James Bond
Advertisement
James Bond

James Bond: "Ma chère petite, ne vous flattez donc pas. Ce que j'ai fait ce soir, je l'ai fait pour la reine et pour mon pays. Vous ne pensiez pas que ça m'avait causé le moindre plaisir, j'espère ?"
Fiona Volpe: "Mais bien sûr, j'avais oublié votre standing, monsieur Bond. James Bond, l'homme qui n'a qu'à faire l'amour à une femme pour qu'elle entende chanter tout-à-coup le chœur des anges ! Elle se repent et sans plus attendre, elle revient sur la route du Bien et de la Vertu… Mais pas celle-là ! Quel choc ce doit être pour vous, vous avez essuyé un rude échec !"
―James Bond et Fiona Volpe[src]

Opération Tonnerre (Thunderball en version originale) est un film d'espionnage britannique réalisé par le cinéaste Terence Young et sorti en 1965. C'est le quatrième opus de la série de films produite par EON Productions et centrée sur l'agent du MI6 fictif James Bond, toujours interprété par l'acteur écossais Sean Connery. Il est basé sur le roman de 1961 du même nom de l'écrivain Ian Fleming, lui-même basé sur une histoire originale de Kevin McClory, Jack Whittingham et Fleming et un scénario original de Whittingham. Outre Connery, le casting se compose aussi principalement des acteurs Adolfo Celi, Claudine Auger, Luciana Paluzzi et Rik Van Nutter.

Le roman Opération Tonnerre a été associé à un différend juridique au début des années 1960 lorsque McClory et Whittingham ont poursuivi Fleming en justice au moment de la publication du livre, affirmant que l'œuvre était basée sur des avant-projets que le trio avait écrit en vue d'adapter les romans au cinéma. Le procès a été réglé à l'amiable et les producteurs de la série de James Bond Harry Saltzman et Albert R. Broccoli, craignant que McClory ne produise un film concurrentiel, lui ont permis de conserver certains droits d'écran sur l'histoire, l'intrigue et les personnages du roman, et de recevoir le crédit de producteur unique sur ce film ; Broccoli et Saltzman ont alors été producteurs exécutifs.

Le scénario a été écrit par Richard Maibaum et John Hopkins et suit James Bond alors qu'il est chargé de retrouver deux bombes atomiques de l'OTAN volées par l'organisation criminelle du SPECTRE, qui demande une rançon au gouvernement britannique en menaçant de faire exploser les ogives dans une grande ville d'Angleterre ou des États-Unis d'Amérique (qui se révélera plus tard être Miami). La mission de 007 le conduit à Nassau, aux Bahamas, où il affronte Emilio Largo, le commandant en second du SPECTRE qui a supervisé le vol des ogives, avec l'aide de la maîtresse de Largo, Domino Derval, et de son allié de la CIA Felix Leiter. La production complexe du film était composée de quatre unités différentes et environ un quart du film comprenait des scènes sous-marines. Opération Tonnerre était le premier film tourné avec des caméras Panavision et le premier à avoir une durée de plus de deux heures. Comme la plupart des premiers opus de la franchise, ce volet est une adaptation proche du roman de Fleming malgré des changements majeurs, notamment dans la séquence de pré-générique, l'inclusion de gadgets et une technologie plus moderne. Le niveau de violence de Opération Tonnerre est en outre légèrement plus élevé que les trois films précédents.

Le budget du métrage est estimé à 5 500 000 $[1] et il a connu un succès exceptionnel au box-office mondial, ayant rapporté plus de 141 000 000 $ à travers le monde (1,13 milliard en avril 2019[2]). Il est donc plus rentable que les trois films précédents mais s’est aussi avéré plus lucratif que les cinq suivants. Opération Tonnerre est en outre l’opus de James Bond le plus réussi financièrement en Amérique du Nord lorsqu'il est ajusté pour l'inflation du prix des billets. La plupart des critiques ont fait son éloge, saluant entre autres son montage et les scènes d’action, alors que d'autres ont plutôt considéré que les séquences aquatiques étaient répétitives et que la longueur du métrage était excessive.

