James Bond
Advertisement

James Bond: "Les Chinois ont un proverbe : Penses bien avant toute idée de vengeance, il te faut creuser deux tombes."
Melina: "Certaine mentalité vous est étrangère. Vous êtes anglais, mais moi demi-grecque. Et les femmes grecques, comme Électre, rêvent toujours de venger ceux qu'elles aimaient."
―James Bond et Melina Havelock[src]

Rien que pour vos yeux (For Your Eyes Only en version originale) est un film d'espionnage et d'aventure britannique sorti en 1981. Douzième long-métrage de la franchise de James Bond produite par Albert R. Broccoli par l'intermédiaire de sa société EON Productions, c'est le cinquième à présenter l'acteur britannique Roger Moore dans le rôle de l'espion titulaire. C'est également le premier film à être réalisé par John Glen, qui a par la suite mis en scène les quatre films suivants jusqu'à Permis de tuer (1989) après avoir été le monteur et assistant réalisateur de Au service secret de Sa Majesté (1969), L'espion qui m'aimait (1977) et Moonraker (1979).

Le scénario de Richard Maibaum et Michael G. Wilson combine des personnages et des éléments des nouvelles Top secret et Risico tirées du recueil Bons baisers de Paris de l'écrivain Ian Fleming. Certaines parties ont néanmoins été inspirées par les romans Vivre et laisser mourir (1954), Goldfinger (1959) et Au service secret de Sa Majesté (1963). Dans l'intrigue, Bond tente de récupérer l'émetteur ATAC, un dispositif de communication et de coordination navale britannique sur le point de tomber entre les mains de l'Union soviétique, avec l'aide de Melina Havelock, une jeune femme cherchant à venger le meurtre de ses parents. Suite à l'accueil critique mitigé du précédent film, Moonraker (malgré un succès financier), qui était plus axé sur la science-fiction, les producteurs ont opté pour une intrigue plus sombre et réaliste dont le thème narratif est la vengeance et ses conséquences, se rapprochant ainsi davantage du style des premiers films et des œuvres de Fleming, les films de Roger Moore ayant souvent été critiqués pour leur ton comique.

Le film met en vedette l'actrice française Carole Bouquet dans le rôle de Melina Havelock ainsi que Chaim Topol, Lynn-Holly Johnson, Julian Glover, Cassandra Harris et Michael Gothard alors que Walter Gotell (Anatol Alexis Gogol), Desmond Llewelyn (Q) et Lois Maxwell (Miss Moneypenny) ont repris leurs rôles respectifs des films précédents. Le métrage a a aussi brièvement présenté l'ennemi juré de Bond Ernst Stavro Blofeld, qui n'était plus réapparu depuis Les diamants sont éternels (1971), bien que le personnage n'ait pas pu être cité ni crédité au générique en raison de la controverse liée au roman Opération Tonnerre (1960). Ce sera la dernière apparition de Blofeld dans la série d'EON avant 007 Spectre (2015).

Le budget de Rien que pour vos yeux est estimé à 28 000 000 $ et il a rapporté plus de 194 000 000 $ à travers le monde (environ 550 millions en avril 2019[2]). À sa sortie, il a reçu des critiques plutôt mitigées, notamment en raison de sa concurrence avec d'autres films comme Superman 2 (1980), Les aventuriers de l'arche perdue (1981) et L'équipée du Cannonball (1981) (également avec Moore) sur le marché américain[3], mais la réputation du film s'est améliorée au fil du temps, son ton plus sombre ayant notamment été salué. Rien que pour vos yeux est donc considéré comme le film le plus sérieux de la période de Roger Moore et l'un des opus les plus appréciés de l'acteur avec L'espion qui m'aimait. Le métrage a en outre fait l'objet d'une adaptation en bande-dessinée par la maison d'éditions Marvel Comics alors que de nombreux éléments de son intrigue ont été repris dans le jeu de rôle sur table James Bond 007 de la société Victory Games.

Synopsis[]

Quelques temps après que l'agent de renseignement du MI6 James Bond 007 ait vengé l'assassinat de sa défunte épouse Tracy en tuant apparemment son ennemi juré Ernst Stavro Blofeld, un navire de surveillance électronique britannique, le Saint-Georges, qui détenait l'Automatic Targeting Attack Communicator (ATAC), un système utilisé par le ministère de la Défense pour diriger la flotte de sous-marins Polaris de la Royal Navy, est coulé en heurtant une mine navale dans la mer ionienne. Les services secrets britanniques tentent alors de mener une opération sous-marine à Corfou, en Grèce, pour récupérer le dispositif perdu mais le couple chargé de l'affaire, Timothy et Iona Havelock, est brutalement abattu par le tueur à gages indépendant Hector Gonzales sous les yeux de leur fille, Melina Havelock, après que le chef du KGB Anatol Alexis Gogol ait également appris le sort du Saint-Georges et prévoie de récupérer l'appareil par le biais d'un contact en Grèce.

