent "00" de sa mission actuelle visant à retrouver Gibson, un expert en énergie solaire porté disparu, afin qu'il puisse se charger de Scaramanga. Bond en est contrarié, déclarant que la crise énergétique est toujours présente, mais M lui rappelle que le MI6 ne possède ni l'adresse ni la fiche signalétique de Scaramanga, puis 007 quitte le bureau et débute son enquête sur le criminel, laissant apparemment à Messervy le soin de confier la mission de mettre la main sur Gibson à un autre agent, le lieutenant Hip.

Plus tard, tandis que Bond et Hip poursuivent leurs missions respectives à Hong Kong, M voyage jusqu'à la ville chinoise avec ses subordonnés dont Q et établit ses quartiers dans l'épave du RMS Queen Elizabeth. De plus, après que Gibson ait été assassiné par Scaramanga en présence de Hip et de Bond, le directeur du MI6 rencontre les deux agents au cours d'un briefing dans le bateau. Durant l'entretien, 007 rapporte que l'information selon laquelle Scaramanga avait eu le contrat de l'abattre était de toute évidence éronnée et qu'au lieu de cela, c'est Gibson qui a été la dernière victime du tueur. Hip, quant à lui, leur apprend que Gibson a tenté de négocier auprès de lui son immunité contre le Solex Agitateur, un petit dispositif qu'il a créé dans le but de mettre fin à la crise énergétique. Malheureusement, comme le dit Hip, l'objet n'était plus dans la poche de Gibson au moment où il a été tué et cela amène M à féliciter sarcastiquement ses agents en soulignant qu'ils ont un cadavre encombrant et aucune piste. Bond, cependant, corrige en disant qu'ils peuvent partir du principe que le multi-milliardaire thaïlandais Hai Fat est l'employeur de Scaramanga pour le meurtre de Gibson et il s'envole ensuite pour Bangkok, en Thaïlande, avec Hip tandis que M et ses employés restent à Hong Kong.

Plus tard encore, après que Scaramanga se soit échappé dans sa voiture volante avec l'agent du MI6 Mary Bonne-Nuit et le Solex, Bond et Hip rencontrent une nouvelle fois M dans le Queen Elizabeth et font leur rapport sur la situation. M est à nouveau contrarié et médite sur leurs paroles jusqu'à ce qu'un autre agent les informe qu'ils ont capté le signal de Bonne-Nuit (elle a placé un dispositif de suivi dans la voiture de Scaramanga) en mer de Chine. Bond déclare qu'il peut s'y infiltrer mais M en est réticent par peur de représailles du Premier ministre. 007 lui rétorque alors qu'il pourrait ignorer son aventure et il semble accepter.

Enfin, après que Bond et Bonne-Nuit aient tué Scaramanga, récupéré le Solex et détruit son repaire, M les appelle alors qu'ils font l'amour dans la jonque de l'homme au pistolet d'or. Le chef félicite son agent et demande à parler à Bonne-Nuit mais Bond refuse de la lui passer et fini par raccrocher, le laissant probablement embarrassé.

L'espion qui m'aimait (film) Modifier

M au téléphone

M étant informé de la disparition du HMS Ranger par le Premier ministre britannique.

En 1977, Messervy est contacté par le Premier ministre britannique, qui l'informe que le HMS Ranger, un sous-marin nucléaire de la Royal Navy transportant des missiles balistiques intercontinentaux, a disparu dans de mystérieuses circonstances. En raison de la délicatesse de la situation, le chef du MI6 décide une fois de plus de confier l'affaire à Bond et demande donc à Moneypenny de délivrer à son homme un message l'incitant à se retirer de sa mission actuelle à Berngarten, dans les Alpes autrichiennes. Une fois de retour au Royaume-Uni, 007 rencontre plusieurs officiers de la Royal Navy dans un autre navire de guerre avant que M ne lui fournisse des informations additionnelles sur sa mission qu'il débute cette fois au Caire, en Égypte.

M retrouvant Bond

M retrouvant Bond dans le temple d'Abou Simbel.

Quelques jours plus tard, M est amené à voyager personnellement jusqu'en Égypte avec Moneypenny, Q et d'autres subordonnés pour y rencontrer le directeur du KGB, Anatol Alexis Gogol, le Royaume-Uni et la Grande-Bretagne ayant décidé d'unir leurs ressources dans le cadre de leur enquête commune sur la disparition de leurs sous-marins nucléaires respectifs. Après que Bond ait été neutralisé par le gaz de la cigarette de son homologue soviétique, Anya Amasova, M retrouve les deux agents ainsi que Gogol dans le temple d'Abou Simbel et révèle avec le général leur intention de faire équipe. La copie microfilmée d'un système de détection de sous-marins auparavant récupéré par Amasova et 007 est analysée grâce à l'équipement de Q et il est alors établi qu'il a été confectionné par Karl Stromberg, un riche entrepreneur suédois possédant un laboratoire en Sardaigne, en Italie. Bond et Amasova y sont donc envoyés par leurs supérieurs respectifs pour poursuivre leur mission.