En 1983, Warner Bros. a produit Jamais plus jamais, une deuxième adaptation cinématographique du roman produite par Kevin McClory, qui a également marqué le retour de Connery dans le rôle de Bond.

Synopsis[]

Bond et Mlle La Porte enquêtant sur la "mort" de Bouvard.

À Dreux, en France, l'agent du MI6 James Bond 007 enquête avec sa collègue, Mlle La Porte, sur la mort apparente de Jacques Bouvard, un membre de l'organisation criminelle du SPECTRE qui a auparavant tué deux collègues de l'agent 007 et qui assiste à ses fausses funérailles déguisé en sa propre veuve. À l'issue d'une confrontation spectaculaire dans un château, Bond élimine le militaire et s'échappe grâce à un jet pack et à son Aston Martin DB5 gadgétisée. Pendant ce temps, lors d'une réunion secrète des agents du SPECTRE à Paris, Emilio Largo, le commandant en second de la société, expose à ses cohortes les détails du "Projet OTAN", un stratagème audacieux qu'il a lui-même imaginé et qui vise à détourner le vol de l'Avro Vulcain, un bombardier de l'Organisation du traité de l'Atlantique nord (OTAN), lors d'un exercice d'entraînement afin de subtiliser les deux bombes atomiques que l'appareil transporte et d'extorquer une grosse somme d'argent au gouvernement britannique. Dans le cadre de ce complot, un subordonné de Largo, le comte Lippe, a recruté un agent italien du nom d'Angelo Palazzi, qui a subi une chirurgie esthétique pendant deux ans dans la clinique de relaxation de Shrublands, en Angleterre, pour prendre l'apparence de François Derval, le pilote du bombardier, tandis que l'assassin Fiona Volpe séduit le véritable Derval avant de le faire tuer par Palazzi. Exécutant le plan, l'Italien détourne le Vulcain, tuant son équipage avec une cartouche de gaz et faisant couler l'appareil dans les eaux des Bahamas. Alors que les bombes sont récupérées par ses hommes et montées à bord de son yacht, le Disco Volante, Largo laisse Palazzi se noyer pour avoir demandé plus d'argent que convenu à Volpe.

Pendant ce temps, Bond, qui se remettait en forme dans la clinique de Shrublands suite à sa confrontation avec Bouvard, remarque la présence de Lippe, qui tente de le tuer avec une machine à traction vertébral, et découvre le corps du véritable Derval enveloppé dans des bandages. Alors qu'il est appelé d'urgence à Londres, il est pris pour cible par Lippe mais le comte est également tué par Volpe car il a failli compromettre le stratagème de Largo. Convoqué à Whitehall, à Londres, avec les autres agents "00" du MI6, Bond est informé avec ses collègues que le SPECTRE a demandé une rançon de 100 000 000 £ en menaçant de faire exploser les bombes dans une grande ville d'Angleterre ou des États-Unis dans les sept jours à venir. Reconnaissant Derval sur une photo donnée aux agents durant leur briefing, Bond demande à son supérieur Miles Messervy d'être envoyé à Nassau, aux Bahamas, pour entrer en contact avec Domino, la jeune sœur du commandant défunt.

Bond faisant connaissance avec Domino.