Bond et Melina échappant aux sbires de Gonzales.

Chargé par le chef d'état-major Bill Tanner et le ministre de la Défense Frédérick Gray d'ouvrir une enquête à ce sujet, Bond apprend l'identité de Gonzales et se rend à la villa de ce dernier à l'extérieur de Madrid, en Espagne, pour débuter ses investigations. Une fois dans le domaine de l'homme, il le voit se faire délivrer un paiement par un autre individu mais l'assassin est tué par Melina afin de venger le meurtre de ses parents. Après avoir échappé avec cette dernière aux sbires de Gonzales, 007 rentre à Londres où il se sert d'un système informatique nommé "Identigraph" pour identifier la personne ayant remis le paiement comme étant Émile Locque, un ancien exécutant de la pègre bruxelloise qui aurait été aperçu à Cortina d'Ampezzo, en Italie. Sur place, Bond rencontre Luigi Ferrara, son contact local, ainsi qu'un informateur grec du nom d'Aris Kristatos, qui lui apprend que Locque travaille pour Milos Columbo, un contrebandier ayant combattu aux côtés de ce dernier durant la Seconde Guerre mondiale et la guerre civile grecque. Après avoir assisté à une épreuve de biathlon avec Bibi Dahl, la protégée de Kristatos, Bond est poursuivi par un groupe de tueurs menés par Locque et l'agent du KGB Erich Kriegler (dont Bibi est amoureuse) mais il parvient à s'échapper et retrouve Bibi et son entraîneuse Jacoba Brink à une patinoire olympique pour faire ses adieux à la jeune fille alors qu'elle repart pour la Grèce. L'agent secret apprend de cette dernière que Kriegler est un transfuge venant d'Allemagne de l'Est, puis d'autres sbires déguisés en joueurs de hockey tentent de le tuer mais il survit à nouveau, bien que Ferrara soit entretemps éliminé par Locque, qui laisse entendre que Columbo a commandité le meurtre en laissant une épinglette de colombe sur le cadavre.

Bond et Kristatos étant dans le restaurant du casino de Columbo.

Se rendant à Corfou, en Grèce, avec Melina pour retrouver Columbo, Bond rencontre Kristatos dans le casino du contrebandier sans se rendre compte que celui-ci écoute leur conversation. Lorsque Columbo semble se disputer avec sa maîtresse Lisl von Schlaf dans le restaurant de l'établissement, 007 décide de se rapprocher de la comtesse en espérant pouvoir lui soutirer des informations et propose de la raccompagner avec la voiture et le chauffeur de Kristatos. Il passe ensuite la nuit avec la jeune femme et apprend qu'elle n'est pas réellement une comtesse mais une anglaise sous couverture. Le binôme est cependant attaqué à une plage le lendemain matin par Locque et ses complices au volant de buggys et Lisl est tué durant l'attaque. Avant que Locque ne puisse éliminer Bond également, celui-ci est sauvé par les hommes de Columbo, qui le mènent jusqu'à leur patron dans son bateau. Celui-ci lui révèle que Kristatos est le véritable ennemi puisqu'il agissait comme un agent double pendant la Seconde Guerre mondiale et la résistance grecque et qu'il a été engagé par le KGB pour récupérer l'ATAC alors que Locque travaille en réalité pour lui. Afin de prouver ses dires, Columbo incite Bond à l'accompagner avec ses hommes alors qu'ils mènent un raid sur un entrepôt en Albanie où Locque supervise le traitement d'une cargaison d'opium brut pour Kristatos. Au cours de l'affrontement, 007 découvre des mines navales similaires à celle qui a coulé le Saint-Georges, prouvant que le naufrage du navire n'était pas un accident et que Kristatos en était responsable. Après que Locque ait été forcé de détruire l'entrepôt, l'exécutant belge tente de s'enfuir mais Bond le rattrape et le tue de sang-froid en le faisant tomber avec sa Mercedes du haut d'une falaise pour venger la mort de Ferrara et de Lisl.

Peu de temps après, Bond et Melina localisent l'épave du Saint-Georges grâce au journal de Timothy et parviennent à récupérer l'ATAC malgré une confrontation avec un homme de Kristatos portant un scaphandre ainsi qu'un sous-marin Mantis. Néanmoins, lorsque le binôme retourne à bord du Triana, le bateau des Havelock, il s'aperçoit que celui-ci a été pris d'assaut par Kristatos, Kriegler, Apostis et leurs complices. Les antagonistes reprennent alors l'ATAC et tentent ensuite de tuer 007 et Melina en les traînant dans l'eau depuis leur hors-bord afin de les nourrir à des requins ou de les empaler avec des coraux. Heureusement, les deux protagonistes parviennent à défaire leurs liens grâce à un rocher et simulent ensuite leurs morts grâce à une bouteille d'oxygène que Melina a auparavant laissé sous l'eau en ayant plongé près d'un temple que son père restaurait.