Suite au succès de la mission de 007 et d'Amasova, M, Gogol et leurs cohortes montent à bord d'un autre navire de guerre qui repêche une sonde de survie dans laquelle les hauts fonctionnaires horrifiés surprennent les deux agents en train de coucher ensemble.

Moonraker (film) Modifier

M reçoit encore un coup de téléphone du Premier Ministre et est informée de la disparition, cette fois, d'une navette spatiale qui devait être livrée aux Britanniques par les Américains, un Moonraker. Là, encore, Bond est absent.

Peu après, on le voit aussi à une réunion avec Q et Bond, lorsque ce dernier revient d'une mission en Afrique. Tous discutent de la disparition préoccupante de la navette spatiale qui serait probablement détruite.

M est aussi présent lorsque Q présente le lance-fléchette à 007 et que ce dernier l'essaie.

Plus tard, M ainsi que Frédérick Gray, le ministre de la Défense britannique, sont sur le terrain, à Venise, en Italie, avec Bond. Les trois hommes entrent dans un laboratoire qui, la veille, avait vu la mort de deux scientifiques qui ont étés asphyxiés. Seulement, ils se retrouvent tous face à Hugo Drax, le créateur du Moonraker. M dit à Bond qu'il lui doit une explication. Alors que Bond est sur le point d'être relevé de sa mission, il demande à M de faire analyser à Q quelque chose de mortel qu'il a retrouvé au laboratoire, la veille également. M le prend mais recommande à son agent de prendre deux semaines de congé.

Production Modifier

Miles Messervy est M dans tous les films de James Bond produits par EON Productions de James Bond 007 contre Dr. No (1962) à Moonraker (1979). Il a été interprété par le regretté acteur britannique Bernard Lee.

Le personnage de Messervy alias M a été originellement crée par l'écrivain et ancien espion britannique Ian Fleming et est l'un des personnages les plus récurrents et importants de sa série de romans mettant en scène James Bond. Il apparaît dès le premier roman, Casino Royale (1953).

Lors de sa retranscription au grand écran, les scénaristes voulaient apparemment que le personnage de M soit relativement proche de celui des romans de Fleming. Aujourd'hui encore, de nombreux fans de James Bond considèrent que cette version de M est assez fidèle à celle des romans.

Apparemment, Lee s'était vu confier le rôle parce qu'il était "une figure paternelle prototypique"[1]. Il avait été sélectionné la veille du tournage et tous ses concurrents étaient indisponibles[2].

La scène de l'entretien dans le bureau de M dans James Bond 007 contre Dr. No a apparemment été la première a être tournée et la plupart des acteurs et de l'équipe technique dont le réalisateur Terence Young étaient arrivés en retard à cause du froid rigoureux et des intempéries[1].

Bernard Lee était gravement victime d'un cancer et cela l'avait porté préjudice au moment d'incarner M dans le film Vivre et laisser mourir (1973). Fort heureusement, l'acteur britannique s'était suffisamment rétabli pour incarner son personnage jusqu'à Moonraker (1979)[1]. À l'origine, il devait reprendre son rôle dans Rien que pour vos yeux (1981), mais il succomba à la suite de son cancert le 16 janvier 1981, quatre mois après le début du tournage. Comme l'acteur n'avait pas pu filmer ses scènes, il a été décidé de lui rendre hommage en retirant son personnage de l'histoire[1].

En 2005, le M de Bernard Lee fait son grand retour dans le jeu-vidéo Bons baisers de Russie (2005), qui est bien entendu basé sur le film éponyme. Dans ce jeu, tout comme dans le film, il reçoit Bond dans son bureau et le briefe sur sa mission : rencontrer Tatiana Romanova et obtenir le lecteur de déchiffrement.

Références Modifier

  1. 1,0, 1,1, 1,2 et 1,3 https://translate.google.ch/translate?hl=fr&sl=en&u=http://www.imdb.com/title/tt0055928/trivia&prev=search
  2. http://www.commander007.net/2016/12/quelques-anecdotes-films/
Sauf mention contraire, le contenu de la communauté est disponible sous licence CC-BY-SA .