Rencontrant Domino à Nassau, Bond apprend qu'elle est également la maîtresse de Largo et qu’elle n’est absolument pas consciente que son compagnon est responsable de la mort de son frère. 007 rencontre l'agent criminel pour la première fois dans un casino local et les deux hommes commencent rapidement à se livrer à un jeu du chat et de la souris tendu alors que l'un fait semblant d'ignorer la véritable identité de l'autre. Dans un même temps, 007 rencontre son ami de la CIA Felix Leiter et se voit remettre du matériel par Q, le quartier-maître du MI6, afin de l'aider à trouver les bombes. Cela permet au commandeur de remarquer une trappe sous-marine intrigante sous le Disco Volante mais il est repéré et les hommes de Largo tentent de le tuer avec des grenades sous-marines. Il est récupéré par Volpe, qui est consciente de son identité et le ramène à son hôtel. Cependant, l'assistante de 007, Paula Caplan, est enlevée le lendemain et est emmenée à Palmyra, la villa de Largo, pour être interrogée. Bond tente de sauver cette dernière mais la jeune femme se suicide avec du cyanure avant son arrivée et bien que l'agent anglais parvienne à s'échapper, il est piégé par Volpe et est capturé à son tour. Le protagoniste se libère néanmoins de l'emprise des criminels lors du défilé du Junkanoo, laissant Volpe être abattue accidentellement par un de ses complices en essayant de le faire tuer.

Domino étant prise en flagrant délit par Largo.

Plus tard, 007 et Leiter trouvent l'épave du Vulcain, que les hommes de Largo ont caché sous l'eau, ainsi que le corps de Palazzi. Bond apprend ensuite à Domino que son frère est mort et que son amant est impliqué dans l'assassinat afin de solliciter son aide pour rechercher les bombes dans le Disco Volante. Toutefois, Largo prend sa maîtresse en flagrant délit et l'emprisonne. Alors que les agents du SPECTRE déplacent les bombes sous l'océan Atlantique et se préparent à les larguer à Miami, Bond et Leiter sollicitent l'aide de la marine américaine pour intercepter les criminels, donnant lieu à une longue bataille sous-marine à l'issue de laquelle Largo et ses hommes restants s'enfuient à bord du Disco Volante dont ils détachent la partie arrière pour transformer le bateau de plaisance en hydroptère incroyablement rapide. Réussissant à monter à bord du bateau, Bond se livre à un combat acharné avec Largo et ses complices et l'Italien est finalement tué par Domino, qui tire un harpon dans son dos pour venger son frère alors qu'il tenait Bond en respect. Le corps de Largo bloquant les commandes du bateau, Bond et Domino se jettent à l'eau juste avant que le navire explose en heurtant des récifs. Le couple est finalement repêché par un avion de sauvetage de la marine américaine équipé d'un système crochet.

Distribution[]

Production[]

Litiges juridiques et genèse du projet[]

Devant initialement être le premier film de James Bond[3][4], Opération Tonnerre et ses éléments associés (notamment l'organisation du SPECTRE et le personnage d'Ernst Stavro Blofeld) étaient au cœur de litiges juridiques qui ont débuté en 1961 et ont duré jusqu'en 2006. Comme mentionné précédemment, les anciens collaborateurs de Ian Fleming, Kevin McClory et Jack Whittingham, ont poursuivi l'auteur en justice au moment de la publication de son roman Opération Tonnerre en affirmant que l'œuvre était basée sur des avant-projets que le trio avait écrit en vue d'adapter les livres au cinéma. Le procès a finalement été réglé à l'amiable ; McClory a conservé les droits cinématographiques et télévisuels du roman ainsi qu'un contrôle sur son intrigue et ses personnages alors que Fleming a dû verser 35 000 livres sterling de dommages et intérêts à son ancien collaborateur ainsi que 52 000 livres sterling de dédommagements. En outre, les versions ultérieures du roman devaient porter la mention "basé sur un scénario de Kevin McClory, Jack Whittingham et Ian Fleming"[5]. À cette époque, James Bond était déjà un succès au box-office et les producteurs de la série Harry Saltzman et Albert R. Broccoli, craignant que McClory ne produise un film concurrentiel qui soit hors de contrôle, ont permis au scénariste de conserver certains droits d'écran sur l'histoire, l'intrigue et les personnages du roman. En vertu de l'accord, McClory devait attendre au moins dix ans avant de produire un remake du film (qui est finalement devenu Jamais plus jamais) mais Saltzman et Broccoli avaient pour leur part l'interdiction d'utiliser le personnage de Blofeld et l’organisation du SPECTRE, qui apparaissaient dans le roman, après Les diamants sont éternels (1971). En conséquence, seul McClory a été crédité comme producteur au générique de Opération Tonnerre et est même apparu brièvement sous forme de caméo dans la scène du casino du film.