Bond escaladant la montagne.

Grâce au perroquet de Melina et à Q, le quartier-maître du MI6, Bond et Melina établissent que Kristatos a prévu de remettre l'ATAC au général Gogol à Saint-Cyril, un monastère abandonné au sommet d'une montagne, en échange d'argent. Accompagné par sa partenaire ainsi que Columbo et trois de ses hommes (Santos, Nikos et Karageorge), 007 escalade la montagne en question et active un ascenseur pour faire montrer les autres après avoir manqué d'être tué par Apostis, qui a tenté de le précipiter dans le vide. Lorsqu'ils trouvent l'agent double avec l'aide de Jacoba Brink, Bond est confronté à Kriegler qu'il réussit à tuer malgré la force supérieure de ce dernier alors que Columbo attaque Kristatos au moment où Gogol arrive sur la montagne en hélicoptère pour obtenir l'ATAC. Bond récupère donc le dispositif tout en essayant de dissuader Melina de tuer Kristatos. L'homme d'affaires avide est finalement poignardé par Columbo alors qu'il s'apprêtait à tuer 007 avec un couteau à lame rétractable et au lieu de remettre l'ATAC à Gogol, le commandeur jette l'émetteur du haut de la montagne, le détruisant afin que personne ne l'ait, Gogol acceptant ensuite de repartir les mains vides. Columbo devient en outre le nouveau parrain de Bibi.

Bond passant un moment romantique avec Melina.

Finalement, Bond passe un moment romantique avec Melina à bord du Triana lorsque l'agent reçoit sur sa montre un appel de la Première ministre du Royaume-Uni. Voulant rester auprès de Melina dans leur intimité, il laisse sa montre avec le perroquet de sa nouvelle amante, laissant l'oiseau flirter avec la Première ministre, à la surprise de Q, de Bill Tanner et de Frédérick Gray, qui écoutent ce qui se passe à distance.

Distribution[]

Production[]

Genèse du projet et écriture[]

"Nous étions allés aussi loin que possible dans l'espace. Nous avions besoin d'un changement quelconque, de retour à la base de Bond. Nous voulions faire du nouveau film plus un thriller qu'une aventure, sans perdre de vue ce qui a rendu Bond célèbre - son humour."
― John Glen

La société EON Productions avait initialement prévu de produire Rien que pour vos yeux après L'espion qui m'aimait (comme indiqué dans le générique de fin de ce dernier) mais après le succès commercial et critique du film Star Wars, épisode IV : Un nouvel espoir (1977), il a été convenu de produire à la place Moonraker en s'inspirant de ce dernier[4]. Comme mentionné précédemment, John Glen, monteur et assistant réalisateur dans Au service secret de Sa Majesté, L'espion qui m'aimait et Moonraker, a été promu réalisateur. Le cinéaste Peter Hunt, monteur des cinq premiers films de la série et réalisateur de Au service secret de Sa Majesté, aurait été envisagé pour mettre en scène ce nouveau film mais il a décliné l'offre pour réaliser le film d'aventure Chasse à mort (1981)[5]. Le changement de metteur en scène a vraisemblablement influencé le ton plus sombre de Rien que pour vos yeux, qui mettait moins l'accent sur les gadgets loufoques de Bond et les scènes d'action dans des décors énormes comme la fusillade à bord du pétrolier Liparus de L'espion qui m'aimait et la bataille dans la station spatiale de Moonraker, toutes mises en scène par le précédent réalisateur Lewis Gilbert. L'accent est donc à la place mis sur l'intrigue, le suspense et le développement des personnages en plus d'un retour au style plus sérieux des premiers films tout en conservant l'humour, qui avait largement contribué à la popularité de la série. L'idée de ce nouveau film était aussi d'être plus réaliste que Moonraker, qui relevait comme susmentionné de la science-fiction, et d'en faire plus un thriller d'espionnage à l'image de Bons baisers de Russie (1963) et Au service secret de Sa Majesté dans lequel Bond s'appuierait davantage sur son intelligence que sur ses gadgets pour survivre aux situations précaires dans lesquelles il se retrouve. Glen a d'ailleurs décidé de représenter ce changement de manière symbolique en faisant exploser la Lotus Turbo Esprit gadgétisée de Bond lors de sa fuite de la villa de Gonzales pour l'obliger à s'échapper dans la Citroën 2CV6 primitive de Melina. Le style vestimentaire de Bond a également évolué dans ce film puisqu'il porte ici des vêtements plus conventionnels comme des vestes de sport et de pull-overs et moins de costumes de soirée.

En outre, le décorateur habituel Ken Adam étant occupé avec le film Tout l'or du ciel (1981), les producteurs ont dû faire appel au directeur artistique Peter Lamont, qui avait travaillé sur tous les films de la série depuis Goldfinger (1964) et à qui Glen a suggéré de créer des décors réalistes au lieu des décors élaborés pour lesquels les précédents volets étaient connus. Le compositeur habituel John Barry étant également occupé avec d'autres projets, Bill Conti, compositeur de la bande originale des films Rocky, est embauché[2].

Comme mentionné précédemment, le pré-générique de Rien que pour vos yeux a marqué le retour de l'ennemi juré de Bond Ernst Stavro Blofeld, qui avait fait sa dernière apparition dans Les diamants sont éternels. Cependant, en raison de la controverse judiciaire liée au roman Opération Tonnerre au terme de laquelle le producteur irlandais Kevin McClory avait acquis les droits du personnage et de son organisation criminelle du SPECTRE, le méchant n'a pas pu être cité et son interprète John Hollis n'a pas été crédité (bien que Glen déclare avoir permis au spectateur de savoir qui il est en faisant appel à son imagination)[6]. Le producteur Albert R. Broccoli avait initialement prévu de faire de Blofeld l'antagoniste principal dans L'espion qui m'aimait avant de le faire apparaître dans le pré-générique de Rien que pour vos yeux mais en raison de la polémique, l'adversaire de Bond dans L'espion qui m'aimait est finalement devenu le personnage original de Karl Stromberg[7]. En outre, le fait de faire revenir Blofeld dans Rien que pour vos yeux peut être interprété comme une manière de Broccoli de signaler à McClory que le succès de la série ne dépendait pas uniquement de lui.

Le scénario du film est comme susmentionné basé sur les nouvelles Top secret et Risico tirées du recueil Bons baisers de Paris de l'écrivain Ian Fleming. Néanmoins, certains éléments proviennent d'autres œuvres de l'auteur, la scène où Bond et Melina sont traînés à travers le corail par le bateau de Kristatos étant tirée de l'apogée du roman Vivre et laisser mourir alors qu'une forme légèrement différente de l'Identigraph est apparue dans Goldfinger. Le romancier et scénariste britannique Ronald Hardy a également contribué au scénario et serait à l'origine de la présence de la James Bond Girl dont les parents ont été assassinés par Gonzales. Certaines sources mentionnent en outre qu'il aurait été prévu de faire revenir le célèbre tueur aux dents d'acier Requin et sa petite-amie Dolly de Moonraker mais que l'idée a finalement été abandonnée pour correspondre au temps plus sombre et réaliste du film.

Distribution[]

Le contrat de Roger Moore pour le rôle de Bond ayant expiré après L'espion qui m'aimait (bien qu'il soit revenu dans Moonraker), les médias ont rapporté que l'acteur serait lassé du rôle[3]. Broccoli a donc auditionné plusieurs acteurs tels que Michael Billington (qui avait auparavant joué l'agent du KGB Sergei Barsov dans L'espion qui m'aimait), Lewis Collins ou Michael Jayston (qui jouera par coïncidence Bond dans une émission radio en 1985) alors que Broccoli négociait avec l'agent de Moore pour qu'il revienne. Finalement, le comédien étant enthousiaste à tourner un cinquième film[3], il a accepté de revenir à nouveau mais a depuis décidé de négocier ses contrats film par film. Moore a touché 3 000 000 $ pour son retour et 5 % sur les profits nets rapportés par le box-office américain[3]. Le futur interprète du personnage Timothy Dalton a aussi été fortement considéré pour le rôle[8].

L'actrice et mannequin néerlandaise Sylvia Krystel a été originellement choisie pour incarner Melina mais elle n'a pas pu rejoindre le tournage car elle tournait des scènes pour le film L'amant de Lady Chatterley (1981)[5]. Carole Bouquet a été proposée dans le rôle de Melina par Jerry Juroe, le publiciste du distributeur de la série United Artists. Après avoir vu l'actrice dans le drame romantique Cet obscur objet du désir (1977), John Glen et Albert Broccoli sont allés la rencontrer à Rome pour l'inviter à participer au film.

Chaim Topol a été choisi pour incarner Milos Columbo à la suggestion de Dana, l'épouse d'Albert Broccoli, qui avait rencontré l'acteur à une fête[5]. Avant que ce dernier n'ait obtenu le rôle, l'acteur italien Gian Maria Volontè, qui a joué des méchants dans des westerns spaghettis avec Clint Eastwood, a été envisagé[5].

Lynn-Holly Johnson a été choisie pour le rôle de Bibi Dahl par Broccoli, qui avait admiré sa performance dans le film Château de rêves (1978) pour laquelle elle avait été nominée pour le Golden Globe du meilleur espoir de l’année. D'après l'actrice, la majeure partie de son rôle a été écrite après sa rencontre avec le producteur[9].