Guy Hamilton, qui a réalisé Goldfinger (1964), a été invité à mettre en scène ce quatrième film mais a refusé en pensant avoir fait tout ce qu'il pouvait avec le personnage de Bond, bien qu'il interviendra à nouveau dans la série quelques années plus tard pour réaliser Les diamants sont éternels, Vivre et laisser mourir (1973) et L'homme au pistolet d'or (1974)[6]. Cela a amené Broccoli et Saltzman à solliciter au lieu de cela Terence Young, le réalisateur des deux premiers films de la série. Young a déclaré des années plus tard que Opération Tonnerre a été tourné "au bon moment" car en raison de son budget élevé, il n'aurait pas été opportun d'en faire le premier film (James Bond 007 contre Dr. No (1962) n'a coûté que 950 000 $[7]). Maurice Binder est revenu pour concevoir le générique après avoir été remplacé par Robert Brownjohn dans Bons baisers de Russie (1963) et Goldfinger, Ken Adam est revenu pour concevoir les décors, John Barry a à nouveau composé la musique, Richard Maibaum a une fois de plus travaillé sur le scénario et Ted Moore était à nouveau le directeur de la photographie.

Maibaum était originellement le seul à être affecté à l'écriture du scénario car Paul Dehn, qui avait participé au scénario de Goldfinger, avait d'autres engagements. Le script a ensuite été peaufiné par le scénariste britannique John Hopkins[6].

Distribution[]

Le choix initial d'Albert Broccoli pour le rôle de Domino Derval était l'actrice britannique Julie Christie dont il avait admiré la performance dans le film Billy le menteur (1963). Cependant, en la rencontrant personnellement, il a été déçu et a ensuite songé à engager l'actrice et chanteuse américaine Raquel Welch qu'il avait vu sur la couverture du magazine Life en octobre 1964. Welch a cependant été amenée à jouer dans le film Le voyage fantastique (1966) la même année et était donc indisponible. L'actrice américaine Faye Dunaway a également été considérée pour le rôle et a même failli signer. Saltzman et Broccoli ont auditionné de nombreuses actrices et mannequins européens relativement inconnues dont l'ancienne Miss Italie Maria Grazia Buccella, l'actrice française Yvonne Monlaur des films d'horreur de la société Hammer Film Productions et l'actrice britannique Gloria Paul. C'est finalement l'ancienne Miss France Claudine Auger qui a été choisie ce qui a amené des réécritures dans le scénario pour que son personnage soit français plutôt qu'italien, bien que ses répliques aient été doublées dans le montage final par l'actrice allemande non créditée Nikki van der Zyl, qui avait déjà prêté sa voix à de nombreuses James Bond Girls des films précédents[6]. Terence Young a ensuite à nouveau choisi Auger pour son prochain film, La fantastique histoire vraie d'Eddie Chapman (1966).

L'actrice italienne Luciana Paluzzi était une des actrices qui ont auditionné pour le rôle de Domino et bien qu'elle n'ait pas décroché le rôle, elle s'est vu proposer celui de la femme fatale rousse Fiona Kelly, qui devait à l'origine être irlandaise. Le personnage a ensuite été renommé Fiona Volpe conforme à la nationalité de Paluzzi à la demande de Young[6][8].

À l'époque de la production du film, Rik Van Nutter était marié à l'actrice suédoise Anita Ekberg, qui est par coïncidence apparue dans le film Call Me Bwana dont l'affiche est représentée dans une scène de Bons baisers de Russie. Le couple avait dîné avec Albert Broccoli et sa femme Dana à l'occasion de la sortie de Call Me Bwana et Van Nutter s'est vu proposer le rôle de Felix Leiter sans avoir eu besoin de passer des auditions, bien qu'il ait passé des tests d'écran avec des actrices qui ont incarné des James Bond Girls.

Tournage[]

La confrontation entre Bond et Jacques Bouvard du pré-générique comme montrée dans le film.

Le tournage de Opération Tonnerre a débuté le 16 février 1965, soit deux jours avant la sortie française de Goldfinger, par la séquence du pré-générique au château d'Anet, près de Dreux, en France. Les prises de vue ont nécessité trois jours de répétition et deux jours de tournage. Une ancienne version du scénario prévoyait que Bond poursuive un homme dans un club de strip-tease à Hong Kong mais l'action a été déplacée en France environ un mois seulement avant le tournage[6]. Pour la célèbre scène dans laquelle Bond s'échappe du château de Jacques Bouvard, un réacteur dorsal conçu pour l'armée de l'air américaine a été utilisé. Les deux seuls pilotes qualifiés pour utiliser le dispositif, Bill Suitor et Gordon Yeager, ont supervisé la scène. Suitor a été initialement engagé pour doubler Sean Connery pendant le vol mais il a refusé de se conformer à la demande de Young de voler sans casque de protection. Un gros plan de Connery portant un casque devant un château projeté à l'arrière-plan a donc été réalisé à la dernière minute[6].

Une grande partie du film a été tournée aux Bahamas mais il a aussi été tourné dans les studios de Pinewood et à Miami. Le magnat du pétrole Huntington Hartford a autorisé la production de filmer sur son île privée et en est remercié à la fin du film. En échange, son épouse, Diane Hartford, est apparue dans le film, jouant la femme qui danse avec Bond dans le Kiss Kiss Club avant que l'agent secret ne soit abordé par Fiona Volpe. La scène où l'Aston Martin DB5 de Bond est poursuivie par la Ford du comte Lippe (elle-même ciblée par la moto de Fiona Volpe) a été filmée sur le circuit de Silverstone. Young a été brièvement inquiet lorsque le cascadeur Bob Simmons était introuvable après l'explosion de la voiture de Lippe ; Simmons avait heureusement pu sortir de la Ford brûlée quelques secondes avant l'explosion, qui ne pouvait pas être vue par le reste de l'équipe[6].

Une bataille sous-marine du film.

À son arrivée à Nassau, Kevin McClory était en repérage pour tourner des séquences clés du film et a utilisé Rock Point, la maison d'un couple de millionnaires locaux, les Sullivan, pour représenter Palmyra, le domaine de Largo. Une partie de la confrontation sous-marine avec les agents du SPECTRE a été filmée sur les terres côtières près de la maison d'un autre millionnaire de l'île. La plupart des scènes sous-marines ont dû être réalisées à marée basse car il y avait des requins sur la côte bahamienne. Les répétitions de ces séquences ont eu lieu sur les parkings d'un centre commercial. Après avoir lu le script, Connery s'est rendu compte du risque de la séquence où il se trouve avec les requins dans la piscine de Largo et a insisté pour que Ken Adam construire une cloison en Plexiglas à l'intérieur de la piscine. La barrière n'étant toutefois pas fixe et un des requins l'a traversé, manquant d'attaquer Connery. Le responsable des effets spéciaux John Stears a fait venir un requin supposément mort qui a pris vie à un moment donné. En raison des dangers survenus sur le plateau, le cascadeur Bill Cummings a exigé un supplément de 250 £ pour jouer l'homme de Largo qui est jeté dans la piscine de requins[6].

Le tournage a pris fin le 9 juillet. La dernière scène tournée était celle de l'affrontement final sur le pont du Disco Volante[6].