Julian Glover a été contacté par Broccoli alors qu'il tournait un film en Grèce et a été invité à passer des auditions pour le rôle d'Aris Kristatos après que Broccoli l'ait vu incarner l'homme politique tchécoslovaque Alexander Dubček dans le documentaire télévisé Invasion (1980), un personnage considéré comme "la plus gentille personne du 21ème siècle" en sachant que Kristatos "devait avoir l'air gentil". Un créateur des costumes travaillant sur le film a ensuite appris à Glover qu'il avait obtenu le rôle[10].

Tournage[]

Le Saint-Georges tel qu'il apparaît dans le film.

Le tournage de Rien que pour vos yeux a débuté le 2 septembre 1980 par trois jours de tournage en Mer du Nord pour des scènes extérieures avec le Saint-Georges. Les plans à l'intérieur du navire ont été réalisés aux studios de Pinewood alors que l'explosion du bateau a été faite en miniature sur le plateau 007. Les prises de vue principales ont débuté le 15 septembre 1980 à Corfou, qui a doublé l'Espagne dans le film. Le meurtre de Gonzales a été filmé dans la villa Sylva sur la presqu'île de Kanoni. Il s'agit symboliquement de la première scène tournée du film. La villa a été entièrement rénovée en 2001 et peut actuellement être louée à 45 000 euros la semaine[2]. John Glen a décidé d'utiliser les pentes locales ainsi que des oliviers pour la scène de course-poursuite entre la Citroën 2CV6 de Melina et les Peugeot des hommes de Gonzales. La scène a été tournée en 12 jours et Moore y a été partiellement doublé par le cascadeur français Rémy Julienne (qui a travaillé sur tous les films de la série jusqu'à GoldenEye (1995)). Quatre Citroën 2CV équipées de moteurs à quatre cylindres plus puissants que la normal et d'une plaque spéciale sur le toit permettant de retourner la voiture ont été utilisées pour la séquence. Enfin, le meurtre de Lisl a été tourné par coïncidence sur la plage Saint-Georges. La scène a été difficile à réaliser car les buggys pilotés par Locque et ses complices tombaient constamment en panne en raison d'éclaboussures d'eau salée. Les dirigeants d'United Artists sont venus expressément pour superviser les opérations[2].

La mort de Locque telle que montrée dans le film.

La mort de Locque a été filmée dans le dédale du Vieux Fort, à Corfou, et Moore était réticent à filmer la partie où il fait tomber la Mercedes de l'assassin en bas de la falaise d'un coup de pied, ayant déclaré qu'elle "ressemblait à Bond, mais pas à Roger Moore" et suggérant au lieu de cela que le seul poids de l'épinglette que Bond lance à Locque suffirait à faire tomber la voiture[2]. Le scénariste et producteur exécutif Michael G. Wilson a alors déclaré à l'acteur qu'il devait se sentir plus impitoyable qu'il n'était à l'aise avant d'ajouter que Richard Maibaum et lui-même, ainsi que Glen, ont tenté d'imaginer d'autres alternatives pour la scène mais finalement tout le monde, y compris Moore, a accepté de tourner la scène comme elle était prévue[8]. L'acteur Michael Gothard était bien entendu représenté par un mannequin dans le plan où la voiture tombe de la falaise[11].

En octobre, l'équipe s'est rendu au palais d'Achilleion, près du village de Gastouri, à Corfou, et aux Monastères des Météores, qui a doublé Saint-Cyril dans le film. Un évêque grec a dû être payé pour permettre à l'équipe de tourner au sein de l'établissement mais des moines orthodoxes orientaux n'ayant pas été informés de cela ont été furieux par le tournage et ont essayé de le saboter, notamment en couvrant délibérément le monastère principal de banderoles et de drapeaux en plastique pour gâcher les prises de vue[2] et en plaçant des barils d'huile pour empêcher les hélicoptères de l'équipe d'atterrir. L'équipe a heureusement pu résoudre le problème grâce au procédé du matte painting (qui consiste à placer devant la caméra une plaque de verre où a été peint un élément du décor) et en faisant construire un monastère scénographique sur un rocher inoccupé à proximité tout en filmant des plans dans un monastère à Pinewood.

Bien qu'il souffrît de vertige, Moore a pu filmer lui-même des plans de la scène de l'escalade sur la montagne du monastère et avait eu recours à une consommation modérée d'alcool pour calmer ses nerfs. Il a néanmoins été en partie doublé par le cascadeur Rick Sylvester, notamment pour la partie où Bond manque de tomber dans le vide à cause d'Apostis. Sylvester était aussi notable pour avoir réalisé la célèbre scène du saut à ski dans le pré-générique de L'espion qui m'aimait[2][3].

La scène du pré-générique où Blofeld télécommande l'hélicoptère de Bond comme elle montrée dans le film.

En novembre, l'équipe a déménagé en Angleterre et la scène d'ouverture a été filmée au cimetière de l'église médiévale Saint-Gilles de Stoke Poges, dans le Buckinghamshire (le village où se trouve le club de golf où ont été tournées des scènes de Goldfinger[2][5]), et au-dessus de l'usine à gaz de Beckton située à East Ham, à l'est de Londres, alors que la seconde équipe dirigée par Arthur Wooster filmait en parallèle des scènes sous-marines aux Bahamas.

Le 1 janvier 1981, le tournage s'est poursuivi dans la province italienne de Belluno, à Cortina d'Ampezzo, ainsi que dans les montagnes des Dolomites, en Italie, où 45 camions ont dû être utilisés pour apporter de la neige des montagnes voisines puisqu'il ne neigeait pas à Cortina au moment du tournage[3]. La piste de bobsleigh des Jeux olympiques d'hiver de 1956 a aussi servi au film. Le cascadeur italien Paolo Rigoni est mort durant le tournage de cette scène à cause d'un virage serré. Sachant qu'un sportif a été tué exactement au même endroit lors d'une compétition réelle, la piste a depuis été modifiée pour comporter un virage moins serré[5]. Les séquences à ski ont été réglées par l'ancien champion Willy Bogner, qui avait auparavant travaillé sur Au service secret de Sa Majesté et L'espion qui m'aimait[2]. La chambre d'hôtel 300 dans laquelle Bond repousse les avances de Bibi n'existe pas, l'intérieur de la chambre ayant été recréer à Pinewood[2].

Une des scènes sous-marines du film avec Bond et Melina.

Comme pour de précédents films de la série, les scènes sous-marines ont été filmées aux Bahamas, à Clifton Pier, au large de New Providence, un site choisi par l'équipe pour la clarté de ses eaux[2]. Carole Bouquet avait des problèmes de sinus à cause desquels elle ne pouvait pas plonger pour tourner les scènes en question. Moore et elle ont donc tourné leurs gros plans aquatiques installés sur des matelas en studio alors que des ventilateurs soufflaient sur leurs cheveux. Les plans ont été filmés au ralenti (au rythme de 72 ou 84 images par seconde[5]) mais ont ensuite été montés à vitesse réelle (24 images par seconde) afin de donner l'impression que les personnages évoluaient sous l'eau. Des bulles d'air ont également été incrustées en post-production et les images ont été intégrées à d'autres plans tournés en milieu marin naturel sans que cela ne puisse être perçu. Une doublure a tourné les plans larges montrant Melina sous l'eau. De plus, les plans ont Bond et Melina sont traînés par le hors-bord de Kristatos se sont avérés extrêmement complexes à réaliser et la séquence aurait coûté 8 000 $ par mètre de pellicule utilisé[3]. Moore a également contracté une blessure durant le tournage de l'affrontement avec les joueurs de hockey et a évité de justesse un chandelier durant le tournage du combat avec Erich Kriegler[3].

Le tournage a pris fin le 13 février 1981.

Sortie[]

L'avant-première du film a eu lieu à l'Odeon Leicester Square le 24 juin 1981. Topol a suggéré à Broccoli d'inviter l'ancien producteur de la série Harry Saltzman à l'évènement, marquant la première réunion entre les deux hommes depuis leur séparation suite à la production de L'homme au pistolet d'or (1974)[5].

Rien que pour vos yeux a rapporté 14 998 £ (57 909 £ en 2019), établissant un record de rentabilité le jour de la sortie d'un film dans un cinéma au Royaume-Uni. La première nord-américaine du métrage s'est tenue au Canada et aux États-Unis le 26 juin dans environ 1 100 cinémas. Au box-office mondiale, le métrage a rapporté l'équivalent de 187 412 802 $ dont 54 812 802 $ aux États-Unis[1], devenu ainsi le deuxième film de James Bond le plus rentable derrière Moonraker, qui a rapporté 210 308 099 $[12]. En France, le film est sorti le 22 août 1981 et a totalisé 3 181 840 entrées dont 908 090 à Paris[1]. Le succès mondial de Rien que pour vos yeux a ainsi temporairement sauvé United Artists de la faillite, la société ayant dû faire face à l'échec commercial du film La porte du paradis (1980)[3]. En conséquence, Rien que pour vos yeux est le dernier film de James Bond à avoir été distribué uniquement par United Artists, la société ayant fusionné avec Metro-Goldwyn-Mayer avant la sortie du prochain film, Octopussy (1983)[5].