Alors que le tournage touchait à sa fin, Connery était de plus en plus frustré par l'intrusion de la presse et était également distrait par des difficultés liées à son mariage avec l'actrice Diane Cilento. Il a refusé de parler aux journalistes et aux photographes qui le suivaient à Nassau, ayant exprimé sa frustration face au harcèlement lié à son rôle : "Je trouve que la célébrité a tendance à faire d'un acteur et d'un être humain une marchandise, une institution publique. Eh bien, je n'ai pas l'intention de subir cette métamorphose." En fin de compte, le comédien n'a accordé qu'une seule interview au magazine Playboy alors que le tournage était terminé et a même refusé des frais substantiels pour apparaître dans The Incredible World of James Bond, un programme télévisé promotionnel réalisé par Wolper Productions pour la NBC[6].

Sortie[]

Le monteur Peter Hunt a rapporté que la sortie du film a été retardée de trois mois, de septembre à décembre 1965, car il a rencontré David Picker, le directeur de United Artists, pour l'informer qu'il ne pourra pas monter le film à temps.

L'avant-première de Opération Tonnerre s'est finalement tenue le 9 décembre 1965 au théâtre Hibiya de Tokyo et il est ensuite sorti le 29 décembre 1965 dans tout le Royaume-Uni. Il a été un grand succès au box-office, ayant d'abord rapporté 13 091 $ durant sa projection à Tokyo avant de rapporter 63,6 millions aux États-Unis, ce qui équivaut à environ 58,1 millions d'entrées. Il était donc le troisième film le plus rentable de 1965, derrière La mélodie du bonheur et Le docteur Jivago. Au total, le film a rapporté 141,2 millions de dollars à travers le monde, dépassant les gains des trois films précédents de la série et remboursant alors facilement son budget de 5 500 000 $. Après l'injustement de l'inflation, il était le deuxième film de la série le plus rentable après Skyfall (2012). En France, Opération Tonnerre a totalisé 5 734 842 entrées dont 1 340 945 à Paris[1].

Héritage[]

Le remake de Opération Tonnerre, Jamais plus jamais, est sorti en 1983 et a marqué le retour de Sean Connery dans le rôle de James Bond 12 ans après sa dernière apparition dans Les diamants sont éternels. Kevin McClory a cette fois été crédité comme producteur exécutif. Ce film est cependant considéré comme un "hors-série" car il n'a pas été produit par EON Productions. McClory a ensuite annoncé qu'il prévoyait de réaliser une autre adaptation de Opération Tonnerre intitulée Warhead 2000 AD et qui devait mettre en vedette le futur interprète de 007 Timothy Dalton mais le projet a finalement été annulé.

Médias[]

Photos[]

Vidéos[]

Notes[]

  • Opération Tonnerre a marqué la première fois que Connery incarne Bond pour la séquence d'ouverture du canon, l'acteur ayant été doublé par Bob Simmons pour cette scène dans les trois premiers films.
  • Ce film marque également la première fois que des agents "00" autres que Bond sont montrés à l'écran. En outre, lors de la réunion au MI6, Bond est arrivé bon dernier et s'est assis à la septième place selon son nom de code 007.
  • Comme Shirley Bassey, interprète de la chanson Goldfinger, le chanteur Tom Jones a manqué de s'évanouir en enregistrant la chanson-titre du film car il tenait la dernière note aigüe trop longtemps[9].

Les banderoles "007" comme elles apparaissent dans le film.

  • Pour la séquence où Bond échappe à Fiona Volpe et à ses complices qui le poursuivent à travers une ville, les habitants ont été amené à reconstituer le Junkanoo, le carnaval local. Certains participants étaient si enthousiastes à l'idée d'apparaître dans un film de James Bond qu'ils ont porté des banderoles de fleurs "007" visibles à l'écran[10].
  • John Stears a remporté l'Oscar des meilleurs effets visuels pour ce film. Il ignorait avoir été sélectionné jusqu'à ce qu'il reçoive la statuette chez lui.

Références[]

 

Advertisement