Controverses[]

Affiche[]

Une première controverse est survenue avec la sortie du film et était liée à son affiche principale, qui montrait un Bond armé entre les jambes nues d'une femme tenant une arbalète et étant vraisemblablement censée être Melina, bien que ça n'est pas Carole Bouquet mais le mannequin américain Joyce Bartle qui a posé pour l'affiche. En raison de son caractère subjectif, l'image a été l'une des plus controversées de la série et a incité des exploitants et des journaux conservateurs à superposer un short plus long sur le fessier et les jambes de Melina pour atténuer la réaction du public. Une controverse similaire concernant l'affiche du film subséquent Tuer n'est pas jouer (1987) a également eu lieu[13].

Une James Bond Girl transsexuelle[]

L'apparition de Caroline Cossey dans le film.

Quelques temps après la sortie de Rien que pour vos yeux, il a été découvert qu'une des femmes faisant de la figuration à la piscine d'Hector Gonzales, Caroline Cossey, était transgenre. Cette anecdote a attiré l'attention des tabloïds en 1991 après que Cossey ait été interviewée par la star de la radio américaine Howard Stern, qui avait souligné le fait que même les producteurs de James Bond avaient été trompés. Cossey était la première femme transsexuelle à poser pour le magazine Playboy[14] ainsi qu'une des premières femmes à exposer ainsi qu'à défendre sa transexualité[15].

Médias[]

Photos[]

Vidéos[]

Notes[]

  • C'est le seul film dans la franchise en dehors du téléfilm Casino Royale (1954) où le personnage de M est totalement absent. L'acteur Bernard Lee, qui incarnait M dans tous les films de James Bond 007 contre Dr. No (1962) à Moonraker, est décédé quelques mois avant de pouvoir tourner ses scènes pour ce film et les producteurs ont donc décidé de ne pas introduire son personnage afin de lui rendre hommage et de répartir ses répliques entre Bill Tanner, Frédérick Gray et Q. Lee sera remplacé dès Octopussy par l'acteur Robert Brown.
  • C'est le premier film de la série depuis Goldfinger à comporter un pré-générique sans rapport direct avec le reste de l'intrigue. La scène où Blofeld tente de tuer Bond pour se venger de la chute du SPECTRE semble néanmoins préfigurer l'intrigue principale du long-métrage où Melina traque les responsables de la mort de ses parents.
  • Puisque les producteurs se sont implicitement basés sur Bons baisers de Russie dans l'approche réaliste de ce film, plusieurs éléments de l'histoire sont similaires dans les deux métrages :
    • Dans les deux intrigues, Bond est chargé par ses supérieurs de retrouver un dispositif (l'émetteur ATAC dans Rien que pour vos yeux / le lecteur dans Bons baisers de Russie) dont la Grande-Bretagne et l'Union soviétique cherchent tous deux à s'emparer afin de prendre l'avantage sur l'autre dans la guerre froide. L'objet agi alors dans les deux films comme un MacGuffin (objet matériel servant de prétexte au développement d'un scénario qui s'avère sans importance).
    • Les principaux alliés de Bond dans les deux films (Milos Columbo dans Rien que pour vos yeux / Ali Kerim Bey dans Bons baisers de Russie) ont des personnalités et des apparences relativement similaires.
    • Les deux films mettent en scène un assassin blond imposant (Erich Kriegler dans Rien que pour vos yeux / Donald Grant dans Bons baisers de Russie) qui sont finalement tués au cours d'un combat brutal avec Bond.
    • Les deux films comportent aussi des scènes en Italie.
  • Le film ayant aussi été influencé par Au service secret de Sa Majesté, il comporte également des similitudes avec ce dernier :
    • Les deux films comportent une scène à une plage entre Bond et une comtesse (Lisl von Schlaf dans Rien que pour vos yeux / Tracy dans Au service secret de Sa Majesté) durant laquelle ils sont tous deux menacés par des hommes armés alors que Bond porte un smoking sans veste.
    • Dans les intrigues, Bond s'allie avec un criminel initialement présenté comme un ennemi (Columbo dans Rien que pour vos yeux / Marc-Ange Draco dans Au service secret de Sa Majesté) avec lequel il attaque un repaire au sommet d'une montagne.
    • Les deux films comportent des séquences sportives hivernales dont des poursuites à ski et sur une piste de bobsleigh et des scènes sur une patinoire.
    • En outre, le comportement affectueux, attentionné mais toujours séducteur de Bond envers Melina semble refléter celui du protagoniste envers Tracy dans Au service secret de Sa Majesté.
  • C'est l'un des deux seuls films avec Dangereusement vôtre (1985) où le général Gogol est représenté comme un antagoniste de Bond et de la Grande-Bretagne, le personnage ayant agi comme un allié dans la plupart de ses apparitions. Le chef du KGB n'était néanmoins pas mauvais en soit et ne faisait au fond que son travail.
  • C'est la première fois depuis Au service secret de Sa Majesté que Bond lance son chapeau sur le porte-manteau du bureau de Miss Moneypenny malgré le fait que le personnage de Moore n'ait jamais porté de chapeau dans ses apparitions.
  • C'est l'un des rares films de James Bond dans lequel l'antagoniste principal n'est pas présent depuis le début de l'histoire, Bond étant originellement amené à penser que Columbo est l'ennemi avant que les supercheries de Kristatos ne soient révélées. Une situation semblable se reproduira dans Tuer n'est pas jouer.
  • Carole Bouquet était de 30 ans la cadette de Moore. Il s'agit du plus grand écart entre l'interprète de Bond et de la James Bond Girl dans les films[8].
  • Le perroquet des Havelock, "Max", appartenait dans la vie réelle à la cascadeuse Cyd Child, qui a doublé Cassandra Harris et Carole Bouquet dans certaines scènes. Child a expliqué dans son autobiographie que l'oiseau avait également appartenu à l'actrice Diana Rigg (Tracy) dont elle est devenue amie en la doublant dans la série culte Chapeau melon et bottes de cuir (1961). Pour les scènes ou Max semblait parler, Child tamponnait l'intérieur du bec du perroquet avec du beurre de cacahuète qu'il essayait de lécher[5]. Le même oiseau est apparu brièvement dans Tuer n'est pas jouer, dans la séquence où l'assassin Necros attaque la maison de sécurité du MI6.
  • Dans une interview accordée à Starlog Magazine en 1983, Richard Maibaum a exprimé son mécontentement à l'égard du film, estimant que Glen n'avait pas exploité l'histoire d'amour entre Bond et Melina de manière correcte et que Moore n'a pas été capable d'incarner un Bond plus dur[5].
  • Avec L'espion qui m'aimait, Rien que pour vos yeux était le film de James Bond préféré de Roger Moore parmi ceux dans lesquels il avait joué. Ainsi, afin de rendre hommage à l'acteur quelques semaines après son décès en 2017, les deux films ont été ressortis au cinéma dans des territoires limités dans le monde et 50% des bénéfices des projections sont allés à l'UNICEF pour lequel Moore était ambassadeur de bonne volonté[5].

Références[]

  1. 1,0 1,1 1,2 et 1,3 http://www.jpbox-office.com/fichfilm.php?id=7235
  2. 2,00 2,01 2,02 2,03 2,04 2,05 2,06 2,07 2,08 2,09 et 2,10 Evin, Guillaume Perriot, Laurent (2020), Bons baisers du monde. ISBN 2100810820
  3. 3,0 3,1 3,2 3,3 3,4 3,5 3,6 3,7 et 3,8 https://www.dvdclassik.com/critique/rien-que-pour-vos-yeux-glen
  4. https://translate.googleusercontent.com/translate_c?depth=1&hl=fr&prev=search&pto=aue&rurl=translate.google.com&sl=en&sp=nmt4&u=https://entertainment.time.com/2012/10/04/james-bond-declassified-50-things-you-didnt-know-about-007/slide/star-wars-and-moonraker/&usg=ALkJrhh4wxdVRJFNTVjciZee8iDt2WYj9w
  5. 5,00 5,01 5,02 5,03 5,04 5,05 5,06 5,07 5,08 5,09 5,10 et 5,11 https://translate.google.com/translate?hl=fr&sl=en&u=https://www.imdb.com/title/tt0082398/trivia&prev=search&pto=aue
  6. https://translate.google.ch/translate?hl=fr&sl=en&u=https://www.filminquiry.com/stop-getting-blofeld-wrong/&prev=search
  7. http://www.commander007.net/2016/02/lespion-maimait-scripts-originaux/
  8. 8,0 8,1 et 8,2 https://translate.google.com/translate?hl=fr&sl=en&u=https://screenrant.com/007-behind-the-scenes-facts-for-your-eyes-only/&prev=search&pto=aue
  9. https://jamesbond007.net/portfolio/bibi-dahl-lynn-holly-johnson/
  10. https://jamesbond007.fr/2011/interview-avec-julian-glover-rien-que-pour-vos-yeux/
  11. https://www.commander007.net/1981/06/rien-que-pour-vos-yeux/
  12. http://www.jpbox-office.com/fichfilm.php?id=7621
  13. https://translate.google.com/translate?hl=fr&sl=en&u=https://www.imdb.com/title/tt0093428/trivia&prev=search&pto=aue
  14. https://www.purepeople.com/article/caroline-cossey-de-playboy-a-james-bond-confidences-d-une-icone-trans_a163089/1
  15. https://www.lefigaro.fr/cinema/2015/06/30/03002-20150630ARTFIG00222-la-james-bond-girl-etaitun-homme.php

  

Advertisement